Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 La religion discréte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: La religion discréte   Dim 15 Fév 2009 - 23:51

A propos du livre "La religion discréte" de Mohammad Ali Amir-Moezzi

La religion discrète :Croyances et pratiques spirituelles dans l’islam chiite



Le shî‘isme, courant éminent et fécond de l’histoire musulmane, est confronté comme le sunnisme aux problèmes ardus de l’intégrisme, du réformisme et du laïcisme. Sa connaissance reste toutefois superficielle, l’évocation de l’islam se réduisant bien souvent à la seule foi et jurisprudence sunnite (fiqh). Or, si l’on veut assurer un réel dialogue entre l’islam et le christianisme, on ne peut faire l’économie d’une connaissance plus approfondie du shî‘isme. L’avertissement du professeur Henri Corbin pour qui, « il est radicalement impossible d’aller au fond des implications du dialogue islamo-chrétien si on exclut le shî‘isme. C’est lui par excellence qui pose le problème théologique du dialogue », revêt une acuité toujours à propos.
Le dialogue avec le shî‘isme semble d’autant plus prometteur que l’imamologie shî‘ite, son messianisme, son culte des saints, représentent de solides points d’appui pour un dialogue théologique. La publication du livre d’Amir-Moezzi La religion discrète qui rassemble une douzaine de ses articles publiés entre 1992 et 2005 dans différentes revues spécialisées, constitue, au moins pour cette raison, un instrument précieux pour les artisans chrétiens du dialogue.
Les articles sont regroupés autour de quatre sections : dans la première, on retiendra le chapitre consacré à la « religion de ‘Alî ». En combinant les croyances antiques arabes, chrétiennes et juives sur le culte de la parenté et de la Famille sacrée, l’auteur montre qu’elle aurait été le noyau primitif du shî‘isme. La seconde section porte sur la figure de l’Imam et sa double dimension à la fois divine (lâhût) et humaine (nâsût). La troisième section aborde les pratiques herméneutiques et spirituelles du shî‘isme, quant à la quatrième section, elle traite des aspects de l’eschatologie individuelle et collective. D’emblée, Amir-Moezzi prévient que la connaissance objective et scientifique du shî‘isme est difficile. Elle se heurte à son caractère profondément ésotérique et au procédé rédactionnel de la « dispersion de la connaissance » (tabdîd al-‘ilm) qui consiste à morceler une doctrine précise au sein d’un corpus plus large. Au-delà de cette complexité et de la pluralité des pratiques et des croyances, il est possible de dégager une unité et une cohérence autour du rôle de la connaissance et de l’initiation, du dualisme ontologique et anthropologique et surtout de la figure centrale de l’Imam, car « tout comme le christianisme est la religion du Christ, le shî‘isme peut être considéré avant tout comme celle de l’imam » (p. 15). Il est le gardien et le contenu du Secret qui, selon la doctrine de la walâya, est cette voie mystérieuse de la déification possible de l’homme de Dieu. Ces chapitres aux thématiques variées trouvent cependant une unité dans la méthodologie même de l’auteur qui analyse les notions et les doctrines par un examen rigoureux des sources les plus anciennes de la foi shî‘ite avant qu’elles ne soient « contaminées » à partir de la seconde moitié du IVe/Xe siècle par le courant « thélogico-juridique rationnel ». La thèse qui découle de ces études revient finalement à soutenir l’idée selon laquelle « la distinction entre shî‘isme ‘‘modéré’’ et shî‘isme ‘‘extrémiste’’ semble artificielle en ce qui concerne cette période ancienne à moins que l’on considère les imams eux-mêmes comme ‘‘extrémistes’’ ce qui va à l’encontre de tout le corpus de leurs dits » (p. 169).
fr. Emmanuel PISANI, op.
http://biblio.domuni.org/amir-moezzi_la-religion-discrete.html
Revenir en haut Aller en bas
taleb hak
Membre Confirmé
Membre Confirmé


Masculin Nombre de messages : 70
Age : 55
Réputation : 0
Points : 47
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: La religion discréte   Lun 16 Mar 2009 - 16:35



giovanni a écrit:
A propos du livre "La religion discréte" de Mohammad Ali Amir-Moezzi

La religion discrète :Croyances et pratiques spirituelles dans l’islam chiite



Le shî‘isme, courant éminent et fécond de l’histoire musulmane, est confronté comme le sunnisme aux problèmes ardus de l’intégrisme, du réformisme et du laïcisme. Sa connaissance reste toutefois superficielle, l’évocation de l’islam se réduisant bien souvent à la seule foi et jurisprudence sunnite (fiqh). Or, si l’on veut assurer un réel dialogue entre l’islam et le christianisme, on ne peut faire l’économie d’une connaissance plus approfondie du shî‘isme. L’avertissement du professeur Henri Corbin pour qui, « il est radicalement impossible d’aller au fond des implications du dialogue islamo-chrétien si on exclut le shî‘isme. C’est lui par excellence qui pose le problème théologique du dialogue », revêt une acuité toujours à propos.
Le dialogue avec le shî‘isme semble d’autant plus prometteur que l’imamologie shî‘ite, son messianisme, son culte des saints, représentent de solides points d’appui pour un dialogue théologique. La publication du livre d’Amir-Moezzi La religion discrète qui rassemble une douzaine de ses articles publiés entre 1992 et 2005 dans différentes revues spécialisées, constitue, au moins pour cette raison, un instrument précieux pour les artisans chrétiens du dialogue.
Les articles sont regroupés autour de quatre sections : dans la première, on retiendra le chapitre consacré à la « religion de ‘Alî ». En combinant les croyances antiques arabes, chrétiennes et juives sur le culte de la parenté et de la Famille sacrée, l’auteur montre qu’elle aurait été le noyau primitif du shî‘isme. La seconde section porte sur la figure de l’Imam et sa double dimension à la fois divine (lâhût) et humaine (nâsût). La troisième section aborde les pratiques herméneutiques et spirituelles du shî‘isme, quant à la quatrième section, elle traite des aspects de l’eschatologie individuelle et collective. D’emblée, Amir-Moezzi prévient que la connaissance objective et scientifique du shî‘isme est difficile. Elle se heurte à son caractère profondément ésotérique et au procédé rédactionnel de la « dispersion de la connaissance » (tabdîd al-‘ilm) qui consiste à morceler une doctrine précise au sein d’un corpus plus large. Au-delà de cette complexité et de la pluralité des pratiques et des croyances, il est possible de dégager une unité et une cohérence autour du rôle de la connaissance et de l’initiation, du dualisme ontologique et anthropologique et surtout de la figure centrale de l’Imam, car « tout comme le christianisme est la religion du Christ, le shî‘isme peut être considéré avant tout comme celle de l’imam » (p. 15). Il est le gardien et le contenu du Secret qui, selon la doctrine de la walâya, est cette voie mystérieuse de la déification possible de l’homme de Dieu. Ces chapitres aux thématiques variées trouvent cependant une unité dans la méthodologie même de l’auteur qui analyse les notions et les doctrines par un examen rigoureux des sources les plus anciennes de la foi shî‘ite avant qu’elles ne soient « contaminées » à partir de la seconde moitié du IVe/Xe siècle par le courant « thélogico-juridique rationnel ». La thèse qui découle de ces études revient finalement à soutenir l’idée selon laquelle « la distinction entre shî‘isme ‘‘modéré’’ et shî‘isme ‘‘extrémiste’’ semble artificielle en ce qui concerne cette période ancienne à moins que l’on considère les imams eux-mêmes comme ‘‘extrémistes’’ ce qui va à l’encontre de tout le corpus de leurs dits » (p. 169).

Giovanni comme a dit algérien tu fais du copier-coller et comme a dit vérité 98 on ne sait meme pas à quoi tu rimes.
Il est où ton avis dans tout cela?

est-tu d'accord avec ce que tu as posté ?

Toi, est-tu jaâfarite ? si oui , connais-tu des jâfarites qui disent ce que tu dis?

Revenir en haut Aller en bas
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La religion discréte   Ven 20 Mar 2009 - 16:08

taleb hak a écrit:
est-tu jaâfarite ?
Qu'importe, apparament, vous ne l'etes pas, mai vous etes le bienvenu parmis nous Cool enfin, il parait que je suis francs macon, ismaelien, akhbary, et temoin de jehovah Laughing

taleb hak a écrit:
si oui , connais-tu des jâfarites qui disent ce que tu dis?

Mohammad Ali Amir-Moezzi L’auteur du livre est jafarite :lol:b Et ce qu'il dit n'est pas forcement ce que je dis car je ne dit rien je partage Laughing


Muhammad ibn Isa a relaté de Younous, qui l'a relaté de Jamil qui l'a entendu d'abu Abdallah (a.s):
"Les gens seront de trois groupes : Les disciples, ceux qui apprennent d'eux et les déviés
Nous (les Imams) sommes les disciples.
Nos partisans sont ceux qui apprennent de nous.
Le reste sont ceux qui ont dévié. " (al kafi )
Revenir en haut Aller en bas
shamila
Membre Héro
Membre Héro


Féminin Nombre de messages : 347
Age : 36
Réputation : -1
Points : 381
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La religion discréte   Ven 20 Mar 2009 - 16:27



Dernière édition par shamila le Mar 30 Juin 2009 - 7:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: La religion discréte   Ven 20 Mar 2009 - 17:36

shamila a écrit:


merci pour ce poste....
qu'Allah nous guide et nous garde dans ce qu'Il aime et ce qu'Il veut.
Amin.

ameene, ainsi soit il, merci a toi
Revenir en haut Aller en bas
taleb hak
Membre Confirmé
Membre Confirmé


Masculin Nombre de messages : 70
Age : 55
Réputation : 0
Points : 47
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: La religion discréte   Mar 31 Mar 2009 - 17:52



Giovanni ne dit rien mais il partage

il partage quoi une galette ??

lisez ce que M.Giovanni partage

giovanni a écrit:
A propos du livre "La religion discréte" de Mohammad Ali Amir-Moezzi

La religion discrète :Croyances et pratiques spirituelles dans l’islam chiite




Les articles sont regroupés autour de quatre sections : dans la première, on retiendra le chapitre consacré à la « religion de ‘Alî ». En combinant les croyances antiques arabes, chrétiennes et juives sur le culte de la parenté et de la Famille sacrée, l’auteur montre qu’elle aurait été le noyau primitif du shî‘isme.

giovanni a écrit:

Clair non ??? le shiisme est une mélange de .................

Qui dit mieux ?

Apres cela vous dites que les sunnis vous accusent !!!!!!!!!!!!

Et mieux encore


La seconde section porte sur la figure de l’Imam et sa double dimension à la fois divine (lâhût) et humaine (nâsût)


En clair l'Imam a en lui une partie divine

Les autres chiaas qui sont entrain d'applaudir , vous ne pensez pas que c'est du Koufr

Ou bien vous pensez la meme chose mais Giovanni et son auteur avaient plus de courage et ont mis la Takia de côté.

Revenir en haut Aller en bas
taleb hak
Membre Confirmé
Membre Confirmé


Masculin Nombre de messages : 70
Age : 55
Réputation : 0
Points : 47
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: La religion discréte   Mar 31 Mar 2009 - 17:58


Je corrige voila comment il fallait lire le post précédent



Giovanni ne dit rien mais il partage

il partage quoi une galette ??

lisez ce que M.Giovanni partage

giovanni a écrit:
A propos du livre "La religion discréte" de Mohammad Ali Amir-Moezzi

La religion discrète :Croyances et pratiques spirituelles dans l’islam chiite




Les articles sont regroupés autour de quatre sections : dans la première, on retiendra le chapitre consacré à la « religion de ‘Alî ». En combinant les croyances antiques arabes, chrétiennes et juives sur le culte de la parenté et de la Famille sacrée, l’auteur montre qu’elle aurait été le noyau primitif du shî‘isme.

Clair non ??? le shiisme est une mélange de .................

Qui dit mieux ?

Apres cela vous dites que les sunnis vous accusent !!!!!!!!!!!!

Et mieux encore


giovanni a écrit:


La seconde section porte sur la figure de l’Imam et sa double dimension à la fois divine (lâhût) et humaine (nâsût)


En clair l'Imam a en lui une partie divine

Les autres chiaas qui sont entrain d'applaudir avec des machaAllah , vous ne pensez pas que c'est du Koufr

Ou bien vous pensez la meme chose mais Giovanni et son auteur avaient plus de courage et ont mis la Takia de côté.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La religion discréte   Aujourd'hui à 6:58

Revenir en haut Aller en bas
 
La religion discréte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le culte des images dans la religion chrétienne
» Une religion est-elle une secte qui a réussi ?
» LA SUPERSITION ennemie de la Religion: SPINOZA
» "comment vous pouvez prouver que votre religion est la vrai religion ?"
» B-L'Animal et la religion : Diable et Démon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'islam :: Philosophie / Spiritualité-
Sauter vers: