Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 qui peut dire que ibn tayymiyah n'est pas un Nassibi?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
khomeyni-mon-amour
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 752
Age : 36
Réputation : 0
Points : 144
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: qui peut dire que ibn tayymiyah n'est pas un Nassibi?   Jeu 22 Jan 2009 - 1:07

Asalâm,

A la demande du Sayed Ithviriw je me permet de poster ses interventions sur le forum qu'il a cité.
Je vous remercie ya Sayed vos interventions sont toujours un doux brevage qui contente ma soif de savoir. Qu'Allah vous garde et vous bénisse!


Je ne me pas en "quote" pour plus de lisibilité, je mettrais l'article du Sayed en gras inshaAllah:


Assalamou 'alaikoum wa Rahmatou Allahi wa Barakatouhou;

la vision qu on certains sunites, peu cultivés", de Ibn Taymia

--------------------------------------------------------------------------------

Dans le livre Minhajou s-Sounnati n-Nabawiyyah de son auteur Ibnou Taymiyah (tome 2 p203), l'auteur dit : (Certes le combat dans le rang de Ali, n'est ni un devoir ni même recommandé et il a certes nui aux musulmans et ne leur a pas été profitable).)
En effet, Ibn Taymiya est un ADORATEUR des Omeyades, et en particulier de Mou'awiya Ibn Abi Soufyane, et surtout de son fils Yazid, al mal'oun, qui a fait décapiter et éradiquer la FAMILLE de Rassoulou Allah, aswaws.
C'est d'ailleurs pour cela que les Wahabys Qoreychites et DESCENDANTS d'Abou Soufyane, ont réhabilité Ibn Taymiya, dont la HAINE à l'encontre de Rassoulou Allah, aswaws, et de sa DESCENDANCE "purifiée" n'a d'égal que parmi les juifs et les chrétiens qui ont été les maîtres d'Ibn Taymiya, Annacibi.


Ceci est une atteinte explicite portée à l'encontre de notre maître 'Ali, as, parce qu'il a considéré "qu'il avait joué avec le sang des musulmans"!!!

Ceci est une réfutation par Ibn Taymya al nacibi, alzindik, de la parole de Allah ta'ala :
Citation :
[sourat Al-Houjourat / 9] ce qui signifie : "Si l'un des deux groupes fait preuve d'injustice à l'égard de l'autre alors combattez le groupe qui est injuste jusqu'à ce qu'il revienne à l'ordre de Allah"


C'est-à-dire l'obéissance à l'Imam.
Notre maître, Amir al Mou'minin, Ali,as, n'a fait qu'œuvrer conformément à cette 'ayah. Il était donc le premier de ceux qui ont combattu les injustes (boughat) par obéissance à l'ordre de Allah. De plus Ibnou Taymiyah a été remis en cause par quelqu'un qui avait plus de science et de piété que nous à savoir le Hafidh Taqiyyou d-Din As-Soubkiyy au sujet duquel Adh-Dhahabiyy a dit ces deux vers (poésie arabe) :
Adh-Dhahabiyy a écrit:
Citation :
"Que le Minbar Omeyyade soit fier lorsque le sage, l'océan de science, le taqiyy l'a gravi

Celui qui mémorise le plus parmi tous les chaykh de son époque Le plus éloquent d'entre eux, celui qui maîtrise le plus la science des lois : Ali, Aliyy le fils de Abdou l –Kafi, As-Soubkiyy"


Salahou d-Din As-Safadiyy l’élève de As-Soubkiyy et de Ibnou Taymiyah dans son livre ^Ouyounou t-Tarikh a dit : "les quatre Qadi dont l'un est malikiyy, l'autre chafi^iyy, l'autre hanafiyy et l'autre hanbaliyy ont été d'accord et ont décrété que Ibnou Taymiyah est un égaré et qu'il est un devoir de mettre en garde contre lui".
C'est ainsi que le Calife Mouhammad Ibnou Qalawoun a fait publier un édit pour qu'il soit lu d'au-dessus des minbar en Egypte et en pays de Cham pour mettre en garde contre lui et contre ses adeptes.

De même, le Hafidh Abou Sa^id Al-^Ala'iyy l'a remis en cause.

Tous deux, As-Soubkiyy et Al-^Ala'iyy, étaient contemporains de Ibnou Taymiyah. De même Abou Hayyan Al-'Andalouciyy l’a remis en cause et s'est mis a le maudire après avoir vu dans le livre Kitabou l-^Arch de Ibnou Taymiyah sa parole selon laquelle (Allah est assis sur le Koursiyy et qu'Il a laissé une place pour y faire asseoir Son Prophète).

Abou Hayyan a dit : " J’ai vu cela dans son livre, son propre livre et je connais son écriture". Il a cité cela dans son Tafsir, exégèse, An-Nahrou l-Madd mina l-Bahr. Il n'appartient donc pas après cela à ceux qui le suivent de faire l'éloge de Ibnou Taymiyah parce qu’il se pourrait qu'ils le suivent en cela. Il en résulterait un grand mal. En effet Ibnou Taymiyah est la cause de leur déclaration de mécréance envers ceux qui font le tawassoul (l'invocation par le degré des êtres de vertu) et l'Istighathah (la recherche du renfort) par le Messager de Allah et par d'autres parmi les Prophètes ainsi qu'envers ceux qui font le tabarrouk (la recherche des bénédictions) par la visite de la tombe du Prophète et d'autres parmi les Prophètes et les Saints. Effectivement, cette déclaration de mécréance n'avait jamais eu lieu parmi les musulmans avant Ibnou Taymiyah. Ces gens là appelaient le Chaykh ^Alawiyy Al-Malikiyy : taghout – le tyran de la porte de As-Salam – à La Mecque – car il enseignait là-bas que Allah lui fasse Miséricorde.

Comment n'en serait-il pas ainsi alors qu'il a été confirmé de As-Soubkiyy qu'il a dit au sujet de Ibnou Taymiyah qu'il prétendait y avoir des événement sans début.
Parmi ce qu'a dit à son sujet As-Soubkiyy a écrit:

Citation :
" Ibnou Taymiyah a une réplique contre lui qui a rempli l'objectif de la réplique avec ses différentes sortes.
Seulement il a mélangé avec la vérité claire ce qui entraîne des suspicions quant à la pureté de ses sources. Ibn Taymiya essaie de broder, où qu'il aille. Ce n'est qu'une marche d'éperdu à l'Est ou à l'Ouest.
Il considère qu'il y a des événements sans commencement à leur début

advenant d'Allah, Lui Qui est exempt de ce qu'il pense de Lui".


As-Soubkiyy visait par la réplique en question celle de Ibnou Taymiyah contre Al-Hilyou Ibnou l-Moutahhar.

Il n'y a pas de sens à la parole de certains fanatiques de Ibnou Taymiyah que son emprisonnement avait pour raison la concurrence de certains Chaykh qui l'auraient attaqué pour cela. Que vaudrait une pareille position à l'égard de la parole du Hafidh As-Soubkiyy : " Il fut emprisonné par unanimité des savants et des gouverneurs".

De même il n'y a pas de sens à l'atteinte portée par certains se réclamant de lui contre les quatre juges qui ont prononcés la sentence en Egypte contre Ibnou Taymiyah pour qu'il soit emprisonné d'un long emprisonnement, qu'ils seraient des houlouliyy, des gens qui croient en l'unité absolue de l'existence. Celui qui a enregistré cela, c'est l'élève de Ibnou Taymiyah, Salahou-d-Din As-Safadiyy dans son livre ^Ouyounou t-Tarikh.
Témoigne de la véracité de ce qu'a dit le Hafidh ^Aliyy Ibnou ^Abdi l-Kafi As-Soubkiyy, ce que Ibnou Taymiyah a déclaré explicitement dans son livre Minhajou s-Sounnati n-Nabawiyyah, ainsi que dans son livre Charhou hadithi ^Imran Ibni l-Housayn, dans Charhou hadithi n-Nouzoul, dans Mouwafaqatou Sarihi l-Ma^qoul li Sahihi l-Manqoul et dans son livre Naqdou Maratibi l-’Ijma^, à savoir que le genre de l’Univers est sans début, qu’il est de toute éternité avec Allah et que l’univers lui-même est entré en existence et a donc un début.

Jalalou d-Din Ad-Dawwaniyy dans Charhou l-^Adoudiyyah a rapporté cela de Ibnou Taymiyah. Il a dit :
Citation :
"J’ai ainsi vu dans un ouvrage de Abou l-^Abbas Ibnou Taymiyah sa parole affirmant l’existence de toute éternité du genre du Trône".


Il est par ailleurs connu que cette parole est équivalente à la parole affirmant l’éternité de l’univers par son genre et sa composition, chose qui, par unanimité rend mécréant celui qui l’affirme, tout comme cela a été rapporté par le spécialiste de la jurisprudence, le Mouhaddith – spécialiste de la transmission du hadith –, Badrou d-Din Az-Zarkachiyy, le Hafidh – spécialiste et mémorisateur des hadith – Ibnou Daqiq Al-^Id et le Qadi ^Iyad.

Le Hafidh Ibnou Hajar a lui aussi déclaré catégoriquement mécréant celui qui prétend cela dans son commentaire sur le Sahih de Al-Boukhariyy – Fat-hou l-Bari’ –. La parole de Ibnou Taymiyah affirmant l’éternité du genre de ce qui est entré en existence figure en page 291 de son livre Mouwafaqatou Sarihi l-Ma^qoul, tome 2 et voici le texte de son expression : (Nous disons : "nous ne reconnaissons pas sans preuve mais événement, ce qui entre en existence (al-hadith) quotidien est précédé par des événements sans début"). Il a dit également ce qui suit : ("Je dis : le contenu de ceci est ce à quoi il a attiré l’attention ailleurs qu’ici, à savoir que l’entrée en existence de chaque substance n’entraîne pas l’entrée en existence du genre qui est de toute éternité et demeure éternellement).

Le texte de son expression dans son livre Charhou Hadithi ^Imran Ibni l-Housayn, en page 193 est : (si l’on suppose que son genre est de toute éternité avec Lui, cet accompagnement (ma^iyyah) n’est pas réfutée ni par la Loi ni par la raison, mais c’est une manifestation de Sa perfection.

Allah ta^ala dit :
ce qui signifie : "Est-ce que Celui Qui crée est tel que celui qui ne crée pas, ne réfléchissez-vous donc pas ?! ". Et il a dit : (les créatures sont de toute éternité avec Lui), jusqu’à sa parole : (mais de nombreuses personnes font l’amalgame entre le genre et la substance).

Quant à la confirmation par le ZINDIK Ibn Taymiya, de la limite attribuée à Allah, cette limite que At-Tahawiyy a reniée au sujet de Allah dans son livre qu’il a appelé Dhikrou Bayani ^Aqidati Ahli s-Sounnati wa l-Jama^ah –

La mention de la présentation de la croyance de Ahlou s-Sounnati wa l-Jama^ah – selon la voie des savants de la communauté : Abou Hanifata n-Nou^man Ibnou Thabit Al-Koufiyy, Abou Youçouf Ya^qoub Ibnou Ibrahim Al-’Ansariyy et Abou ^Abdi l-Lah Mouhammad Ibnou l-Haçan Ach-Chaybaniyy, ses deux compagnons, c’est-à-dire ainsi que d’autres qu’eux, au sujet de Allah ta^ala par sa parole : "Il est exempt des limites et des extrémités".

Ibnou Taymiyah a AU CONTRAIRE écrit contrairement aux savants des Ahl es Souna, JUSTE le contraire.

Il a en effet, énoncée dans son livre Al-Mouwafaqah, tome 2 page 23. Il a donc dit : (La parole sur laquelle se sont mis d’accord les musulmans et les mécréants, c’est que Allah est dans le ciel et ils L’ont limité par cela). Quel fûté MENTEUR !

Adh-Dhahabiyy a dit au sujet de Ibnou Taymiyah dans sa lettre Bayanou Zoughli l-^Ilmi wa t-Talab, page 17 : " ...un homme que l’on appelle Ibnou Taymiyah, .... Seulement, j’ai eu de la peine à l’évaluer et à connaître la réalité complète sur lui au point que j’ai perdu espoir après de longues années. Je n’ai pas déduit autre chose que ce qui l’a retardé parmi les gens d’Egypte et du Cham, que leurs âmes ne l’ont détesté, méprisé, démenti et déclaré mécréant qu’en raison de son orgueil, de son infatuation, de l’excès pour occuper la présidence, le statut de Chaykh ... Alors observe quels étaient les conséquences des fausses prétentions et de la recherche de la réputation. Nous demandons à Allah qu’Il nous pardonne. .... Allah ne les a pas dirigés contre lui en raison de leurs piétés ni de leur honneur mais bien en raison de ses péchés à lui . Cette lettre est confirmée de Adh-Dhahabiyy car le Hafidh As-Sakhawiyy a rapporté de lui ces expressions dans son livre Al-’I^lamou bi t-Tawbikh en page 77.

Combien est surprenante cette parole trompeuse de Ibnou Taymiyah par laquelle il prétend que les musulmans et les mécréants se sont mis d’accord que Allah a une limite, alors qu’il a été confirmé que l’on a rapporté de Abou Hanifah et d’autres de ceux qui l’avaient précédé, en l’occurrence l’Imam Zaynou l-^Abidin ^Aliyy Ibnou l-Housayn, que Allah les agrée tous les deux, dans sa lettre connue sous le nom As-Sahifatou s-Sajjadiyyah, la négation de la limite au sujet de Allah.

Ainsi, le Mouhaddith, le Hafidh Mouhammad Mourtada z-Zabidiyy, le commentateur du Qamous, dans son livre Charhou ‘Ihya’i ^Ouloumi d-Din a cité cette lettre avec une chaîne de transmission ininterrompue de lui jusqu’à Zaynou l-^Abidin.

Il a entre autre rapporté sa parole : "Il ne fait pas partie de ceux qui sont limités pour avoir une limite", ainsi que sa parole : "Il n’est pas contenu dans un endroit". Par ailleurs, la parole de Amir Al Mou'minin, l'imam Ali, as, le Testamentaire et celui qui connait le mieux Rassoulou Allah, aswaws, a dit : " IL (Allah) n’est pas de ceux qui ont une limite" est explicite pour confirmer qu’il n’est pas possible que Allah ta^ala soit de ceux qui ont une limite ;

Il n’a pas de limite qu’Il sache non plus que Ses créatures sachent. Ceci est clairement opposé à la parole de Ibnou Taymiyah dans son livre Mouwafaqatou Sarihi l-Ma^qoul li Sahihi l-Manqoul en page 29 : (Il n’a pas une limite que nous connaissons, mais Il a une limite que Lui sait). Où est donc l’accord de l’avis des musulmans qu’il a prétendu avoir lieu au sujet de la confirmation de la limite à Allah, alors que les savants Imams des Salaf – prédécesseurs – sont sur l’avis de la négation de la limite au sujet de Allah, pour preuve la parole de At-Tahawiyy précédemment citée.

En effet, il a rapporté cela comme étant la voie du Salaf alors que ces quatre qu’on a mentionnés font partie des imams réputés du Salaf, et alors que c’est la voie de l’ensemble du Salaf, comme l’a fait comprendre At-Tahawiyy, qui sont UNANIMES pour dire le CONTRAIRE de ce qu'écrit le NACIBI et ZINDIK Ibn Taymiya, qui en plus de cela MENT, quand il veut faire croire aux "non cultivés" que ses HERESIES sont conformes aux dires des Savants "Salafs" : "Mention de la présentation de la croyance de Ahlou s-Sounnati wa l-Jama^ah". Ainsi la duperie de Ibnou Taymiyah est devenue claire, il a été dévoilé et voilà quelle était son habitude.

Pour TROMPER les gens, Ibn Taymiya prend l’avis qui lui plaît dans la croyance, il l’attribue au Salaf pour faire croire aux plus faibles d’esprit et de compréhension que c’est cela la voie du Salaf. Mais, il n’en est rien. Quant à la parole du Hafidh ^Aliyy As-Soubkiyy, précédemment citée : "Il a été emprisonné par Unanimité des savants et des gouverneurs", elle est mentionnée dans plusieurs de ses écrits.
Et Allah sait plus que tout autre.






La suite plus tard inshaAllah.

Wâ Salâm.





ونحن إذا شئنا شاء الله وإذا كرهنا كره الله ، الويل كل الويل لمن أنكر فضلنا وخصوصيتنا ، وما أعطانا الله ربنا لان من أنكر شيئا مما أعطانا الله فقد أنكر قدرة الله عزوجل ومشيته فينا .

(Bihar al-Anwar volume 26 pages 3, 4, 5, 6)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.chiisme.biz
khomeyni-mon-amour
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 752
Age : 36
Réputation : 0
Points : 144
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: qui peut dire que ibn tayymiyah n'est pas un Nassibi?   Jeu 22 Jan 2009 - 1:28

Asalâm,


En fait je pense que la suite devrai être mise par Souh notre traducteur(euse lol) ou Vérité98 inshaAllah Smile.



Wâ Salâm.





ونحن إذا شئنا شاء الله وإذا كرهنا كره الله ، الويل كل الويل لمن أنكر فضلنا وخصوصيتنا ، وما أعطانا الله ربنا لان من أنكر شيئا مما أعطانا الله فقد أنكر قدرة الله عزوجل ومشيته فينا .

(Bihar al-Anwar volume 26 pages 3, 4, 5, 6)

Revenir en haut Aller en bas
http://www.chiisme.biz
ithviriw
Membre Confirmé
Membre Confirmé


Masculin Nombre de messages : 55
Age : 75
Réputation : 1
Points : 31
Date d'inscription : 12/01/2009

MessageSujet: Re: qui peut dire que ibn tayymiyah n'est pas un Nassibi?   Mar 2 Juin 2009 - 20:32

Salam;

Juifs, Chrétiens et Musulmans se disent monothéistes, c'est à dire ne croyant qu'en un Dieu UNIQUE.

Qu'en est-il en réalité ?

Voici un extrait de l'une de mes anciennes études sur ce GOUROU ZINDIK, promu "chèque islamique à la conférence de Charme échec" ou à CAP DAVID, je ne sais plus.......... à moins que ce ne fut en MARGE de la session des nations unies, qui a PROMU les terroristes de STERN et de l'IRGOUN, comme "Etat" vivant en paix, avec le "voisin et cousin arabe de la Péninsule" que j'avais commis sous le pseudo Solange, après avoir été BANNI sous le nom de ithviriw


http://kabylie.islam.free.fr/Thajmaath/viewtopic.php?t=375&highlight=ibn+taymiya


1.- Si les musulmans sont attachés à Allah,:jjl: Seul sans associé, nous verrons que certains en réalité influencés par les enseignements chrétiens ou juifs, oseront l'humaniser, ce sont les anthropomorphistes comme Ibn Taymiya par exemple, qui interprétera à la lettre les attributs d'Allah, et donc le feront se mouvoir, descendre de son "ciel", mettre son pied dans la fournaise de l'Enfer, comme le rapporte dans un hadith, Abou Houreyra, élève de Ka'ab Al Ahbar, le rabbin islamisé mais qui a instillé les croyances des israélites dans le corpus du hadith, durant la période où Omar, le second calife, en fit le grand imam de Médine, et que rapporte donc tout naturellement le disciple de Ka'ab Al Ahbar, Abou Houreyra, nouvellement converti, lequel n'ayant pas vécu plus de quelques mois aux côtés du Prophète, converti en l'an 8, après Khayber, confondra entre hadiths du Prophète, et ceux en réalité introduits par les rabbins et autres moines nouvellement convertis, qui charrieront avec eux la Bible, les Evangiles et les chroniques narrées par leurs docteurs de la Loi.

Ibn Taymiya (661-728 /1262-1328) considère dans le Gawab, aux chrétiens et aux Juifs, que les altérations sont dues aux traducteurs, d'autant plus selon lui, que Jésus se serait exprimé seulement en "hébreux" sic, (Gawab II,17) et pour la Thora, elles ne s'y seraient incrustées dans les textes, selon le très généreux et conciliant, Ibn Taymiya, qu'avec la fin des prophètes d'Israël, et l'avènement d'Esdras (Gawab II, 8,19.)

Mal informé, par ses maîtres juifs et chrétiens, Ibn Taymiya, considère que les Evangiles, eux, ont subi les premières atteintes, après l'ascension de Jésus,:as: au moment même de leur composition. " Et, il ne convient pas d'accuser les Evangélistes de mensonge", écrit Ibn Taymiya
, il est en revanche permis de penser que Matthieu, Marc, Luc, et Jean n'étaient pas à l'abri de l'erreur et de l'oubli"." (Al-Gawab, II,8,14).
Ceci prouve à l'évidence qu'Ibn Taymiya, n'avait qu'une connaissance approximative de la biographie des évangélistes, et surtout de la date de rédaction de ces Evangiles, qui n'ont point été rédigés par des apôtres uniquement, comme Matthieu, mais aussi par des nouveaux convertis comme Marc et Luc, qui sont donc venus avec leurs a priori juifs, qu'ils ont inoculé dans la rédaction des Evangiles, et cela plus de cinquante ans après l'Ascension de Jésus, contrairement à ce qu'affirme Ibn Taymiya, très aimable, conciliant et compréhensif à l’égard des « gens du Livre » et pourtant si intolérant et agressif à l’égard des musulmans qui ne partagent pas ses opinions, et pire, si haineux à l'égard des Ahl el Beyt, :as: et de leurs disciples, qu'il voue aux gémonies, et que jamais il ne tentera de "comprendre" comme il le fait si bien avec ses "frères du Livre".

Ibn Taymiya, donc, considère que malgré des altérations dont sont accusés juifs et chrétiens, la transgression de certaines prescriptions bibliques qui n'ont pas été rejetées par Jésus, telles l'abandon de la circoncision, de la prière vers l'Orient, la levée de l'interdiction de manger le porc, pig et dans l'institution de nouvelles dispositions rituelles comme le culte des images (Al Gawab, I, 123, II. 9. 15), il n’est pas permis de douter de la bonne foi des juifs et des chrétiens. scratch

Evidemment, les chiites eux sont pour lui, tout simplement impies à contrario, même si pourtant ils croient dans le même Coran que lui, à moins que le sien ne soit autre chose évidemment, et ils prient vers la Mecque, ils croient dans les mêmes hadiths, sauf qu'évidemment les chiites, refusent les hadiths des Compagnons de la dernière heure
, sinon à titre d'information, et ils ont une lecture beaucoup plus approfondie du sens du Coran, que la lecture sèche qui caractérise les exégèses de Ibn Taymiya, et de son école comme Ibn Kathir, plus attaché au verbe, qu'à l'esprit et qui élimine par principe toute interprétation qui trouve sa source chez les Ahl el Beyt, :as:, évidemment.

Ce faisant, il considère que si altération du sens il y a eu, celle ci n'a porté en fait que sur quelques termes, et il considère que pour autant " on ne doit pas déclarer l'ensemble de la Thora et des Evangiles comme ayant été altérés" (Al Gawab, I, 378).

Il va plus loin dans son audacieuse comparaison, et il établit ensuite un parallèle entre ces textes et les recueils de hadiths: " On trouve chez Thirmidhi, Abou Dawud et Al Boukhari, des paroles FORGEES qui ont été attribuées au Prophète Mouhamad; mais on ne considère pas pour cette raison la totalité des hadiths comme étant inauthentique. D'ailleurs, un examen comparatif de l'ensemble des hadiths fait à la lumière des données coraniques permet d’affirmer ou d’infirmer l’authenticité des paroles et actes prêtés au Prophète. »Il en est de même pour les textes bibliques et évangéliques ; puisque la quasi-totalité des versets est authentique, un examen interne de ces Livres révèlera les erreurs et les inexactitudes (Al Gawab I,368-369).
Il conclut : « de même qu’on ajoute foi à la Souna du Prophète en dépit des faiblesses qu’elle accuse, de même on doit accepter l’autorité des Evangiles, bien qu’ils renferment des erreurs. » A ses yeux, les Evangiles constituent en quelque sorte la Souna de Jésus (Al Gawab II,16)

Ibn Taymiya ne récuse donc, ni l’autorité de l’Ancien Testament, ni celle du Nouveau Testament (Evangiles). Conscient des imperfections et faiblesses que contiennent l’un et l’autre Livres, il les accepte néanmoins au même titre que la Souna du Prophète.

Cette attitude empreinte d’amitié vis-à-vis des gens du Livre, explique en fait la promotion du Salafisme, et le renouveau du « cheikh El Islam Ibn Taymiya» encouragé par les stratèges évangélistes américains et les sionistes, très influents sur le régime Séoudien et le wahabisme qui n’en est que le sous-produit d'ailleurs et qui s'est mis au service de « l’Islam intolérant vis-à-vis des musulmans, affable, amène et surtout très tolérant vis-à-vis des gens du Livre »., pour démentir le célèbre verset: " Achida'ou 3ala Alkofar Rouhama Baynahoum" ( Mohamed et ceux qui sont avec lui.... sont durs avec les infidèles et compatissants les uns envers les autres", Preuve de la déviation des Salafis et de l'école Ibn Taymiya, s'il en fallait encore une énième avec le dévoilement l'été dernier de la Fetwa du chèque Ibn Jibrin qui interdisait à ses ouailles, de prier pour le succès du Hizbou Allah, laissant ses disciples perplexes et meurtris à l'idée de devenir ipso facto les "alliés d'Israël" contre les Libanais, pour s'inscrire dans la logique wahabo-sioniste, ou comme ce qui se passe en Irak, où les attentats contre les civils au lieu de combattre l'occupation US de leur pays, fait penser tout observateur perspicace, à un désir par les ouailles du salafisme, de justifier l'occupation en refusant la démocratie des urnes qui a balayé le régime autocratique de l'ex dictateur Sadam, et en maintenant un état de terreur pour donner à Bush et aux sionistes toujours désireux de bâtir le Grand Israël, du Nil à l'Euphrate, les raisons d'espérer avoir raison des Irakiens, et user leur résistance devant la terreur exécutée par les troupes auxiliaires du terrorisme salafo-wahaby, qui refuse la Loi du Nombre, laquelle a fait de l'Irak, un pays chiite gouverné enfin par des chiites, position inacceptable pour les alliés Séoudiens des Américains. A contrario un Ibn Hazm, Al-Guwayni et Al-Gahiz, considèrent que dans la Thora, il y a simplement des passages qui n’ont pas été altérés, l’altération ne portant que sur certains paragraphes, voir dans chacun de ses versets, mais ils ajoutent qu’il existe des passages qui sont demeurés inaltérés (Ibn Hazm, Fisal, I, 212-213). Cependant pour les polémistes musulmans des siècles 3 à 5 Hijri, ils considèrent contrairement à Ibn Taymiya, que l’Ancien Testament doit être regardé comme un ensemble de chroniques, dont les auteurs sont inconnus.
Et, il va sans dire qu’il n’est pas question pour eux d’accorder leur confiance à ces textes.
Il faut observer, affirment-ils, à l’égard de ces chroniques, la même attitude qu’on observe vis-à-vis des chroniques musulmanes, bien que celles-ci soient plus récentes et, par conséquent, plus dignes de confiance. Ces textes sont donc rejetés, en tant que fondement de la foi.

Quant aux Evangiles, leur acceptation est toujours subordonnée à une condition fondamentale : leur interprétation doit être revue et corrigée de façon à ne plus être l’expression d’une lecture littérale, d’un attachement quasi-constant au mot, perversion qui caractérise le salafisme en Islam influencé par les disciples d’Ibn Taymiya et les Wahabys qui maîtrisent la langue arabe, mais ignorent par choix idéologique l’aspect spirituel du Message divin.

Pour les chrétiens et les juifs, tout comme leur disciples de la version « islam Takfiri », il faudra pour pouvoir accepter leur dogmes et leurs Ecritures, que soient dépassées les limites dans lesquelles ils se sont confinés, pour s’acheminer vers une approche meilleure, ouverte et surtout plus exacte des paroles des prophètes, et de Jésus:as: en particulier pour les chrétiens, Moussa:as: et les Prophètes après lui, pour les juifs, et Mouhamad, pour les « takfiris » de l’école Ibn Taymiya.

Dans cet ordre d’idées, si Ibn Taymiya, considère que les termes de Père et de Fils, qu’on rencontre dans les textes évangéliques, ne sont pas à prendre dans leur acception stricte, mais symbolique, Al-Gahiz, Ibn Hazm et Al-Guwayni, rejettent totalement l’autorité des Evangiles.

Pour eux, ces textes ne renferment pas comme le prétend Ibn Taymiya, les paroles de Jésus:as:. Ce sont de simples chroniques, des récits sur la vie du Messie, dont les auteurs n’étaient pas à l’abri ni de l’erreur, ni du mensonge (Ibn Hazm, Fisal I, 2, et Al Qarafi, al-agwiba, p 36).

Nous étudierons dans un prochain article les points fondamentaux de divergence, entre musulmans d’une part, intransigeants dans le Tawhid, comme le furent les disciples de toutes les écoles aussi bien chiites que sounis, à l’exception des écoles qui en ont divergé depuis Ibn Taymiya, Mohamed Ibn Abdel Wahab, et d’autres sectes « néo-salafis », et les juifs et chrétiens, d’autre part, qui comme eux analysent les textes à l’aune d’une lecture littérale et stérilisée de son contenu spirituel, au point de donner à Dieu qui, des enfants, comme le Peuple d’Israël, qui, une Trinité dans laquelle le Père, le Fils et le Saint Esprit, réduisent le Pouvoir du Dieu Créateur, Juste et Omniscient, qui comme les sectaires de l’Islam salafi, réduisent Allah, à un être humain dans sa vision du Monde et dans son désir de s’informer !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: qui peut dire que ibn tayymiyah n'est pas un Nassibi?   Aujourd'hui à 17:05

Revenir en haut Aller en bas
 
qui peut dire que ibn tayymiyah n'est pas un Nassibi?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Doute: on peut dire "une professeure"?
» Texte d'Einstein...
» [Info] Pour exorciser une demeure
» truc de terminaisons er et e
» Conseils aux convertis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'islam :: Aqida-
Sauter vers: