Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 Le Coran et la Walaya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 13:36

Allah - 'azza wa jall dit dans le Saint-Coran :

إِنَّمَا وَلِيُّكُمُ اللَّـهُ وَرَسُولُهُ وَالَّذِينَ آمَنُوا الَّذِينَ يُقِيمُونَ الصَّلَاةَ وَيُؤْتُونَ الزَّكَاةَ وَهُمْ رَاكِعُونَ﴿٥٥﴾ وَمَن يَتَوَلَّ اللَّـهَ وَرَسُولَهُ وَالَّذِينَ آمَنُوا فَإِنَّ حِزْبَ اللَّـهِ هُمُ الْغَالِبُونَ


"Vous n'avez pas de Maître en dehors d'Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient: ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'aumône tout en s'inclinant humblement. Ceux qui prennent pour Maîtres (Waliyukumu) Allah, Son Prophète et les Croyants : voilà ceux qui forment le parti d'Allah, et qui seront les vainqueurs!" (Sourate al-Mâ'idah, 5 : 55-56)

Salîm bnu Qays dans son livre, rapporte que Rasûlu Llâh (paix et bénédictions sur lui et sa famille) a dit :

« Ô Banî ‘abdi l-Muttalib, craignez Allah et adorez-Le et accrochez-vous tous à la Corde d’Allah, et ne vous divisez pas et ne soyez pas en désaccord entre vous.

En vérité, l’Islam repose sur cinq (piliers) : la Walaya, la Salat (Prière), la Zakat, le Jeûne durant le mois de Ramadân, et le Pèlerinage.

Quant à la Walayat, elle appartient à Allah, à Son Messager et aux Croyants qui offrent la Zakât alors qu’ils s’inclinent (dans la Salat). Celui qui accorde la Walaya à Allah, à Son Messager et à ceux qui croient, alors (sache que) les alliés de Allah, ce sont eux les vainqueurs.

Salmân dit alors : « Ô Rasûlu Llâh, (la Walaya appartient-elle) à tous les croyants ou est-elle réservée à des croyants en particulier ? »

Il dit : « (Elle est réservée à) des croyants en particulier. Ce sont ceux qu’Allah a mentionnés avec Lui et Son Prophète dans plusieurs versets du Coran.

Il dit : « Qui sont-ils, ô Rasûlu Llâh ? »

Il dit : « Le premier, le préféré et le meilleur de parmi eux, est mon frère, voici ‘Ali bnu Abî Tâlib, et il posa sa main sur la tête de ‘Ali.

Puis, mon fils que voici vient après lui, et il posa sa main sur la tête de Al-Hassan.

Puis, mon fils que voici vient après lui, et il posa sa main sur la tête de Al-Hussein.

Puis, les neufs successeurs de la descendance de Al-Hussein l’un après l’autre, qui sont le lien solide d’Allah et l’attachement ferme.

Ce sont les Dépositaires des Preuves d’Allah envers Ses Créatures et Ses Témoins sur sa Terre. Celui qui leur obéit a certes obéi à Allah et m’a obéi, et celui qui leur désobéit a certainement désobéi à Allah et m’a désobéi.

Ils sont unis au Livre et le Livre est uni à eux, il ne se séparera pas d’eux et ils ne se sépareront pas de lui jusqu’à ce qu’ils me rejoignent au Bassin (al-Hawd, le Jour du Jugement."


رَوَىٰ سَلِيمُ بْنُ قَيْسٍ فِي كِتَابِهِ أَنَّ رَسُولَ اؐللَّــٰهِ صَلَّىٰ اؐللَّــٰهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ وَسَلَّمَ قَالَ: يَا بَنِي عَبْدِ اؐلْمُطَّلِبِ، اؐتَّقُوا اؐللَّــٰهَ وَاؐعْبُدُوهُ وَاؐعْتَصِمُوا بِحَبْلِ اؐللَّــٰهِ جَمِيعًا وَلَا تَفَرَّقُوا وَلَا تَخْتَلِفُوا. إِنَّ اؐلْإِسْلَامَ بُنِيَ عَلَىٰ خَمْسَةٍ: عَلَىٰ اؐلْوِلَايَةِ وَاؐلصَّلَاةِ وَاؐلزَّكَاةِ وَصَوْمِ شَهْرِ رَمَضَانَ وَاؐلْحَجِّ، فَأَمَّا اؐلْوِلَايَةُ فَلِلَّــٰهِ وَلِرَسُولِهِ وَلِلْمُؤْمِنِينَ اؐلَّذِينَ يُؤْتُونَ اؐلزَّكَاةَ وَهُمْ رَاكِعُونَ، وَمَنْ يَتَوَلَّىٰ اؐللَّــٰهَ وَرَسُولَهُ وَاؐلَّذِينَ آمَنُوا فَإِنَّ حِزْبَ اؐللَّــٰهِ هُمُ اؐلْغَالِبُونَ. فَقَالَ سَلْمَانُ: يَا رَسُولَ اؐللَّــٰهِ، لِلْمُؤْمِنِينَ عَامَّةً أَوْ خَاصَّةً لِبَعْضِهِمْ؟ قَالَ: بَلْ خَاصَّةً لِبَعْضِهِمْ، اؐلَّذِينَ قَرَنَهُمُ اؐللَّــٰهُ بِنَفْسِهِ وَنَبِيِّهِ فِي غَيْرِ آيَةٍ مِنَ اؐلْقُرْآنِ. قَالَ: مَنْ هُمْ يَا رَسُولَ اؐللَّــٰهِ؟ قَالَ: أَوَّلُهُمْ وَأَفْضَلُهُمْ وَخَيْرُهُمْ أَخِي هَــٰذَا عَلِيُّ بْنُ أَبِي طَالِبٍ، وَوَضَعَ يَدَهُ عَلَىٰ رَأْسِ عَلِيٍّ، ثُمَّ اؐبْنِي هَــٰذَا مِنْ بَعْدِهِ، وَوَضَعَ يَدَهُ عَلَىٰ رَأْسِ اؐلْحَسَنِ، ثُمَّ اؐبْنِي هَــٰذَا مِنْ بَعْدِهِ، وَوَضَعَ يَدَهُ عَلَىٰ رَأْسِ اؐلْحُسَيْنِ، وَاؐلْأَوْصِيَاءُ تِسْعَةٌ مِنْ وَلَدِ اؐلْحُسَيْنِ وَاحِدٌ بَعْدَ وَاحِدٍ، حَبْلُ اؐللَّــٰهِ اؐلْمَتِينُ وَعُرْوَتُهُ اؐلْوُثْقَىٰ، هُمْ حُجَّةُ اؐللَّــٰهِ عَلَىٰ خَلْقِهِ وَشُهَدَائُهُ فِي أَرْضِهِ، مَنْ أَطَاعَهُمْ فَقَدْ أَطَاعَ اؐللَّــٰهَ وَأَطَاعَنِي، وَمَنْ عَصَاهُمْ فَقَدْ عَصَىٰ اؐللَّــٰهَ وَعَصَانِي، هُمْ مَعَ اؐلْكِتَابِ وَاؐلْكِتَابُ مَعَهُمْ، لَا يُفَارِقُهُمْ وَلَا يُفَارِقُونَهُ حَتَّىٰ يَرِدَا عَلَيَّ اؐلْحَوْضَ.


Hadith de l'Imam 'Ali (as)

Dans le livre Muqadmah Mishkat ul Anwar - Imam Ali Ibn Abi Talib (as) dit : « Celui qui n'accepte pas / ne témoigne pas de ma Wilayat n'obtiendra aucun bénéfice de l'acceptation ou du témoignage de la Prophétie de Mohammed (saws) - Soyez conscients que ces deux témoignages sont obligatoires l’un avec l’autre. »


Sources sunnites du tafsir de verset 55 de la sourate 5 :

Selon le savant al-Zamakh-charî, dans "Al-Kach-châf":

"Il [ce Verset] a été révélé à propos de 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage) lorsqu'un mendiant l'a sollicité pendant qu'il était en position d'Inclination dans sa Prière, et qu'il a laissé tomber pour lui sa bague -qui flottait à son petit doigt- sans interrompre sa Prière.

Si vous vous demandez comment il [ce Verset] peut être relatif à 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage), alors que le terme désigne un pluriel, je vous répondrai : si le terme désigne un pluriel, bien qu'il s'agisse d'un seul homme, c'est pour inciter les gens à faire comme lui -dans le but d'obtenir la récompense qu'il a obtenue - et pour rappeler que la nature des Croyants devrait être tellement soucieuse de la piété, de la bienfaisance et du secours envers les pauvres, que même quand ils sont en train de faire la Prière, ils ne devraient pas ajourner l'accomplissement d'une action de bienfaisance - qui ne supporte aucun retard- jusqu'à la fin de leur Prière." Al-Zamakh-charî, "Al-Kach-châf", tafsîr Sourate al-Mâ'idah, V.55.

Citant al-Kalbî, et parlant des circonstances de la Révélation de ce Verset : "Vous n'avez pas de Maître en dehors d'Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'aumône tout en s'inclinant humblement", al-Wâhidî a écrit:

"La fin de ce Verset concerne 'Alî (que la Satisfaction d'Allah lui soit acquise), car il a donné sa bague à un mendiant pendant qu'il se trouvait dans la phase d'Inclination de sa Prière."
Al-Wâhidî, "Les Circonstances de la Révélation", Sourate al-Mâ'idah, Verset 55.


Tashahud de l'Imam Sadiq (as)


L'Imam Jafar Sadiq (as) avait l'habitude de lire dans son tashahud dans Sa Prière :

“Allahu akbar,
Ashhadu an lâ ilâha illa Llâh, wahdahu lâ charika Llâh,
wa Ashhadu anna Muhammadan 'abduhu waRasuluh,

wa Ashhadu ana Rabbi ni'ma r-rabb wa ana Muhammad ni'ma r-Rasool wa ana Ali ni'ma l-waly

Allahomma Salli 'alâ Mohammad wa âli Mohammad”.


Source : Alqatrat Min Bihar Deuxième Edition page 93

اَللَّــٰهُ أَكْبَرْ، أَشْهَدُ أَنْ لَا إِلَــٰهَ إِلَّا اؐللَّــٰهْ، وَحْدَهُ لَا شَرِيكَ لَهْ، وَأَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا عَبْدُهُ وَرَسُولُهْ، وَأَشْهَدُ أَنَّ اؐللَّــٰهُ نِعْمَ اؐلرَّبْ، وَأَنَّ مُحَمَّدًا نِعْمَ اؐلرَّسُلْ، وَأنَّ عَلِيًّا نِعْمَ اؐلْوَلِي. اَللَّــٰهُمَّ صَلِّ عَلَىٰ مُحَمَّدٍ وَآلِ مُحَمَّدْ.




Dernière édition par Assiddiqa le Mar 28 Juin 2011 - 14:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
jafar313
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 214
Age : 35
Localisation : france
Réputation : -10
Points : 288
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 13:59

ça y est, après des sans réponses on enchaine sur un autre sujet, quand des questions embarrassantes viendront, on rechange de sujet avec un autre sujet c'est ça?

pour la pseudo drame défonçage de porte+ fouettage+ gifle+ shooting baby,

je te mets au défi de trouver une seule riwayat correct de nos imams alayhimou salam traitant de ce sois disant horreur de l'histoire.

allez juste un propos de nos imams as, tu as 12 fois plus de chance de trouver,

a coup sur tu n'y parviendras, allah te brisera ainsi que ses mensonges qui salissent notre religion.

question: si nos imams as eux meme non pas parler de cette épouvantable pseudo tragédie, pourquoi prenez vous des récits inventés de ghulat????
obéissez vous aux imams as ou a pierre paul jacques et ses fables???

va-t-elle répondre?
Revenir en haut Aller en bas
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 14:33

.


Dernière édition par Assiddiqa le Jeu 23 Juin 2011 - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
jafar313
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 214
Age : 35
Localisation : france
Réputation : -10
Points : 288
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 15:57

Assiddiqa a écrit:



Sources sunnites du tafsir de verset 55 de la sourate 5 :

Selon le savant al-Zamakh-charî, dans "Al-Kach-châf":

"Il [ce Verset] a été révélé à propos de 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage) lorsqu'un mendiant l'a sollicité pendant qu'il était en position d'Inclination dans sa Prière, et qu'il a laissé tomber pour lui sa bague -qui flottait à son petit doigt- sans interrompre sa Prière.

Si vous vous demandez comment il [ce Verset] peut être relatif à 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage), alors que le terme désigne un pluriel, je vous répondrai : si le terme désigne un pluriel, bien qu'il s'agisse d'un seul homme, c'est pour inciter les gens à faire comme lui -dans le but d'obtenir la récompense qu'il a obtenue - et pour rappeler que la nature des Croyants devrait être tellement soucieuse de la piété, de la bienfaisance et du secours envers les pauvres, que même quand ils sont en train de faire la Prière, ils ne devraient pas ajourner l'accomplissement d'une action de bienfaisance - qui ne supporte aucun retard- jusqu'à la fin de leur Prière." Al-Zamakh-charî, "Al-Kach-châf", tafsîr Sourate al-Mâ'idah, V.55.


Citant al-Kalbî, et parlant des circonstances de la Révélation de ce Verset : "Vous n'avez pas de Maître en dehors d'Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'aumône tout en s'inclinant humblement", al-Wâhidî a écrit:

"La fin de ce Verset concerne 'Alî (que la Satisfaction d'Allah lui soit acquise), car il a donné sa bague à un mendiant pendant qu'il se trouvait dans la phase d'Inclination de sa Prière."

Al-Wâhidî, "Les Circonstances de la Révélation", Sourate al-Mâ'idah, Verset 55.



l'explication de ce verset dont ont nous sors a toutes les sauces n'a aucun rapport avec le mot "wilaya" comme entende les chiites.
ce verset attribut les mérites de ali as comme compagnon du prophetes saws rien de plus. ce n'est surement pas le sens de l'imamat reconnaitre ali as comme dépositaire apres la mort de mouhammed saws,il y a une nuance a faire.

un peu comme si je donnais ma bague a la mosquée en guise de zakat et que mon père vous dit que cela signifie que jafar313 doit etre le président de la républiqque, vous voyez l'ésotérisme fabulatoire un peu, et le rapport entre un le fait et deux la déduction? j'en vois aucun Laughing Laughing Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 16:06

Oui, tu veux dire que Allah (SWT) n'est rien d'autre qu'un compagnon pour nous, ainsi que Son Messager (saws), rien de plus...

Ce n'est pas ce que disent ces hadiths :

Le Saint-Prophète (SAW) qui dit en présence de Banî Hâshim: «Certes voici mon frère, mon dépositaire et mon successeur parmi vous, écoutez-le donc et obéissez-lui».

Par ce propos, le Messager (SAW) désigna son dépositaire et son calife et ordonna de lui obéir. Or, Allah - gloire à Lui - dit: «Prenez ce que le Messager vous donne». (V. 7/LIX).

At-Tabarânî rapporte à partir de Salmân (r. d.) qui dit:

«J'ai demandé, ô Messager d'Allah! chaque prophète avait un dépositaire; qui est le tien?». Le Prophète ne me répondit pas sur le coup mais, par après, lorsqu'il m'a vu, il m'appela: «Salmân!». Je répondis: «Oui, et j'accourus vers lui. Il me demanda: «Sais-tu qui était le dépositaire de Mûssâ?». Je répondis: «Oui, c'était Yusha' b. Nun». Il demanda alors: «Pour quelle raison?». J'ai dit: «Parce qu'il était le plus savant de la communauté». Le Prophète me dit alors: «Mon dépositaire, mon confident et le meilleur que je puisse laisser après moi pour l'accomplissement de ma promesse et l'acquittement de ma dette est 'Ali b. Abî Tâlib».(151)

Abû Ayyûb rapporte que le Messager d'Allah (SAW) dit à sa fille Fatima (a. s.): «Ne sais-tu pas qu'Allah - gloire à Lui - s'est penché sur les Habitants de la terre, en choisit d'abord ton père et en fit un prophète; ensuite il en choisit ton époux et me révéla l'ordre de vous marier et de le prendre pour dépositaire».(152)

Abû Sa'îd rapporte aussi que le Messager d'Allah (SAW) dit: «Certes mon dépositaire, mon confident et le meilleur que je puisse laisser après moi pour l'accomplissement de ma promesse et l'acquittement de ma dette est 'Ali b. Abî Tâlib».(153)

Anas b. Mâlik rapporte aussi que le Messager a fait (un jour) ses ablutions, a accompli une prière de deux Rak'at et me dit: «Le premier qui entre par cette porte est l'Imam des Vertueux, le maître des Musulmans, le bourdon de la religion et le sceau des dépositaires ...». 'Ali (a. s.) vint le premier. Alors Le Messager (SAW) se leva rayonnant et lui donna l'accolade ...».(154)

Buraydah, à son tour, rapporte que le Prophète (SAW) dit: «Chaque prophète a un dépositaire et un héritier. Le mien est 'Ali».

Dans son livre Al-Mahâssine et Al-Massâwi', Al- Bayhaqî rapporte un récit dont voici le résumé: Jabrâ'îl (a. s.) apporta d'Allah un don pour que le Messager (SAW) en fît cadeau à son cousin et dépositaire 'Ali b. Abî Tâlib ...



151. Al-Haythamî (d'après At-Tabarânî, Al-Mu'jamul-Kabîr, 6/221); Majma'uz-Zawâ'id, 9/113; Sibt b. al- Jawzî, Tadhkiratu Khawâçil-'Umma, p. 43, "La tradition de la confidence du livre : les mérites d'Ahmed b. Hanbal"; Al-Muhib Tabarî, Ar-Riyadun-Nadirah, 2/234

152. Al-Haythamî, Majma' ..., 8/253 et 9/156; Al-Muttaqî ..., Kanzul-'Ummal, "Livre des mérites"; As-Suyûtî, Jam'ul-Jawâmi', h/ 4261

153. Al-Muttaqî, Kanzul-'Ummal, idem, h/ 1192, 2/209; At-Tabarânî, 6/271

154. Abu-Nu'aym, Hilyatul-'Awliyâ', 1/63; Ibn 'Assâkir, Târikh, Ibn Abîl-Hadîd, Sharhun-Nahj, 1/450; Az-Zubayda, Ithâfus-Sâdatil-Muttaqîne, 2/486 dans Mawsû'atu Atrâfil, hadîth, 7/461

http://www.bostani.com/maalim.htm#N_151_

Il suffit de prendre connaissance de tous les hadiths que l'Imam 'Ali (as) nous a laissé pour savoir qu'il est le dépositaire de toute la science du Prophète (saws) et le seul qui a les compétences et les qualités pour diriger avec Justice la communauté :

Jâbir b. 'Abdillah rapporte du Prophète (pslf) : « Je suis la Cité de la Science et 'Ali en est la porte (le portail); quiconque désire se rendre à la cité doit passer par la porte ». En commentant ce hadîth, Al- Hâkim dit: «C'est un hadîth authentique de par sa chaîne de transmission». Al-Hâkim, Al-Mustadrak, 3/126.

L’Imam Ahmad ibn Hanbal : Musnad. Al-Hâkim, Al-Mustadrak, 3/127-129. Mulla Ali Muttaqi : Kanzu'l-Ummal, partie VI, p.401. Hafiz Abu Nu'aim Isfahani : Hilyatu'l-Auliya. Sabban Misri : Is'afu'r-Raghibin. Ibn Maghazili Faqih Shafi'i : Manaqib. Jalalu'd-din Suyuti : Jam'u-s-Saghir, Jam'u'l-Jawami'y et La'aliu'l-Masnu'a. Thirmidhi : Sahih, v.II, p.214. Mohammad ibn Talha Shafi'i : Matalibu's-Su'ul. Cheik Sulayman Balkhi Hanafi : Yanabiu'l-Mawadda. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi'i : Kifayatu't-Talib. Sibt Ibn Jauzi : Tadhkirat-e-Khawasu'l-Umma. Ibn Hajar Makki : Sawa'iq Muhriqa, ch.9, p.75. Muhibu'd-din Tabari : Riyazu'n-Nuzra. Sheikhu'l-Islam Hamwaini : Fara'idu's-Simtain. Ibn Sabbagh Maliki : Fusulu'l-Muhimma. Ibn Abi'l-Hadid Mu'tazali : Sharh-e-Nahju'l-Balagha et une foule d'autres confirment l'authenticité de ce hadith : "Je suis la maison de la science et Ali est sa porte; ainsi celui qui désire acquérir la connaissance doit entrer par la porte."

Le Messager d'Allah (SAW) saisit la main de 'Ali le Jour de Hudaybiyyah et dit: «Voici le Prince des Vertueux, le tueur des Pervers, est victorieux celui qui le soutient; est abandonné celui qui l'abandonne. - Il le disait à haute voix - je suis la Cité de la science et 'Ali sa porte. Quiconque veut la maison qu'il passe par la porte». Al-Khatib, Târîkh Baghdâd, 2/377.

D'après Ar-Râzî (Tafsîr) et Al-Muttaqî al-Hindî (Kanz-Al-'Ummâl) 'Ali (a. s.) dit: « De la science, le Messager d'Allah m'enseigna mille portes (voies). Chacune de ces portes s'est ramifiée en mille portes ».

Abût-Tufayl dit: « J'ai assisté à un sermon donné par 'Ali et je l'ai entendu dire: «Demandez-moi à savoir, car par Allah! des événements (choses) qui se produisent d'ici jusqu'au Jugement dernier, il n'y a pas un seul au sujet duquel vous me questionnerez que je ne vous en donne le récit. Demandez-moi à propos du Livre d'Allah car, par Allah, il n'y a pas de verset que je ne sache! Je vous dirai s'il fut révélé de jour ou de nuit dans une plaine ou sur une montagne ...». Tafsîr d'Ibn Jarîr, 26/116, Tabaqât, Ibn Sa'd, 2/2/101; Thdhîb, Al-Tahdhîb, 7/337; Fat-h al-Bârî, 10/221, Huliyat al-Awliyâ', 1/67-68; Kanz al-'Ummâl, 1/228.

Jam'u'l-Jawami'y par Suyuti. Tahdhibu'l-Ansar par Muhammad Bin Jarir Tabari. Tadhkiratu'l-Abrar par Seyyed Muhammad Bukhari. Mustadrak par Hakim Nishapuri. Naqdu's-Sahili par Firuzabadi. Kanzu'l-'Ummal par Ali Muttaqi Hindi. Kifayatu't-Talib par Ganji Shafi'i et Tadhkiratu'l-Muzu'a par Jamalu'd-din Hindi. Ils affirment : "Si quelqu'un rejette ce hadith, il se trompe certainement."

Dans Rauzatu'l-Nadiya par Amir Muhammad Ya mani. Bahru'l-Asanid par Hafiz Abu Muhammad Samarqandi et Matalibu's-Su'ul par Muhammad Bin Talha Shaf i'i ont généralement confirmé la véracité de ce hadith.

Ce hadith a été relaté par différentes manières et de diverses sources. La plupart des compagnons et des suiveurs l'ont relaté, Abdullah Ibn Abbas, Jabir Ibn Abdullah Ansari, Abdullah Ibn Mas'ud, Hudhaifa ibn Yaman, Abdullah Ibn Umar, Anas ibn Malik et Amr ibn As. Parmi les tabi'in (la deuxième génération après les compagnons) : l’Imam Zainu 'l-Abidin, l’Imam Muhammad Baqir, Nabuta ibn Asbagh, Jarir Azzabi, Harith ibn Abdullah Hamdani Kufi, Sa’d ibn Ta'rifu'l-Hanzali Kufi, Sa’id ibn Jabir Asadi Kufi, Salma ibn Kuhail Hazarmi Kufi, Sulayman ibn Mihran A'mash Ku fi, Asim ibn Hamza Saluli Kufi, Abdallah ibn Uthman ibn Khisam ibn Al-Qari Al Makki, Abdu'r-Rahman ibn Uthman, Abdallah ibn Asila Al-Muradi, Abu Abdullah Sanabahi et Mujahid ibn Jabir Abu'l Hajjaj ibn Al Makhzumi Al Makki.

Plusieurs traditionnalistes sunnites et historiens l'ont rapporté. Environ 200 références de ulémas Sunnites ont enregistré ce hadith authentique. Voici certains de ces ulémas illustres et leurs livres:

Ibn Jarir Tabari (d. 310 A.h commentateur et historien du Troisième siècle de l’héjire). Hakim Nishapuri (d. 405 A.h.): Mustadrak, v.III, pp 126.128.226. Sahih de Tirmidhi (d. 289 A.h). Jalalu'd-din Suyuti (d. 911 ): Jam'u'l-Jawami'y et Jam'u's-Saghir, v.I, p. 374. Abu Qasim Sulayman ibn Ahmad Tabrani (d. 491 A.h ): Kabir et Ausat. Hafiz Abu Muhammad Hasan Samarqandi (d. 491 A.h.): Bahru'l-Asanid. Hafiz Abu Nu’aim Ahmad ibn Abdullah Ispahani (d.410 A.h): Ma'rifatu'l-Sahaba. Abdu'l-Barre Qartabi (d. 463 A.h ): Isti'ab, v.II, p. 461. Al-Jalabi Ibn Maghazili (d. 483 A.h ): Manaqib. Abu Shuja 'Shirwaih Hamadani Dailami (d. 509 A.h.): Firdausu'l-Akhbar. Abu'l-Mu'ayyid Khatib Khawarizmi (d. 568 A.h.): Manaqib, p.49 et Maqtalu'l-Husain, v.I, p.43. Hasan Damishqi (d. 572 A.h ): Ta'rikh-e-Kabir. Abu Hujjaj Yusuf ibn Muhammad Andalusi (d.605 A.h): Alif-Bas, v.I, p. 222. Abu’l Hasan Ali ibn Muhammad Athir Jazari (d. 630 A.h): Asadu'l-Ghaiba, v. IV, p.22. Muhibu’din ibn Ahmad ibn Abdullah Tabari Shafi'i (d. 694 A.h ): Riyazu'l-Nuzra, v.I, p.129 et hakha'iru'l-Uquba, p.77. Shamsu’din ibn Muhammad ibn Ahmad Dhahabi Shafi'i (mort 748 A.h.): Tadhkiratu'l-Huffaz, vol.IV, p.28. Badru'd-din Muhammad Zarkashi Misri (mort 749 A.h.): Faizu'l-Qadir, vol.III, p.47. Hafiz Ali ibn Abi Bakr Haithami (mort 807 A.h.): Majma'u'z-Zawa'id, Vol.IX, p.114. Kamalu’din ibn Muhammad ibn Musa Damiri (mort 808 A.h.): Hayatu'l-Haiwan, vol. I, p.55. Samsu’din ibn Muhammad ibn Muhammad Jazari (mort 833 A.h.): Asnu'l-Matalib, p.14. Shahabu’din Hajar Ahmad ibn Ali Asqalani (mort 852 A.h.): Tahdhibu'l-Tahdhib, vol.7, p.337. Badru’din ibn Mahmud ibn Ahmad Hanafi(mort 855 A.h.): Umdatu'l-Qari, vol.7, p.631. Ali ibn Hisamu'd-din Muttaqi Hindi (mort 975 A.h.): Kanzu'l-Ummal, vol. 6, p.156. Abu’r Ra’uf ibn Al-Munawi Shafi'i (mort 1031 A.h.): Faizu'l-Qadir, Sharh-e-Ja mi'u'l-Saghir, vol.4, p.46. Hafiz Ali ibn Ahmad Azizi Shafi'i (mort 1070 ): Siraju'l-Munir Jam'u's-Saghir, vol. III, p.63. Muhammad ibn Yusuf Shami (mort 942 A.h.): Subulu’l Huda Wa'l-Rishad fi Asma'i Khairu'l-Ibad. Muhammad ibn Yaqub Firuzabadi (mort 817 A.h.): Naqdu's-Sahih. l'Imam Ahmad ibn Hanbal (mort 241 A.h.): Mujaladab-e-Munaqab, Musnad. Abu Salim Muhammad ibn Talha Shafi’i (mort 652 A.h.): Matalibu-s-Su'ul, p.22. Seikhu’l Islam ibn ibrahim Muhammad Hamwaini (mort 722 A.h.): Fara'idu's-simtain. Shahabu'd-din Dowlat Abadi (mort 849 A.h.): Hidayatu's-Su'ada. Seyyed Allama Samhudi Nuru'd-din Shafi'i (mort 911 A.h.): Jawahiru'l-Iqdain. Qazi Fazl ibn Ruzbahan Shirazi: Ibta'lu'l-Batil. Nurud- din ibn Sabbagh Maliki (mort 855 A.h.): Fusulu'l-Muhimma, p.18. Sahadu’d-din ibn Hajar Makki: Sawa'iq-e-Muhriqa. Jamalu'd-din Ata'ullah Muhadith-e-Shirazi (mort 1000 A.h.): Arba'in. Ali Qari Harawi (mort 1014 A.h.): Mirqat Sharh-e-Mishkat. Muhammad ibn Ali Subban (mort 1205 A.h.): Is'afu'l-Raghibin, p.156. Qazi Muhammad ibn Sukani (mort 1250 A.h ): Fawa’idul-Majmu’a Fi'l-AHadithi'l-Muzu'a Seyyed Mahmud Alusi Baghdadi (mort 1270 A.h.): Tafsir-e-Ruhu'l-Ma'ani. l’Imam Al-Ghazali:'Ihya'u'l-Ulum. Seyyed Ali Hamadani Faqih-e-Shafi'i: Mawaddatu'l-Qurba. Abu Muhammad Ahmad ibn Muhammad asimi: Zainu'l-Fata. Shamsu’d-din ibn Muhammad ibn Sakhawi abdu'r-Rahman (mort 902 A.h.): Maqasidu'l-Hasana. Sulayman Balkhi Hanafi (mort 1293 A.h.): Yanabiu'l-Mawadda, ch 14. Yusuf Sibt Ibn Jauzi: Tadhkirat-e-Khawasu'l-Umma. Seyyed Husain Fuzi Harawi Sadrud-din: Nuzahatu'l-Arwah. Husain Meibudi: Sharh-e-Diwan. Ibn Ali Khatib Baghdadi (mort 463 A.h.): Ta'rikh, vol. 2, p.377, vol.4, p. 348, et vol. 7, p.173. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi'i (mort 658 A.h.): Kifayatu't-Talib, à la fin du ch 58.

Après citation du hadith par l’Envoyé d’Allah (saw), l’Imam Ahmed ibn Muhammad Al Siddiqi Maghribi dans son livre, Fathu’l-Ali bi Sihat-Hadith-Bab-Madinatu’l-Ilm (imprimé par la préssion d’Ilamiyyah , Egypte, 1354 A.H) dit: “Tous les compagnons instruits, la prochaine génération après eux et la progéniture du Prophète ont reconnu les vertus, la vaste connaissance et le jugement d'Ali supérieur à toute la communauté islamique, Abu Bakr, Umar, Uthman et d’autres compagnons consultèrent Ali concernant des sujets sur la religion et suivaient ses conseils dans les affaires administratives. Ils ont admis qu'il était l’excellence dans la connaissance et la sagesse.”


Dernière édition par Assiddiqa le Jeu 30 Juin 2011 - 9:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
jafar313
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 214
Age : 35
Localisation : france
Réputation : -10
Points : 288
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 18:35

Assiddiqa a écrit:
jafar313 a écrit:
Assiddiqa a écrit:



Sources sunnites du tafsir de verset 55 de la sourate 5 :

Selon le savant al-Zamakh-charî, dans "Al-Kach-châf":

"Il [ce Verset] a été révélé à propos de 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage) lorsqu'un mendiant l'a sollicité pendant qu'il était en position d'Inclination dans sa Prière, et qu'il a laissé tomber pour lui sa bague -qui flottait à son petit doigt- sans interrompre sa Prière.

Si vous vous demandez comment il [ce Verset] peut être relatif à 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage), alors que le terme désigne un pluriel, je vous répondrai : si le terme désigne un pluriel, bien qu'il s'agisse d'un seul homme, c'est pour inciter les gens à faire comme lui -dans le but d'obtenir la récompense qu'il a obtenue - et pour rappeler que la nature des Croyants devrait être tellement soucieuse de la piété, de la bienfaisance et du secours envers les pauvres, que même quand ils sont en train de faire la Prière, ils ne devraient pas ajourner l'accomplissement d'une action de bienfaisance - qui ne supporte aucun retard- jusqu'à la fin de leur Prière." Al-Zamakh-charî, "Al-Kach-châf", tafsîr Sourate al-Mâ'idah, V.55.


Citant al-Kalbî, et parlant des circonstances de la Révélation de ce Verset : "Vous n'avez pas de Maître en dehors d'Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'aumône tout en s'inclinant humblement", al-Wâhidî a écrit:

"La fin de ce Verset concerne 'Alî (que la Satisfaction d'Allah lui soit acquise), car il a donné sa bague à un mendiant pendant qu'il se trouvait dans la phase d'Inclination de sa Prière."

Al-Wâhidî, "Les Circonstances de la Révélation", Sourate al-Mâ'idah, Verset 55.



l'explication de ce verset dont ont nous sors a toutes les sauces n'a aucun rapport avec le mot "wilaya" comme entende les chiites.
ce verset attribut les mérites de ali as comme compagnon du prophetes saws rien de plus. ce n'est surement pas le sens de l'imamat reconnaitre ali as comme dépositaire apres la mort de mouhammed saws,il y a une nuance a faire.

un peu comme si je donnais ma bague a la mosquée en guise de zakat et que mon père vous dit que cela signifie que jafar313 doit etre le président de la républiqque, vous voyez l'ésotérisme fabulatoire un peu, et le rapport entre un le fait et deux la déduction? j'en vois aucun Laughing Laughing Laughing

Oui, tu veux dire que Allah (SWT) n'est rien d'autre qu'un compagnon pour nous, ainsi que Son Messager (saws), rien de plus...

Ce n'est pas ce que disent ces hadiths :

Le Saint-Prophète (SAW) qui dit en présence de Banî Hâshim: «Certes voici mon frère, mon dépositaire et mon successeur parmi vous, écoutez-le donc et obéissez-lui».

Par ce propos, le Messager (SAW) désigna son dépositaire et son calife et ordonna de lui obéir. Or, Allah - gloire à Lui - dit: «Prenez ce que le Messager vous donne». (V. 7/LIX).

At-Tabarânî rapporte à partir de Salmân (r. d.) qui dit:

«J'ai demandé, ô Messager d'Allah! chaque prophète avait un dépositaire; qui est le tien?». Le Prophète ne me répondit pas sur le coup mais, par après, lorsqu'il m'a vu, il m'appela: «Salmân!». Je répondis: «Oui, et j'accourus vers lui. Il me demanda: «Sais-tu qui était le dépositaire de Mûssâ?». Je répondis: «Oui, c'était Yusha' b. Nun». Il demanda alors: «Pour quelle raison?». J'ai dit: «Parce qu'il était le plus savant de la communauté». Le Prophète me dit alors: «Mon dépositaire, mon confident et le meilleur que je puisse laisser après moi pour l'accomplissement de ma promesse et l'acquittement de ma dette est 'Ali b. Abî Tâlib».(151)

Abû Ayyûb rapporte que le Messager d'Allah (SAW) dit à sa fille Fatima (a. s.): «Ne sais-tu pas qu'Allah - gloire à Lui - s'est penché sur les Habitants de la terre, en choisit d'abord ton père et en fit un prophète; ensuite il en choisit ton époux et me révéla l'ordre de vous marier et de le prendre pour dépositaire».(152)

Abû Sa'îd rapporte aussi que le Messager d'Allah (SAW) dit: «Certes mon dépositaire, mon confident et le meilleur que je puisse laisser après moi pour l'accomplissement de ma promesse et l'acquittement de ma dette est 'Ali b. Abî Tâlib».(153)

Anas b. Mâlik rapporte aussi que le Messager a fait (un jour) ses ablutions, a accompli une prière de deux Rak'at et me dit: «Le premier qui entre par cette porte est l'Imam des Vertueux, le maître des Musulmans, le bourdon de la religion et le sceau des dépositaires ...». 'Ali (a. s.) vint le premier. Alors Le Messager (SAW) se leva rayonnant et lui donna l'accolade ...».(154)

Buraydah, à son tour, rapporte que le Prophète (SAW) dit: «Chaque prophète a un dépositaire et un héritier. Le mien est 'Ali».

Dans son livre Al-Mahâssine et Al-Massâwi', Al- Bayhaqî rapporte un récit dont voici le résumé: Jabrâ'îl (a. s.) apporta d'Allah un don pour que le Messager (SAW) en fît cadeau à son cousin et dépositaire 'Ali b. Abî Tâlib ...



151. Al-Haythamî (d'après At-Tabarânî, Al-Mu'jamul-Kabîr, 6/221); Majma'uz-Zawâ'id, 9/113; Sibt b. al- Jawzî, Tadhkiratu Khawâçil-'Umma, p. 43, "La tradition de la confidence du livre : les mérites d'Ahmed b. Hanbal"; Al-Muhib Tabarî, Ar-Riyadun-Nadirah, 2/234

152. Al-Haythamî, Majma' ..., 8/253 et 9/156; Al-Muttaqî ..., Kanzul-'Ummal, "Livre des mérites"; As-Suyûtî, Jam'ul-Jawâmi', h/ 4261

153. Al-Muttaqî, Kanzul-'Ummal, idem, h/ 1192, 2/209; At-Tabarânî, 6/271

154. Abu-Nu'aym, Hilyatul-'Awliyâ', 1/63; Ibn 'Assâkir, Târikh, Ibn Abîl-Hadîd, Sharhun-Nahj, 1/450; Az-Zubayda, Ithâfus-Sâdatil-Muttaqîne, 2/486 dans Mawsû'atu Atrâfil, hadîth, 7/461

http://www.bostani.com/maalim.htm#N_151_

Il suffit de prendre connaissance de tous les hadiths que l'Imam 'Ali (as) nous a laissé pour savoir qu'il est le dépositaire de toute la science du Prophète (saws) et le seul qui a les compétences et les qualités pour diriger avec Justice la communauté :

Jâbir b. 'Abdillah rapporte du Prophète (pslf) : « Je suis la Cité de la Science et 'Ali en est la porte (le portail); quiconque désire se rendre à la cité doit passer par la porte ». En commentant ce hadîth, Al- Hâkim dit: «C'est un hadîth authentique de par sa chaîne de transmission». Al-Hâkim, Al-Mustadrak, 3/126.

L’Imam Ahmad ibn Hanbal : Musnad. Al-Hâkim, Al-Mustadrak, 3/127-129. Mulla Ali Muttaqi : Kanzu'l-Ummal, partie VI, p.401. Hafiz Abu Nu'aim Isfahani : Hilyatu'l-Auliya. Sabban Misri : Is'afu'r-Raghibin. Ibn Maghazili Faqih Shafi'i : Manaqib. Jalalu'd-din Suyuti : Jam'u-s-Saghir, Jam'u'l-Jawami'y et La'aliu'l-Masnu'a. Thirmidhi : Sahih, v.II, p.214. Mohammad ibn Talha Shafi'i : Matalibu's-Su'ul. Cheik Sulayman Balkhi Hanafi : Yanabiu'l-Mawadda. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi'i : Kifayatu't-Talib. Sibt Ibn Jauzi : Tadhkirat-e-Khawasu'l-Umma. Ibn Hajar Makki : Sawa'iq Muhriqa, ch.9, p.75. Muhibu'd-din Tabari : Riyazu'n-Nuzra. Sheikhu'l-Islam Hamwaini : Fara'idu's-Simtain. Ibn Sabbagh Maliki : Fusulu'l-Muhimma. Ibn Abi'l-Hadid Mu'tazali : Sharh-e-Nahju'l-Balagha et une foule d'autres confirment l'authenticité de ce hadith : "Je suis la maison de la science et Ali est sa porte; ainsi celui qui désire acquérir la connaissance doit entrer par la porte."

Le Messager d'Allah (SAW) saisit la main de 'Ali le Jour de Hudaybiyyah et dit: «Voici le Prince des Vertueux, le tueur des Pervers, est victorieux celui qui le soutient; est abandonné celui qui l'abandonne. - Il le disait à haute voix - je suis la Cité de la science et 'Ali sa porte. Quiconque veut la maison qu'il passe par la porte». Al-Khatib, Târîkh Baghdâd, 2/377.

D'après Ar-Râzî (Tafsîr) et Al-Muttaqî al-Hindî (Kanz-Al-'Ummâl) 'Ali (a. s.) dit: « De la science, le Messager d'Allah m'enseigna mille portes (voies). Chacune de ces portes s'est ramifiée en mille portes ».

Abût-Tufayl dit: « J'ai assisté à un sermon donné par 'Ali et je l'ai entendu dire: «Demandez-moi à savoir, car par Allah! des événements (choses) qui se produisent d'ici jusqu'au Jugement dernier, il n'y a pas un seul au sujet duquel vous me questionnerez que je ne vous en donne le récit. Demandez-moi à propos du Livre d'Allah car, par Allah, il n'y a pas de verset que je ne sache! Je vous dirai s'il fut révélé de jour ou de nuit dans une plaine ou sur une montagne ...». Tafsîr d'Ibn Jarîr, 26/116, Tabaqât, Ibn Sa'd, 2/2/101; Thdhîb, Al-Tahdhîb, 7/337; Fat-h al-Bârî, 10/221, Huliyat al-Awliyâ', 1/67-68; Kanz al-'Ummâl, 1/228.

Jam'u'l-Jawami'y par Suyuti. Tahdhibu'l-Ansar par Muhammad Bin Jarir Tabari. Tadhkiratu'l-Abrar par Seyyed Muhammad Bukhari. Mustadrak par Hakim Nishapuri. Naqdu's-Sahili par Firuzabadi. Kanzu'l-'Ummal par Ali Muttaqi Hindi. Kifayatu't-Talib par Ganji Shafi'i et Tadhkiratu'l-Muzu'a par Jamalu'd-din Hindi. Ils affirment : "Si quelqu'un rejette ce hadith, il se trompe certainement."

Dans Rauzatu'l-Nadiya par Amir Muhammad Ya mani. Bahru'l-Asanid par Hafiz Abu Muhammad Samarqandi et Matalibu's-Su'ul par Muhammad Bin Talha Shaf i'i ont généralement confirmé la véracité de ce hadith.

Ce hadith a été relaté par différentes manières et de diverses sources. La plupart des compagnons et des suiveurs l'ont relaté, Abdullah Ibn Abbas, Jabir Ibn Abdullah Ansari, Abdullah Ibn Mas'ud, Hudhaifa ibn Yaman, Abdullah Ibn Umar, Anas ibn Malik et Amr ibn As. Parmi les tabi'in (la deuxième génération après les compagnons) : l’Imam Zainu 'l-Abidin, l’Imam Muhammad Baqir, Nabuta ibn Asbagh, Jarir Azzabi, Harith ibn Abdullah Hamdani Kufi, Sa’d ibn Ta'rifu'l-Hanzali Kufi, Sa’id ibn Jabir Asadi Kufi, Salma ibn Kuhail Hazarmi Kufi, Sulayman ibn Mihran A'mash Ku fi, Asim ibn Hamza Saluli Kufi, Abdallah ibn Uthman ibn Khisam ibn Al-Qari Al Makki, Abdu'r-Rahman ibn Uthman, Abdallah ibn Asila Al-Muradi, Abu Abdullah Sanabahi et Mujahid ibn Jabir Abu'l Hajjaj ibn Al Makhzumi Al Makki.

Plusieurs traditionnalistes sunnites et historiens l'ont rapporté. Environ 200 références de ulémas Sunnites ont enregistré ce hadith authentique. Voici certains de ces ulémas illustres et leurs livres:

Ibn Jarir Tabari (d. 310 A.h commentateur et historien du Troisième siècle de l’héjire). Hakim Nishapuri (d. 405 A.h.): Mustadrak, v.III, pp 126.128.226. Sahih de Tirmidhi (d. 289 A.h). Jalalu'd-din Suyuti (d. 911 ): Jam'u'l-Jawami'y et Jam'u's-Saghir, v.I, p. 374. Abu Qasim Sulayman ibn Ahmad Tabrani (d. 491 A.h ): Kabir et Ausat. Hafiz Abu Muhammad Hasan Samarqandi (d. 491 A.h.): Bahru'l-Asanid. Hafiz Abu Nu’aim Ahmad ibn Abdullah Ispahani (d.410 A.h): Ma'rifatu'l-Sahaba. Abdu'l-Barre Qartabi (d. 463 A.h ): Isti'ab, v.II, p. 461. Al-Jalabi Ibn Maghazili (d. 483 A.h ): Manaqib. Abu Shuja 'Shirwaih Hamadani Dailami (d. 509 A.h.): Firdausu'l-Akhbar. Abu'l-Mu'ayyid Khatib Khawarizmi (d. 568 A.h.): Manaqib, p.49 et Maqtalu'l-Husain, v.I, p.43. Hasan Damishqi (d. 572 A.h ): Ta'rikh-e-Kabir. Abu Hujjaj Yusuf ibn Muhammad Andalusi (d.605 A.h): Alif-Bas, v.I, p. 222. Abu’l Hasan Ali ibn Muhammad Athir Jazari (d. 630 A.h): Asadu'l-Ghaiba, v. IV, p.22. Muhibu’din ibn Ahmad ibn Abdullah Tabari Shafi'i (d. 694 A.h ): Riyazu'l-Nuzra, v.I, p.129 et hakha'iru'l-Uquba, p.77. Shamsu’din ibn Muhammad ibn Ahmad Dhahabi Shafi'i (mort 748 A.h.): Tadhkiratu'l-Huffaz, vol.IV, p.28. Badru'd-din Muhammad Zarkashi Misri (mort 749 A.h.): Faizu'l-Qadir, vol.III, p.47. Hafiz Ali ibn Abi Bakr Haithami (mort 807 A.h.): Majma'u'z-Zawa'id, Vol.IX, p.114. Kamalu’din ibn Muhammad ibn Musa Damiri (mort 808 A.h.): Hayatu'l-Haiwan, vol. I, p.55. Samsu’din ibn Muhammad ibn Muhammad Jazari (mort 833 A.h.): Asnu'l-Matalib, p.14. Shahabu’din Hajar Ahmad ibn Ali Asqalani (mort 852 A.h.): Tahdhibu'l-Tahdhib, vol.7, p.337. Badru’din ibn Mahmud ibn Ahmad Hanafi(mort 855 A.h.): Umdatu'l-Qari, vol.7, p.631. Ali ibn Hisamu'd-din Muttaqi Hindi (mort 975 A.h.): Kanzu'l-Ummal, vol. 6, p.156. Abu’r Ra’uf ibn Al-Munawi Shafi'i (mort 1031 A.h.): Faizu'l-Qadir, Sharh-e-Ja mi'u'l-Saghir, vol.4, p.46. Hafiz Ali ibn Ahmad Azizi Shafi'i (mort 1070 ): Siraju'l-Munir Jam'u's-Saghir, vol. III, p.63. Muhammad ibn Yusuf Shami (mort 942 A.h.): Subulu’l Huda Wa'l-Rishad fi Asma'i Khairu'l-Ibad. Muhammad ibn Yaqub Firuzabadi (mort 817 A.h.): Naqdu's-Sahih. l'Imam Ahmad ibn Hanbal (mort 241 A.h.): Mujaladab-e-Munaqab, Musnad. Abu Salim Muhammad ibn Talha Shafi’i (mort 652 A.h.): Matalibu-s-Su'ul, p.22. Seikhu’l Islam ibn ibrahim Muhammad Hamwaini (mort 722 A.h.): Fara'idu's-simtain. Shahabu'd-din Dowlat Abadi (mort 849 A.h.): Hidayatu's-Su'ada. Seyyed Allama Samhudi Nuru'd-din Shafi'i (mort 911 A.h.): Jawahiru'l-Iqdain. Qazi Fazl ibn Ruzbahan Shirazi: Ibta'lu'l-Batil. Nurud- din ibn Sabbagh Maliki (mort 855 A.h.): Fusulu'l-Muhimma, p.18. Sahadu’d-din ibn Hajar Makki: Sawa'iq-e-Muhriqa. Jamalu'd-din Ata'ullah Muhadith-e-Shirazi (mort 1000 A.h.): Arba'in. Ali Qari Harawi (mort 1014 A.h.): Mirqat Sharh-e-Mishkat. Muhammad ibn Ali Subban (mort 1205 A.h.): Is'afu'l-Raghibin, p.156. Qazi Muhammad ibn Sukani (mort 1250 A.h ): Fawa’idul-Majmu’a Fi'l-AHadithi'l-Muzu'a Seyyed Mahmud Alusi Baghdadi (mort 1270 A.h.): Tafsir-e-Ruhu'l-Ma'ani. l’Imam Al-Ghazali:'Ihya'u'l-Ulum. Seyyed Ali Hamadani Faqih-e-Shafi'i: Mawaddatu'l-Qurba. Abu Muhammad Ahmad ibn Muhammad asimi: Zainu'l-Fata. Shamsu’d-din ibn Muhammad ibn Sakhawi abdu'r-Rahman (mort 902 A.h.): Maqasidu'l-Hasana. Sulayman Balkhi Hanafi (mort 1293 A.h.): Yanabiu'l-Mawadda, ch 14. Yusuf Sibt Ibn Jauzi: Tadhkirat-e-Khawasu'l-Umma. Seyyed Husain Fuzi Harawi Sadrud-din: Nuzahatu'l-Arwah. Husain Meibudi: Sharh-e-Diwan. Ibn Ali Khatib Baghdadi (mort 463 A.h.): Ta'rikh, vol. 2, p.377, vol.4, p. 348, et vol. 7, p.173. Mohammad ibn Yusuf Ganji Shafi'i (mort 658 A.h.): Kifayatu't-Talib, à la fin du ch 58.

Après citation du hadith par l’Envoyé d’Allah (saw), l’Imam Ahmed ibn Muhammad Al Siddiqi Maghribi dans son livre, Fathu’l-Ali bi Sihat-Hadith-Bab-Madinatu’l-Ilm (imprimé par la préssion d’Ilamiyyah , Egypte, 1354 A.H) dit: “Tous les compagnons instruits, la prochaine génération après eux et la progéniture du Prophète ont reconnu les vertus, la vaste connaissance et le jugement d'Ali supérieur à toute la communauté islamique, Abu Bakr, Umar, Uthman et d’autres compagnons consultèrent Ali concernant des sujets sur la religion et suivaient ses conseils dans les affaires administratives. Ils ont admis qu'il était l’excellence dans la connaissance et la sagesse.”




tout ce que tu as écris mais alors AUCUN RAPPORT AVEC LA Sourate al-Mâ'idah, VERSET 55-56. Si ça c'est pas du hors sujet flagrant!!!!
on te démontre ouvertement que l'interprétation et la déduction est mensongère, et attribuer faussement a la notion de wilaya, et tu nous colle des hadiths concernant la wilaya lol.

si tu aurais été honnête tu aurais dis: d'accord l'interprétation de ce verset ne démontre pas la wilaya mais cependant il y a des tonnes de hadiths qui en parlent, j'aurais dis: c'est bien elle argumente, mais la c'est de la manipulation mentale façon propagande Shocked Shocked Shocked Shocked
Revenir en haut Aller en bas
jafar313
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 214
Age : 35
Localisation : france
Réputation : -10
Points : 288
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 18:39

Assiddiqa a écrit:
Abu Bakr, Umar, Uthman et d’autres compagnons consultèrent Ali concernant des sujets sur la religion et suivaient ses conseils dans les affaires administratives. Ils ont admis qu'il était l’excellence dans la connaissance et la sagesse.”


mais personne ne dit le contraire mis à part les ghulats Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Metwele
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 121
Age : 27
Réputation : 12
Points : 146
Date d'inscription : 08/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 22 Juin 2011 - 20:50

jafar313 a écrit:
Assiddiqa a écrit:



Sources sunnites du tafsir de verset 55 de la sourate 5 :

Selon le savant al-Zamakh-charî, dans "Al-Kach-châf":

"Il [ce Verset] a été révélé à propos de 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage) lorsqu'un mendiant l'a sollicité pendant qu'il était en position d'Inclination dans sa Prière, et qu'il a laissé tomber pour lui sa bague -qui flottait à son petit doigt- sans interrompre sa Prière.

Si vous vous demandez comment il [ce Verset] peut être relatif à 'Alî (qu'Allah ennoblisse son visage), alors que le terme désigne un pluriel, je vous répondrai : si le terme désigne un pluriel, bien qu'il s'agisse d'un seul homme, c'est pour inciter les gens à faire comme lui -dans le but d'obtenir la récompense qu'il a obtenue - et pour rappeler que la nature des Croyants devrait être tellement soucieuse de la piété, de la bienfaisance et du secours envers les pauvres, que même quand ils sont en train de faire la Prière, ils ne devraient pas ajourner l'accomplissement d'une action de bienfaisance - qui ne supporte aucun retard- jusqu'à la fin de leur Prière." Al-Zamakh-charî, "Al-Kach-châf", tafsîr Sourate al-Mâ'idah, V.55.


Citant al-Kalbî, et parlant des circonstances de la Révélation de ce Verset : "Vous n'avez pas de Maître en dehors d'Allah et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'aumône tout en s'inclinant humblement", al-Wâhidî a écrit:

"La fin de ce Verset concerne 'Alî (que la Satisfaction d'Allah lui soit acquise), car il a donné sa bague à un mendiant pendant qu'il se trouvait dans la phase d'Inclination de sa Prière."

Al-Wâhidî, "Les Circonstances de la Révélation", Sourate al-Mâ'idah, Verset 55.



l'explication de ce verset dont ont nous sors a toutes les sauces n'a aucun rapport avec le mot "wilaya" comme entende les chiites.
ce verset attribut les mérites de ali as comme compagnon du prophetes saws rien de plus. ce n'est surement pas le sens de l'imamat reconnaitre ali as comme dépositaire apres la mort de mouhammed saws,il y a une nuance a faire.

un peu comme si je donnais ma bague a la mosquée en guise de zakat et que mon père vous dit que cela signifie que jafar313 doit etre le président de la républiqque, vous voyez l'ésotérisme fabulatoire un peu, et le rapport entre un le fait et deux la déduction? j'en vois aucun Laughing Laughing Laughing

Comment peux-tu dire que ce verset n'a pas de rapport avec la Wilayah?

"Vous n'avez d'autre maître en dehors d' " ça signifie quoi?

Je dirais même que ça concerne le terme Wilaya dans son aspect le plus complet.




"Le Nâtiq vient pour indiquer le Sâmit ; mais le Sâmit, lui, n’indique personne. C’est qu’il est lui-même le Tout, le but de l’histoire"

Jabbîr ibn al-Hayyan
Revenir en haut Aller en bas
Bayt Al Ma3mour



Féminin Nombre de messages : 42
Age : 96
Réputation : 2
Points : 57
Date d'inscription : 03/07/2010

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Ven 24 Juin 2011 - 22:29

Salâm 'aleykoûm,


"je te mets au défi de trouver une seule riwayat correct de nos imams alayhimou salam traitant de ce sois disant horreur de l'histoire."

Pourrais-je savoir de quoi il s’agissait ?

"ce verset attribut les mérites de ali as comme compagnon du prophetes saws rien de plus"

Tu pense qu'il n'est question ici que de mérites ? De qualités attribuées à l'imâm 'Ali (as) ?
Tayeb, poursuivons.


"le rapport entre un le fait et deux la déduction?"

Tu venais de dire un peu plus haut que ce verset attribuait certains mérites à l'Imâm 'Ali (as) . Donc tu reconnais (au moins) le fait que ce verset ait été révélé au sujet de l'Imâm 'Ali, mettons alors l'explication de la fin de ce verset de côté.


Reprenons le verset (en Arabe) :

{ إِنَّمَا وَلِيُّكُمُ ٱللَّهُ وَرَسُولُهُ وَٱلَّذِينَ آمَنُواْ ٱلَّذِينَ يُقِيمُونَ ٱلصَّلاَةَ وَيُؤْتُونَ ٱلزَّكَاةَ وَهُمْ رَاكِعُونَ }


Walii والي (sans chedda) peut avoir plusieurs sens tel que celui de défenseur ou de gouverneur (chef de la Wilaya)..
Wallyy واليّ(avec chedda) peut se traduire par: tuteur (personne qui est chargée de protégée quelqu’un).
Dans ce verset, nous retrouvons le premier terme.


{Vous n’avez d’autres gouverneurs qu’Allah, son Messager et les croyants… }
Le terme "croyants" faisant allusion ici à : l'Imâm 'Ali (as).
Et qu'est-ce qu'un gouverneur ? Un dirigeant, un guide !

Qu'est-ce qui n'est pas clair dans ce verset ?


{Il [Muhammad ne prononce rien sous l'effet de la passion ;
-ce n’est rien d’autre qu'une révélation inspirée
Que lui a enseigné (l’Ange Gibril) à la force prodigieuse}

Sourate 53, verset 4,5 et 6


Muhammad (salla Allahou 'alayhi wa âale) ne transmettait et ne communiquait rien d'autre que la Révélation et la Parole Divine descendue sur son cœur !

Muhammad (saaws) est une Lumière. Dieu (Exalté soit-Il) le qualifie ainsi dans le Qur'an. Et les Imâms (as) après la mort Prophète, ont continués de transmettre cette Lumière et d’éblouir par Elle les mu'min ainsi que tout ceux qu'ils croisaient. Ils étaient ainsi les rayons de La Lumière Divine.


Comment peux-tu reconnaitre l'Imâm ‘Ali (as) comme étant le seul et unique successeur légitime tout en affirmant qu’aucun verset ne le stipule ?

Que représente l'imâmat pour toi ? Fait-il parti des piliers de la foi ?
S'il en fait parti, alors comment explique tu le fait que l’Imamat ne soit pas présent dans le Qur'an et qu’il constitue tout de même pour toi, un pilier fondamental ?




Louanges Gloire et Pureté à Dieu,

Paix, Prières et Bénédiction Divine soient sur notre bien aimé Prophète Muhammad et sur sa sainte famille purifiée.

Et Paix sur vous tous.

Revenir en haut Aller en bas
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mar 28 Juin 2011 - 13:58

Salamu 'alaykum,

Voici le hadith sus-mentionné, traduit dans son intégralité, afin que des précisions soient apportées sur ce sujet :




Sulaym dit: « J'ai demandé à Abdullah ibn Abbas, quand Jabir ibn Abdullah Ansari était assis à côté de lui : « Etais-tu présent au moment du décès du Saint Prophète (saws)? »

Il répondit: « Oui. Quand le Saint Prophète (saws) est devenu très malade, il appela chaque homme et femme, ainsi que l'enfant doué de raison, de Bani Abdou l-Mouttalib, et après les avoir réunis, il ne laissa entrer personne, sauf Zubayr, en raison de Safiya, ainsi qu'Umar ibn Abi Salmah et Oussama Ibn Zayd.

Puis il dit : « Ces trois sont de nous les Ahl ul Bayt », et dit: « Oussama est mon ami et il fait partie de nous. »

A cette époque, le Saint Prophète (saws) avait nommé Oussama le chef d'une armée et lui donna un drapeau.

Abou Bakr et Omar devaient aussi être dans cette armée, et ils dirent: « Ceci est inacceptable, il nous impose cet enfant, qui est un esclave, comme chef. »

Il (Oussama) demanda la permission du Saint Prophète (saws) d’entrer, afin qu'il puisse le saluer et partir, comme ceci se produisit quand Bani Hashim étaient réunis, alors il entra avec eux.

Abou Bakr et Umar demandèrent la permission à Oussama afin qu'ils puissent saluer le Saint Prophète (saws), alors Oussama leur donna la permission.

Lorsque Oussama entra avec nous, et il était parmi ceux qui étaient inclus au sein des Bani Hashim, et le Saint Prophète (saws) l'aimait beaucoup, le Saint Prophète (saws) dit à ses femmes : « Vous, les femmes, sortez d'ici et laissez-moi et mes Ahl ul Bayt. »

Toutes s’en allèrent, sauf Aïcha et Hafsa. Le Saint Prophète (saws) les regarda toutes deux et dit: « Vous deux, levez-vous et laissez-nous, moi et mes Ahl ul Bayt. »

Aïcha se leva, tenant la main de Hafsa, et sortit en colère en disant: « Nous te laissons toi et eux seuls. » Les deux entrèrent dans la maison des bâtons.

Le Saint Prophète (saws) dit à Ali (as): « O mon frère, fais-moi asseoir. »

Alors Ali (as) le fit asseoir l’inclinant vers sa (Ali) poitrine. Puis, le Saint Prophète (saws) remercia et loua Allah et dit : « Ô Banî ‘abdi l-Muttalib, craignez Allah et adorez-Le et accrochez-vous tous à la Corde d’Allah, et ne vous divisez pas et ne soyez pas en désaccord entre vous.

En vérité, l’Islam repose sur cinq (piliers) : la Walaya, la Salat (Prière), la Zakat, le Jeûne durant le mois de Ramadân, et le Pèlerinage.

Quant à la Walayat, elle appartient à Allah, à Son Messager et aux Croyants qui offrent la Zakât alors qu’ils s’inclinent (dans la Salat). Celui qui accorde la Walaya à Allah, à Son Messager et à ceux qui croient, alors (sache que) les alliés de Allah, ce sont eux les vainqueurs.

Salmân dit alors : « Ô Rasûlu Llâh, (la Walaya appartient-elle) à tous les croyants ou est-elle réservée à des croyants en particulier ? »

Il dit : « (Elle est réservée à) des croyants en particulier. Ce sont ceux qu’Allah a mentionnés avec Lui et Son Prophète dans plusieurs versets du Coran.

Il dit : « Qui sont-ils, ô Rasûlu Llâh ? »

Il dit : « Le premier, le préféré et le meilleur de parmi eux, est mon frère, voici ‘Ali bnu Abî Tâlib, et il posa sa main sur la tête de ‘Ali.

Puis, mon fils que voici vient après lui, et il posa sa main sur la tête de Al-Hassan.

Puis, mon fils que voici vient après lui, et il posa sa main sur la tête de Al-Hussein.

Puis, les neufs successeurs de la descendance de Al-Hussein l’un après l’autre, qui sont le lien solide d’Allah et l’attachement ferme.

Ce sont les Dépositaires des Preuves d’Allah envers Ses Créatures et Ses Témoins sur sa Terre. Celui qui leur obéit a certes obéi à Allah et m’a obéi, et celui qui leur désobéit a certainement désobéi à Allah et m’a désobéi.

Ils sont unis au Livre et le Livre est uni à eux, il ne se séparera pas d’eux et ils ne se sépareront pas de lui jusqu’à ce qu’ils me rejoignent au Bassin (al-Hawd) le Jour du Jugement."

O Bani Abdu l-Muttalib, sûrement après moi, vous subirez des calamités de la part des oppresseurs de parmi les Quraysh, les gens ignorants des pays arabes et les méchants, et ils vous domineront, vous humilieront et vous encercleront, seront jaloux de vous et vous porteront de l’inimitié. Alors vous tous, soyez patients jusqu'à ce que vous me rencontriez.

Assurément, ô Bani Abdu l-Muttalib, quiconque rencontre Allah d'une façon qu'il croit en son Unicité (Tawhid), et accepte ma Prophétie, Allah le fera entrer au Paradis et acceptera ses actes faibles et pardonnera ses péchés.

O Bani Abdu l-Muttalib, j'ai vu douze hommes de Quraysh sur ma chaire. Tous sont égarés, égarent les autres, et appellent ma Oumma à l'Enfer et les fera aller à inverse du Chemin.

Deux personnes seront de deux familles de Quraysh. Ils auront deux péchés égaux aux péchés de la Oumma entière, et leur châtiment sera égal à la punition de la Oummah entière.

Dix seront de Bani Umayyah et parmi les dix, deux seront des enfants de Harb ibn Umayyah.

Les autres restants seront des enfants d'Abu l’Aas ibn Umayyah.

De mes Ahl ul Bayt, il y aura douze Imams de Guidance. Tous d'entre eux seront ceux qui appellent vers le Paradis : Ali, Hassan et Hussein et neuf des enfants de Husayn, un par un.

L'Imam et le père de tous est Ali. Je suis l'Imam de Ali, et l'Imam de tous.

Ils seront tous avec le Livre et le Livre sera avec eux. Il ne se séparera d’aucun d’eux, et aucun d’eux ne se séparera du Livre jusqu'à ce qu’ils me rejoignent tous au Bassin.

O Bani Abdou l-Mouttalib, obéissez à Ali, suivez ses traces, liez-vous d'amitié avec lui, ne vous opposez pas à lui, restez loin de ses ennemis, respectez-le, aidez-le et restez derrière lui, afin que vous atteignez le juste objectif et obteniez des conseils et que vous soyez fortunés.

O Bani Abdou l-Mouttalib, obéissez à Ali. Si je détiens la chaîne de la porte du Paradis, et si cette porte s'ouvre pour moi vers Allah, alors je me prosterne et Allah me dit : « Lève la tête », et me dit de demander et Il l’accomplira, « et tu intercèdes, et ton intercession sera acceptée », alors je ne laisserai pas l’un d'entre vous à l’abandon. »

Ali (as) dit: « Ô Messager d'Allah, nous t’avons entendu et t’obéissons. »

Alors, il (saws) se tourna vers Ali (as) et lui dit: « O mon frère, bientôt Qouraysh te dominera et ils s’uniront tous et t’opprimeront, et feront pression sur toi, alors si tu trouves du soutien, bats-toi contre eux, si tu n’obtiens pas les aides, alors retiens a main et sauve ton sang. Attention, le martyre t’attend, qu'Allah maudisse ton assassin. »

Puis, il se tourna vers sa fille, et dit : « Tu es la première de mes Ahl ul Bayt qui me rejoindra, et tu es la Maîtresse des femmes du Paradis. Bientôt, après moi, tu seras opprimée et contrainte, et tu seras battue, et ta côte sera brisée.

Puisse Allah maudire ton assassin, et la malédiction sur celui qui a ordonné et aussi la malédiction sur ceux qui se sont réjouis, et aussi la malédiction sur ceux qui lui viennent en aide et ceux qui t’accablent, et la malédiction sur l'oppresseur de ton mari, et la malédiction aussi sur ceux qui oppriment tes enfants.

Et toi, ô Hassan, la Oummah te trahira. Si tu trouves des aides alors bats-toi contre eux, sinon retiens ta main et sauve ton sang, car sûrement le martyre t’attend.

Puisse Allah maudire ton assassin et la malédiction soit sur ceux qui lui viennent en aide, car celui qui e tue est un «waladu zinah» (un enfant illégitime), son père est aussi un «waladu zinah» et le père de son père est aussi un «waladu zinah ».

Nous, les Ahl ul Bayt, sommes ceux pour lesquels Allah a choisi le Monde Dernier (Aakhirah) et a détesté pour nous ce monde. »

Puis, le Messager d'Allah se tourna vers Ibn Abbas, et lui dit: « Prends garde, lorsque des Bani Umayyah dix d'eux aura règné, le premier à venir ensuite sera alors détruit par la main d'un de tes enfants, alors inculque la crainte d’Allah à tes enfants et occupe-toi de mes enfants et de ma famille, parce que ce monde n'est resté pour aucun de nous et tous ceux ne restera pour aucun après nous.

Notre règne est le dernier de tous les règnes, et il y aura une journée de deux jours et chaque année sera équivalente à deux ans, et de moi-même et de mes enfant, il remplira la terre de Paix et de Justice de la même manière qu'elle sera remplie d'oppression et d'injustice.
»

(Kitab Salim bnu Qays, Hadith 61)
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mer 29 Juin 2011 - 10:53

Imam Sadiq (as) a dit: « Je jure par Celui qui a fait descendre le chapitre "Ikhlas "et le Saint Coran que celui qui s’associe avec ceux qui nous cherchent des défauts, loue nos ennemis, ou établit des liens avec ceux qui ont coupé leurs liens avec nous, ou restent loin de nos associés, ou est amical avec nos ennemis, ou est l'ennemi de nos amis, est en effet un infidèle (kafir). » (Mishkat al-Anwar)




. وعنه عليه السلام قال: مَن جالس لنا عائباً، أو مدح لنا قالياً، أو واصل لنا قاطعاً، أو قاطع لنا واصلاً، أو والى لنا عدوّاً أو عادى لنا وليّاً، فقد كفر بالّذي أنزل السبع المثاني والقرآن العظيم.


Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Jeu 30 Juin 2011 - 9:41

Versets du Saint Coran stipulant de suivre La Voie des Ahlul Beyt (as)

Dieu, Exalté soit-IL, révéla : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]. Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement.» (Coran 4/59)

Puis, Dieu, Exalté soit-IL, déclara : « Lorsqu'une nouvelle leur parvient, objet de sécurité ou d'alarme, ils la font connaître autour d'eux. Si on l'avait rapportée au Prophète et à ceux qui, parmi eux, détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر], pour leur demander leur avis, ils auraient su qu'il fallait l'accréditer, car on se réfère habituellement à leur opinion.» (Coran 4/83)

Et enfin :

« Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés. Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume. Il en est parmi eux qui croient en lui tandis que d'autres s'en écartent ; la Géhenne leur suffira comme brasier.» (Coran 4/54.55)


Rappelons qu'il y a divergence chez les commentateurs concernant le sens à donner à Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité. Selon les conclusions des commentateurs des Ahl Sunna - أهل السنة - Les Gens de la Sunna, ceux qui détiennent l'autorité sont, pour certains, les rois, les commandants et chefs des armées ; pour d'autres, il s'agit des personnes savantes de la Ummah. Par contre, les savants imamites sont tous d'accord pour reconnaître que Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité, concerne les Imams de la Descendance de Mohammed (pslf).

Selon des textes explicatifs, Ouli Al-Amr-أولي الأمر sont ceux qui détiennent l'Autorité sur les activités religieuses et civiles, sans aucune limitation ; cette expression coranique signifie que ceux qui détiennent l'Autorité sur toutes les Activités de la Religion et les Affaires du Monde, ne peuvent être que les Imams (pse). En effet, pour quiconque est investi d'une autorité limitée à une seule et unique activité, l'obéissance qui lui est due ne peut s'appliquer qu'à l'activité sur laquelle il exerce son autorité ; par contre, dans le cas de la personne qui détient l'Autorité générale sur toutes les Activités, il est évident qu'elle ne peut être qu'une personne envers laquelle l'Obéissance a été rendue obligatoire, c'est-à-dire l'Imam (s) et personne d'autre.

Le fait que le terme " Obéissez " englobe à la fois le Prophète et ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité, laisse clairement comprendre que l'Obéissance due aux Imams (pse) est de même importance que l'Obéissance due à Sa Sainteté le Messager (pslf).

De la même manière que la Prophétie est décidée par Dieu et portée à la connaissance par l'Archange de la Communication, Gabriel (s), l'Imamat est porté à la connaissance par Sa Sainteté le Messager (pslf), ce qui rend l'Obéissance envers l'Imam (s) de même valeur que l'Obéissance due à Sa Sainteté le Messager (pslf).

C'est là l'explication de l'emploi d'un seul terme " Obéissez " pour signifier l'Obéissance envers le Prophète-Al-Rasoul-الرسول et l'Obéissance envers Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité. Par contre, malgré que le rang de la Prophétie soit un rang très glorieux, il ne peut d'aucune manière être assimilé au Rang de la Divinité, ce qui est clairement exprimé dans l'emploi de deux fois " Obéissez ", signifiant que l'Obéissance envers Dieu est première.

Néanmoins, Dieu, Exalté soit-IL, ayant lié l'Obéissance envers Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité à l'Obéissance envers Lui-Même et envers Son Prophète (pslf), cela laisse clairement entendre qu'un groupe de personnes a été désigné par Dieu et, avec Sa Permission, par Son Prophète, à l'Exercice de l'Autorité générale découlant de l'Autorité de Dieu, et avec Sa Permission, de l'Autorité de Son Prophète, en conséquence de quoi, l'Obéissance envers ces personnes est liée à l'Obéissance envers Dieu et à l'Obéissance envers Son Prophète.

Donc, c'est un contresens de comparer l'obéissance exigée envers eux par les tyrans et les rois cruels comme les rois de Byzance avec l'Obéissance envers Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité, qui est une Obéissance liée à l'Obéissance envers Dieu et envers Son Prophète (pslf).

Je ne partage pas une telle abomination mais je partage ce qu'a déclaré Scheikh Tabarsi : « Il est impensable que Dieu, Le Tout-Savant, rende obligatoire l'Obéissance envers une personne si ce n'est envers une personne dont sa propre Obéissance a été prouvée ; Dieu connaît l'homme dont le sentiment intérieur correspond à son aspect extérieur, et un tel homme rend Dieu satisfait de lui car cet homme ne sera jamais sujet à un reniement ni ne commettra un acte coupable d'impiété, et de telles vertus ne sont pas possédées par n'importe quel savant ou dirigeant excepté par les Imams Infaillibles (pse).

Dieu, de toute évidence, ne pourra jamais rendre obligatoire l'Obéissance envers une personne qui ne fait pas preuve d'Obéissance envers Lui, ni rendre obligatoire l'Obéissance envers un groupe dont la conduite extérieure et les actions ne sont pas en harmonie avec ses promesses, car l'Obéissance envers un tel groupe déviationniste est carrément impossible de la même manière qu'il est impensable de le rejoindre dans ce qu'il a renié.

L'une des meilleures preuves parmi celles que nous avons fait connaître, est celle de Dieu ayant considéré l'Obéissance envers Son Messager (pslf) de même importance que l'Obéissance envers Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité, car ces derniers sont la Partie supérieure de toute la Création comme l'est Sa Sainteté le Messager (pslf) par rapport à Ouli Al-Amr-أولي الأمر, ceux qui détiennent l'Autorité et par rapport à l'entière Création ; cette particularité vertueuse se trouve en exclusivité chez les Imams de la Descendance de Mohammed (pse) dont l'Imamat et l'Infaillibilité ont été largement prouvés ; d'ailleurs, l'entière Ummah a reconnu leur Station très élevée et leur respect de la Justice.

Et s'il vous arrivait de vous quereller, alors " Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète " ; et nous, les Chiites-الشيعة , après le décès de Sa Sainteté le Messager (pslf), nous soutenons qu'il faut s'en remettre aux Imams (pse) en tant que Fondés de Pouvoir du Messager (pslf) ; et que s'en remettre aux Imams (pse) possède la même valeur que s'en être remis au Messager (pslf) durant sa vie, car les Imams (pse) sont les Protecteurs de Sa Sainteté le Messager (pslf) et Ses Califes pour Sa Ummah.» Ici se termine l'analyse du Scheikh Tabarsi.

Dans la première partie du Verset : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]. Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement ", (Coran 4/59), se trouve l'expression " ceux qui détiennent l'autorité-Ouli Al-Amr-أولي الأمر ", mais à la fin du Verset, et selon la lecture qui nous est proposée, nous ne retrouvons pas cette expression, seul Tabarsi semble avoir soulevé le problème à la fin de son analyse lorsqu'il dit : « et nous, les Chiites-الشيعة, après le décès de Sa Sainteté le Messager (pslf), nous soutenons qu'il faut s'en remettre aux Imams (pse) en tant que Fondés de Pouvoir du Messager (pslf) ; et que s'en remettre aux Imams (pse) possède la même valeur que s'en être remis au Messager (pslf) durant sa vie

Il est donc raisonnable de souligner que tout malentendu ou dispute au sujet de l'Imamat doivent être aussi portés devant le Livre de Dieu et la Sunna de Sa Sainteté le Messager (pslf).

D'autre part, la désignation de l'Imam ne peut se faire que par Dieu et avec Sa Permission par Son Messager (pslf) et non comme l'entendent les opposants qui prétendent que l'Imamat se fonde sur un simple accord entre personnes, allant jusqu'à penser que la nomination d'un Imam appartient à un autre Imam ; de plus, il est fait mention dans certains récits que la lecture du Verset faite par les Ahlul Beyt (pse)-أهل البيت comprenait à la fin du Verset l'expression " ceux qui détiennent l'autorité-Ouli Al-Amr-أولي الأمر ", ce qui vient conforter les paroles de Ali Ibn Ibrahim disant que l'expression "ceux qui détiennent l'autorité-Ouli Al-Amr-أولي الأمر " signifie Amir Al-Mu'minin Ali (s).

En bref, il a été dit par des récits dignes de confiance que la fin de ce Verset fut révélée ainsi : « Portez vos différends devant Dieu, devant le Prophète et devant ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]…Ayyashi a également rapporté que l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) récitait ce Verset de la façon citée ci-dessus.

Kulayni, de son côté et à partir de sources dignes de confiance, a rapporté que l'Imam Al-Bâqer (s) récitait le Verset : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]. Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement ", (Coran 4/59), de la façon suivante : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]. Portez vos différends devant Dieu, devant le Prophète et devant ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement ", (Coran 4/59), et que l'Imam (s) ajoutait ce commentaire : « Comment Dieu aurait-IL pu rendre obligatoire l'Obéissance à leur égard et accepté des différends avec eux ?

Cette recommandation s'adresse au groupe pour lequel il a été rendu obligatoire l'Obéissance envers Dieu et l'Obéissance envers Son Prophète.» Ayyashi à partir d'autres sources dignes de confiance a rapporté la même façon de réciter ce Verset par l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s).

Dans l'ouvrage Uyoon Akhbar Reza, il est rapporté les paroles suivantes de l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) : « Sa Sainteté le Messager (pslf) avait établi un testament en faveur de l'Imam Ali (s), de l'Imam Al-Hassan (s) et de l'Imam Al-Hossein (s), puis il déclara que la Parole de Dieu " Ouli Al-Amr-أولي الأمر " révélée dans le Verset : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]… ", (Coran 4/59), signifiait Ali et les Imams de la Descendance de Fatima (pse) dont la Présence sera assurée jusqu'au Jour du Jugement.» Il est rapporté la même chose dans l'ouvrage Akmaluddîn.

Dans Elam Al-Waraa et Manaqib Sharh Aashob et à partir de la source du Tafseer de Jufi, il est rapporté les paroles suivantes de Jabi Ansari : « J'ai questionné Sa Sainteté le Messager Mohammed (pslf) au sujet de la signification du Verset : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]. Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement ", (Coran 4/59). J'ai posé la question au Messager (pslf) : Nous avons reconnu Dieu et Son Messager (pslf), mais qui sont " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر].»

Le Messager (pslf) m'a répondu ceci : "ô Jabir ! Après moi, ils seront mes Califes et mes Imams ; le premier d'entre eux sera Ali Ibn Abi Tâleb ; puis Al-Hassan ; puis Al-Hossein ; puis Ali Ibn Al-Hossein ; puis Mohammed Ibn Ali, qui fut nommé dans la Torah sous le nom de Bâqer ; ô Jabir, transmets lui mon Salam lorsque tu le rencontreras ; puis Ja'far As-Sâdeq Ibn Mohammed ; puis Moussa Ibn Ja'far ; puis Ali Ibn Moussa ; puis Mohammed Ibn Ali ; puis Ali Ibn Mohammed ; puis Al-Hassan Ibn Ali ; le fils du dernier cité portera mon nom et mon surnom ; tous seront les Preuves de Dieu sur Terre et les Califes pour Ses Serviteurs ; quant au fils de Al-Hassan Ibn Ali, il est celui auquel Dieu confiera la conquête de l'Orient et de l'Occident, il disparaîtra de la vue de ses Chiites rendant invisible le pouvoir de son Droit ; seuls demeureront Fidèles à son Imamat ceux dont la Foi aura été éprouvée par Dieu.»

Kulayni et Ayyashi ont rapporté l'entretien de Zaid Ibn Muawiyah avec l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) : « J'ai demandé à l'Imam Al-Bâqer (s) qu'il me donne l'explication du Verset : « Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés. Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume. Il en est parmi eux qui croient en lui tandis que d'autres s'en écartent ; la Géhenne leur suffira comme brasier ", (Coran 4/54.55) ; et l'Imam (s) a commencé par citer le Verset : « N'as-tu pas vu ceux auxquels une partie du Livre a été donnée ? Ils croient aux Jibt et aux Taghout ; ils disent, en parlant des incrédules : « Ils sont mieux dirigés que les Croyants " ", (Coran 4/51).

L'Imam (s) : « Par Jibt et Taghout, il faut entendre les deux principales idoles auxquelles les non-croyants rendaient un culte ; cela signifie également les califes injustes et les pseudo-imams qui appellent les gens à l'Enfer, qui soutiennent que les autres sont mieux dirigés que la Descendance de Mohammed (pslf).»

« Voilà ceux que Dieu maudit : Tu ne trouveras pas de défenseur pour celui que Dieu maudit ! Possèdent-ils une partie du Pouvoir ? Ils ne donneraient donc rien aux gens, pas même la fente du noyau de datte… « , (Coran 4/52.53).

L'Imam (s) : Ici, l'expression " aux gens-Al-Nass-الناس ", s'adresse à nous et l'expression " la fente du noyau de datte-Naqeer-نقيرا " signifie la partie sans valeur du noyau de datte.»

Ou bien ils sont jaloux des gens à cause des Bontés que Dieu leur a accordés ", (Coran 4/54).

L'Imam (s) : « Ici, l'expression " des gens-Al-Nass-الناس ", nous signifie et l'expression " ils sont jaloux des gens " signifie ils sont jaloux de nous du fait que Dieu nous a remis en exclusivité l'Imamat et à personne d'autre

Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume ", (Coran 4/54).

L'Imam (s) : « Ici, la signification est la suivante : A partir de la Descendance " Nous " avons mandaté des Messagers et des Imams ; et puisque les gens acceptent ce fait concernant la Descendance d'Abraham, pour quelle raison ne l'accepteraient-ils pas pour la Descendance de Mohammed ! »

Il en est parmi eux qui croient en lui tandis que d'autres s'en écartent ; la Géhenne leur suffira comme brasier ", (Coran 4/55).

Des personnes avancent que parmi les Gens du Livre-Ahl Al-Kitab il y a ceux qui croient et d'autres qui ne croient pas en la Prophétie de Mohammed (pslf).

Zaid Ibn Muawiyah : « J'ai demandé à l'Imam (s) de m'éclairer concernant : « Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume ", (Coran 4/54).

L'Imam (s) : « Dieu plaça parmi eux des personnes qui, lorsque quelqu'un leur obéit, son acte équivaut à avoir fait preuve d'Obéissance envers Dieu ; quant à celui qui s'oppose à ces personnes, s'oppose en réalité à Dieu ; c'est là la signification de l'expression coranique "ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume ".»

Puis l'Imam (s) ajouta : « Dans ce que Dieu a déclaré ensuite, nous sommes les concernés, autrement dit : l'Imam en fonction doit remettre en mains propres les Livres, la Science et le Trophée de Sa Sainteté le Messager (pslf) à son Imam Successeur : « et de juger selon la justice, lorsque vous jugez entre les hommes " (Coran 4/58).

Ensuite, Dieu s'adressa aux Croyants : « ô vous qui croyez !», expression qui engage tous les Croyants jusqu'au Jour du Jugement à pratiquer la suite du Verset : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", (Coran 4/59) ; ici, nous sommes " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر].»

Quant au passage coranique : « Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement ", (Coran 4/59), il avait été révélé avec la formule " devant ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " ; en effet, comment croire que Dieu Qui a rendu obligatoire l'Obéissance envers Lui, envers le Prophète et envers " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", aurait autorisé des différends avec ces derniers ? Il s'agit bien, ici, d'un Commandement adressé à tous ceux pour qui l'Obéissance a été rendue obligatoire.»

Ayyashi a rapporté la visite faite à l'Imam Ali-Reza (s) par Aban Ibn Taghlab pour demander à l'Imam (s) : « Qui sont " ceux qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " ?

- L'Imam (s) : « Ali Ibn Abi Tâleb (s).» Puis, l'Imam (s) demeurant silencieux, je lui (s) ai demandé : « Et après Ali (s) ?»

- L'Imam (s) : «L'Imam Al-Hasssan.» - A nouveau, l'Imam (s) demeurant silencieux, je lui (s) ai demandé : « Et après l'Imam Al-Hassan (s) ?»

- L'Imam (s) : « L'Imam Al-Hossein (s).»

- A nouveau, l'Imam (s) demeurant silencieux, je lui (s) ai demandé : « Et après l'Imam Al-Hossein (s) ?»

- L'Imam (s) : « L'Imam Ali Ibn Al-Hossein (pse).»

- Et ainsi de suite jusqu'à ce que l'Imam (s) cite le nom du dernier Imam.»

Il a été rapporté l'entretien de Imran Halabi avec l'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) lui ayant dit : « Vous, le groupe des Chiites, vous avez atteint La Religion jusqu'à sa racine si l'on se réfère au Commandement de Dieu : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", (Coran 4/59) ; et aux Recommandations suivantes de Sa Sainteté le Messager (pslf) : « Après moi, je laisserai parmi vous deux Charges pesantes, tant que vous y demeurerez attachés, vous ne dévierez jamais ", car, ce faisant, vous prouverez que votre Foi n'est pas celle de l'hypocrite, ni celle de personnes semblables à ce dernier.»

Expliquant le Verset : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", (Coran 4/59), l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) déclara ceci : « Ce verset fut révélé en considération de la position de Amir Al-Mu'minin Ali (s) et de celle des Imams de sa descendance. Dieu les désigna en continuateurs des Prophètes ; la seule différence entre eux et les Prophètes est que les Imams (pse) ne décident pas du licite-Halal-الحلال et de l'illicite-Harâm-لحرام car ils jugent selon الشريعة- La Chari'a ou Loi Divine de Mohammed (pslf).»

Il a été rapporté la réponse donnée par l'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) à la question de Hakim : « Que je te sois sacrifié ! Peux-tu m'accorder la faveur de me dire qui sont ceux qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] et envers lesquels l'Obéissance a été rendue obligatoire ? - L'Imam (s) : Il s'agit de l'Imam Ali Ibn Abi Tâleb, de l'Imam Al-Hassan, de l'Imam Al-Hossein, de l'Imam Ali Ibn Al-Hossein, de Mohammed Ibn Ali, de Ja'far Ibn Mohammed, c'est-à-dire moi-même ; loue Dieu de t'avoir accordé la faveur de connaître et de suivre tes Guides alors que d'autres les renient.»

Il a été rapporté les paroles suivantes de l'Imam Ali-Reza (s) : « Ceux qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] sont Ali Ibn Abi Tâleb (s) et un groupe de sa descendance.»

Furat Ibn Ibrahim a rapporté les paroles suivantes de l'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) : « Ceux qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] sont ceux qui détiennent la Science et la Sagesse.» Des personnes demandèrent à l'Imam (s) : « Cela vous est-il réservé ou bien cela nous concerne-t-il également ?

L'Imam As-Sâdeq (s) : « Cela est réservé aux seuls Ahlul Beyt (pse)-أهل البيت.»

A propos du Verset : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", (Coran 4/59), il a été rapporté les paroles suivantes de l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) : « Ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] signifie la Descendance de Mohammed (pslf).»

Il a été rapporté dans l'ouvrage Kitab Ikhtisas la réponse donnée par l'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) aux personnes lui ayant demandé : « L'Obéissance est-elle obligatoire envers les Successeurs ?

L'Imam (s) : Oui, car ils sont les personnes desquelles Dieu a dit : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", (Coran 4/59), et les personnes concernées par le Verset suivant : « Vous n'avez pas de maître en dehors de Dieu et de Son Prophète, et de ceux qui croient : ceux qui s'acquittent de la Prière, ceux qui font l'Aumône tout en s'inclinant humblement ", (Coran 5/55).

Furat et Kulayni ont rapporté l'entretien de personnes avec l'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) qui lui avaient demandé de les informer concernant les fondements de l'Islam obligeant chacun à ne pas les ignorer car, en les ignorant, chacun finirait par ne plus pratiquer La Religion Véritable, en conséquence de quoi ses pratiques et actions ne seraient pas agréées par Dieu, mais qu'en les connaissant, chacun pourrait pratiquer comme il se doit et ainsi se mettre à l'abri de l'erreur.

L'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) : « Il s'agit du Témoignage de l'Unicité : أشهد أن لا إله إلا Je témoigne qu'il n'y a de Dieu que Dieu ; du Témoignage de la Prophétie de Mohammed : أشهد أن محمدا رسول Je témoigne que Mohammed est l'envoyé de Dieu ; de donner son plein assentiment à tout ce qu'a transmis le Prophète sur Ordre de Dieu ; de payer l'impôt de droit divin-Al-Zaka-الزكوة ; de donner son plein assentiment à la Walayat établie par Dieu et qui est la Walayat de la Descendance de Mohammed (pslf).

Les personnes demandèrent : « Existe-t-il une preuve en ce domaine et son acceptation a-t-elle valeur d'argument ?»

- L'Imam (s) : « Pour quelle raison en serait-il autrement ? Cela repose sur les Paroles de Dieu : « ô vous qui croyez ! Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر]. Portez vos différends devant Dieu et devant le Prophète ; si vous croyez en Dieu et au Jour dernier ; c'est mieux ainsi ; c'est le meilleur arrangement ", (Coran 4/59).

Sa Sainteté le Messager (pslf) a déclaré : « Toute personne qui vient à mourir sans avoir donné son plein assentiment à l'Imam de son Temps, est morte de la mort du temps de l'Ignorance.»

A noter que pour son temps, Sa Sainteté le Messager (pslf) remplissait aussi la fonction d'Imam, mais qu'après son décès, ce fut l'Imam Ali (s), or, certaines personnes reconnaissaient en tant qu'imam Mouawiyya et non l'Imam Ali (s) ; puis après l'Imam Ali (s) ce fut le tour de l'Imam Al-Hassan (s) d'occuper cette fonction, puis ce fut le tour de l'Imam Al-Hossein (s) dont la fonction fut considérée par certains de ses contemporains à égalité avec celle tenue par Yazid le débauché, alors que, chacun en conviendra, il ne pouvait exister aucune égalité possible entre l'Imam Al-Hossein (s) et Yazid le débauché.

Puis, après l'Imam Al-Hossein (s) ce fut le tour de Ali Ibn Al-Hossein (s), puis le tour de l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) et ses contemporains Chiites ne savaient pas même accomplir correctement les rites du Pèlerinage, l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) comblera leur retard en développant les Connaissances islamiques dans le grand public auquel il enseignera les Rites du Pèlerinage-Al-Hajj-الحج , les Règles du licite-Al-Halal-الحلال et de l'illicite-Al-Harâm-الحرام.

Puis, vint une époque où les Ahl Sunna-أهل السنة-Les Gens de la Sunna ressentir un grand besoin de la compagnie des Chiites, ce qui n'était pas le cas auparavant ; cela se passera presque toujours ainsi pour la simple raison que face aux Savants chiites, l'ignorance et la cruauté des califes en place apparaissaient dans toute leur horreur.

A la lumière des Versets et des Hadiths, La Présence d'un Imam de chaque Temps est indispensable et toute personne qui vient à mourir sans avoir donné son plein assentiment à l'Imam de son Temps, meurt de la mort de l'âge de l'ignorance et de la mécréance. Avant la Présence des Imams (pse), vous pouvez apprendre qu'il a existé bien des personnes qui se sont présentées comme savantes mais, quiconque fait preuve de bon sens et d'entendement, ne peut manquer de donner un rang inférieur à ces personnes comparativement au rang supérieur tenu par les Imams (pse), ce qui, sans conteste, confirme que l'Imamat revenait aux Imams (pse) et à personne d'autre, raison pour laquelle les Imams (pse) sont bien " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر].»

Vous ressentirez un très grand besoin de La Religion Véritable le jour où votre âme sera rendue à cet endroit - l'Imam (s) pointa du doigt sa poitrine - ; ce jour là, ses Principes se présenteront à vous et vous feront dire : ô combien ma Religion était de loin la meilleure.»

Ayyashi a rapporté le commentaire de l'Imam Ali-Reza (s) concernant le Verset : « Lorsqu'une nouvelle leur parvient, objet de sécurité ou d'alarme, ils la font connaître autour d'eux. Si on l'avait rapportée au Prophète et à ceux qui, parmi eux, détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر], pour leur demander leur avis, ils auraient su qu'il fallait l'accréditer, car on se réfère habituellement à leur opinion.» (Coran 4/83)

L'Imam (s) : « Ici, " ceux qui, parmi eux, détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", sont les Descendants de Mohammed (pslf), ceux qui connaissent les Règles coraniques du licite-Al-Halal-الحلال et de l'illicite-Al-Harâm-الحرام ; de plus, ces Grandes Âmes sont les Preuves de Dieu pour l'entière Création.»

Concernant ce Verset, l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) déclara : « Ici, " ceux qui, parmi eux, détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", sont les Imams Infaillibles (pse).»

Ibn Shahr Aashob a souligné dans l'ouvrage Manaqib l'existence de deux interprétations du Verset de l'Obéissance : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", (Coran 4/59).

La première est : « ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " signifie les Imams (pse) ;

La seconde est : « ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " signifie les commandants de l'armée.

Néanmoins, lorsque l'une des deux interprétations s'avère erronée, l'autre doit être considérée comme vraie, autrement, cela laisserait comprendre que la vérité est sortie du sein de la Ummah. La preuve qu'il s'agit bien des Imams (pse) dans le Verset en question est fournie par le sens apparent de ses termes qui laisse clairement entendre qu'il s'agit bien d'une Obéissance générale et inconditionnelle envers " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " et, c'est bien ainsi que Dieu veut le faire comprendre en liant l'Obéissance rendue obligatoire envers les Imams (pse) à Son Obéissance et à celle de Son Messager (pslf) et, de la même manière que l'Obéissance envers Son Messager (pslf) est générale et couvre tous les domaines, il en est de même de celle réclamée envers les Imams (pse).

Si l'Obéissance envers les Imams avait été voulue particulière et déterminée, alors, elle eut été spécifiée dans ce sens, mais ce ne fut pas le cas ; ce qui porte à dire que puisque l'Obéissance envers les Imams a été rendue obligatoire dans tous les domaines, il en découle l'existence de leur Imamat général, car c'est bien de cela qu'il s'agit ici. En outre, à partir du moment où ce Verset rend obligatoire l'Obéissance envers " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", l'Infaillibilité des Imams est donc nécessaire ; autrement, cela laisserait entendre que Dieu laissa la porte ouverte à l'erreur de celui qui n'est pas Imam Infaillible.

En effet, toute personne commune étant sujette à l'erreur, si l'obéissance générale envers cette dernière avait été rendue obligatoire, cela aurait signifié, aussi, l'obéissance à ses erreurs ; ce simple constat oblige la raison à ne pas opter pour l'interprétation du Verset en faveur d'une simple obéissance envers les commandants d'une armée, car tout le monde sait que cette fonction n'est pas protégée par le statut de l'Infaillibilité ; le Verset est clair, il ne s'adresse à aucune activité particulière.

D'autres ont dit que " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " signifiait les savants de la Ummah ; mais cette interprétation est tout autant erronée que la précédente car, les savants eux-mêmes étant sujets à l'erreur et à la divergence de point de vue, faire preuve d'obéissance envers l'un signifierait faire preuve de méfiance envers les autres ; et il est impensable que Dieu ait voulu une telle situation.

D'ailleurs, Dieu a distingué " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " par la Science et la Guidance dans le Verset suivant : « Lorsqu'une nouvelle leur parvient, objet de sécurité ou d'alarme, ils la font connaître autour d'eux. Si on l'avait rapportée au Prophète et à ceux qui, parmi eux, détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر], pour leur demander leur avis, ils auraient su qu'il fallait l'accréditer, car on se réfère habituellement à leur opinion ", (Coran 4/83) "

Shobi rapporta la coutume d'Ibn Abbas consistant à dire que " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " signifiait les Amirs ou Commandants de l'armée et que l'Imam Ali (s) en était bien le premier concerné.

Lorsque Hassan Ibn Saleh demanda à l'Imam Ja'far As-Sâdeq (s) de lui expliquer le passage coranique " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] ", l'Imam (s) lui répondit : « Ils sont les Imams des Ahlul Beyt (pse)-أهل البيت.»

Mujahid, dans son Tafseer, a écrit que le passage coranique " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " fut révélé en considération de la position de l'Imam Ali (s) lorsque Sa Sainteté le Messager (pslf) le désigna à la fonction de Calife de Médine. En effet, l'Imam Ali (s), chagriné, dit au Messager : « Tu vas partir en campagne et tu me laisses parmi les femmes et les enfants.»

Le Messager (pslf) lui (s) répondit ceci : « Ne seras-tu pas comblé d'apprendre que la position qui te rattache à moi est semblable à la position qui unissait Aaron à Moïse, lorsque : « Moïse dit à son frère Aaron : Remplace-moi auprès de mon peuple, fais ce qui est bon et ne suis pas le chemin des pervers(Coran 7/142)

L'Imam (s) acquiesça et ce fut le moment de la Révélation du passage coranique " ceux d'entre vous qui détiennent l'autorité [Ouli Al-Amr-أولي الأمر] " ; donc, Dieu fit désigner par Son Messager (pslf) l'Imam Ali (s) Calife de Médine et détenteur de l'Autorité sur toutes les affaires de la Ummah après le décès du Messager (pslf) ; Dieu ordonna à tous Ses Serviteurs de faire preuve d'obéissance envers l'Imam Ali (s) et de ne jamais s'opposer à lui (s). " Falji a rapporté dans Abana ceci : Ce Verset fut révélé au moment même où Burda se plaignait de l'Imam Ali (s). - Ici se termine les paroles de Ibn Shahr Aashob.»

Ibn Shahr Aashob, Ayyashi et d'autres, ont rapporté à partir de sources dignes de confiance les paroles suivantes de l'Imam As-Sâdeq (s) : « Nous constituons le groupe envers lequel Dieu rendit l'Obéissance obligatoire pour tous, la manne et la fortune licite nous sont réservées en exclusivité ; nous sommes profondément enracinés dans la Connaissance ; nous sommes les enviés desquels Dieu déclara : « Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés ", (Coran 4/54).

Ayyashi et d'autres ont rapporté le commentaire de l'Imam As-Sâdeq (s) concernant le Verset : « Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume.» (Coran 4/54)

L'Imam (s) : « Ici, " ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume " signifie que Dieu choisit de Grands Imams parmi eux, puis rendit obligatoire l'Obéissance envers eux et considéra tout acte de désobéissance à leur égard comme un acte de désobéissance envers Lui. C'est là, et seulement là, que réside l'"immense royaume".»

Dans Basaïr Ad-Darajat, il a été rapporté à partir de sources dignes de confiance le commentaire de l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) concernant le Verset : « Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés. Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume.» (Coran 4/54)

- L'Imam (s) : « Nous les Ahlul Beyt (pse)-أهل البيت, nous sommes les Hommes dont les autres sont jaloux.»

Toujours selon des sources dignes de confiance, il a été rapporté le commentaire de l'Imam As-Sâdeq (s) concernant le Verset : « Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés.» (Coran 4/54)

- L'Imam (s) : « Nous sommes les personnes que les autres envient à cause de la Charge de l'Imamat qui nous fut confiée par la Grâce de Dieu ; Grâce de Dieu qui n'inclut personne d'autre.»

Il a été rapporté, ailleurs, que l'expression coranique " ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume " signifie l'Obéissance sans limite aux Ordres des Imams et que Dieu rendit obligatoire pour tous.

Selon des sources dignes de confiance, il a été rapporté la réponse donnée par l'Imam As-Sâdeq (s) à des personnes qui lui (s) avaient posé la question suivante : « Que signifie " ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume ", (Coran 4/54).

- L'Imam (s) : « Il s'agit de l'Obéissance sans limite rendue obligatoire envers les Imams, à tel point, que même dans la Vie de l'Au-delà, l'Enfer obéira à leurs ordres ; ils ordonneront à l'Enfer d'engloutir ceux qu'ils lui désigneront et de relâcher ceux qu'ils lui indiqueront pour qu'ils puissent traverser le Pont-الصراط-Al-Sirat.»

Selon des sources dignes de confiance, il a été rapporté le commentaire de l'Imam As-Sâdeq (s) concernant le Verset : « Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume.» (Coran 4/54) - L'Imam (s) : « Ici, " Livre " signifie la Prophétie, la Faculté pensante et Juger entre les gens ; quant au passage coranique " Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume ", cela implique l'Obéissance qui fut rendue obligatoire.»

Ailleurs et selon des sources dignes de confiance, il est également rapporté de l'Imam As-Sâdeq (s) le commentaire suivant du Verset : « Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés. Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume.» (Coran 4/54)

- L'Imam (s) : « Par Dieu ! nous sommes ceux enviés par les autres et les seuls concernés par " ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume " que nous finirons pas posséder durant le Temps du Qaëm, l'Imam Al-Mahdi.»

Ayyashi a rapporté le commentaire de l'Imam Mohammed Al-Bâqer (s) concernant le Verset : « Ou bien ils sont jaloux des hommes à cause des Bontés que Dieu leur a accordés. Nous avons, en effet, donné à la famille d'Abraham le Livre et la Sagesse. Nous leur avons accordé ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume.» (Coran 4/54)

- L'Imam (s) : « Ici, " Livre " signifie la Prophétie, " Sagesse " signifie les Messagers choisis et clairvoyants, et " ملكا عظيما-Mulkan Aziman-un immense royaume " signifie les Imams choisis dont la fonction est de guider.»

Ayyashi a rapporté l'entretien entre l'Imam As-Sâdeq (s) et Dawoud Ibn Farqad ayant demandé à l'Imam (s) de l'éclairer concernant le Verset : « Dis : « ô Dieu ! Souverain du Royaume : Tu donnes la royauté à qui Tu veux et Tu enlèves la royauté à qui Tu veux ".» (Coran 3/26) Dieu n'a-t-IL pas donné la royauté aux Béni Omayyah.

- L'Imam (s) : « Ce n'est pas ainsi que les gens devraient comprendre ce Verset ; Dieu nous a donnés la Royauté et les Béni Umayyah nous l'ont arrachée de la même manière qu'une personne se fait arracher par une autre les vêtements qu'elle porte ; dans ce dernier cas, les vêtements arrachés ne peuvent jamais devenir la propriété de la personne qui s'en ait emparés par la force.»

De l'Imam As-Sâdeq (s) : « Dieu enseigna la Discipline à Son Messager (pslf) en considération de Son Choix et de Son Affection à son égard ; puis, Dieu révéla : « Tu es d'un caractère élevé ", (Coran 68/4)

Puis, s'adressant aux gens, Dieu leur dit : « Prenez ce que le Prophète vous donne, et abstenez-vous de ce qu'il vous interdit ", (Coran 59/7). " Enfin, Dieu avertit : « Ceux qui obéissent au Prophète obéissent à Dieu. Quant à ceux qui se détournent, laisse-les : Nous ne t'avons pas envoyé vers eux comme gardien.» (Coran 4/80)

L'Imam (s) : Dieu a remis à Ali (s) le Droit d'être obéi, puis Ali (s) fut fait Administrateur de La Religion de Dieu-دين الله , des Commandements divins, des Affaires de la Ummah et, vous avez tous accepté sa position pour finalement la renier par la suite. Par Dieu ! Ce que nous attendons de votre part est ceci : Lorsque nous parlons, parlez ; lorsque nous gardons le silence, gardez le silence ; nous sommes les intermédiaires entre Dieu et Sa Création et, par Dieu ! Dieu n'a donné aucun bien à la personne qui s'affronte à nous

Pour l'explication du Verset suivant : « Dieu donne Son Royaume à qui IL veut… ", (Coran 2/247), Ibn Shahr Aashob a rapporté qu'il signifie que Dieu donne Son Royaume à celui qu'IL choisit et que ce Verset fut révélé en considération de la position des Imams (pse).

Furat, dans son Tafseer, a rapporté le commentaire de l'Imam As-Sâdeq (s) concernant le Verset : « Quiconque obéit à Dieu et à Son Prophète jouit d'un bonheur sans limites ", (Coran 33/71).

L'Imam (s) : « Ici, l'obéissance dont il est question renvoie à l'Obéissance due à Amir Al-Mu'minin Ali (s) et, après lui, due aux Imams.»

Dans le Tafseer de Mohammed Ibn Ayyash, se trouve le commentaire de l'Imam Moussa Al-Kadhem (s) du Verset : « Dis : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète

S'ils se détournent, le Prophète n'est alors responsable que de ce dont il est chargé et vous n'êtes responsables que de ce dont vous êtes chargés. Si vous lui obéissez, vous serez bien dirigés ; il incombe seulement au Prophète de transmettre en toute clarté Ses Messages.» (Coran 24/54)

L'interprétation de l'Imam Moussa Ibn Ja'far (s) : « ô Prophète ! Dis : « Obéissez à Dieu ! Obéissez au Prophète !», mais si vous refusez d'obtempérer, alors, sachez que le Prophète n'est responsable que de ce pourquoi il a été mandaté, autrement dit, transmettre le Message et, pour vous, il en va de votre responsabilité d'accomplir ce qui vous est réclamé, autrement dit de lui obéir ; ce qui est d'obligation envers Dieu pour le Prophète est : écouter, obéir et faire preuve d'absolue honnêteté dans la transmission du Message, de faire preuve de patience face aux réticences de la Ummah ; et, en ce qui vous concerne, vous devez d'obligation accepter d'accomplir le Pacte et le Serment que vous avez prêté devant Dieu en faveur de l'Imamat de Ali (s), ainsi que ce qui est stipulé dans le Saint Coran : « Si vous lui obéissez… ", ce qui signifie que si vous faites preuve d'Obéissance envers Ali (s), alors vous serez bien dirigés ; quant au Prophète, sa responsabilité s'arrête à la transmission du Message.»


Discours de l'Imam 'Ali (as) :

"Sachez qu'il existe trois types d'Injustice : un, l'Injustice qui ne sera jamais pardonnée ; deux, l'Injustice pour laquelle il sera toujours posé des questions ; trois, l'Injustice qui sera pardonnée sans qu'il soit posé de questions. L'Injustice qui ne sera jamais pardonnée est celle d'avoir donné un associé à Dieu : « Dieu ne pardonne pas qu'on Lui associe quoi que ce soit.» L'Injustice qui sera pardonnée est l'Injustice que l'homme se fait à lui-même par ses actes coupables mineurs. L'Injustice pour laquelle il sera toujours posé des questions est l'Injustice des hommes envers d'autres hommes. Le Châtiment dans ce cas est extrêmement douloureux, bien plus douloureux que d'être assassiné à coups de couteau ou battu à coups de fouet. Partant, vous devez vous abstenir d'apporter des modifications à la Religion de Dieu dans l'intérêt de votre unité et contre votre tendance à renier un Droit en faveur d'une Injustice que vous préférez. Sûrement, Dieu, La Gloire Lui revient, n'a jamais remis à aucune personne morte ou vivante, un bien dans la Séparation.

ô vous , les Gens ! Béni est celui dont les actes coupables l'épargnent de juger ceux d'autrui ! Béni est celui qui se plaît à rester chez-lui, qui se nourrit de ses repas, qui se satisfait dans l'obéissance envers son Dieu et qui verse des larmes sur ses actes coupables ; ce faisant, d'une telle personne se préoccupant d'abord d'elle-même, les autres n'ont rien à craindre d'elle.
"

Amir Al-Mu'minin Ali Ibn Abi Tâleb, que la Paix soit avec lui.
Dans Nahj Al-Balagha-La Voix de l'?loquence ;
Partie du Sermon 176 : Différentes sortes d'Injustices


Source : http://www.alhassanain.com/french/show_book.php?book_id=297&link_book=ethics_and_supplication/ethics_books/la_vie_des_coeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Sam 2 Juil 2011 - 22:34

Le Messager d'Allah (saws) a dit :

« Je suis l’arbre, Fatima sa fleur, Ali sa fécondation, Hassan et Hossein ses fruits, et les épris des gens de la Demeure sont en vérité ses feuilles paradisiaques. »


« N’as-tu pas vu comment Allah propose en parabole une bonne parole pareille à un bel arbre dont la racine est ferme et la ramure s’élançant dans le ciel » Selon Ibn Abbas, l’Archange Gabriel (as) a dit au Saint-Prophète (saw) : « Tu es l’arbre, Ali est sa ramure, Fatima est ses feuilles et les Imams al Hassan et al Husayn sont les fruits ».

"Nous avons été créés du même arbre, moi et 'Alî."
"Al-Tarmithî": 13/178; "Ibn al-Maghâzilî": 122; "Osod al-Ghâbah: 4/26; "Al-Riyâdh al-Nadhirah": 2/216.


"Bienheureux est cet arbre du Paradis, dont la racine se trouve dans la maison de 'Alî et dont le branchage est 'Alî. "
"Mustadrak al-Sahîhayn" d'al-Hâkim al- Nîsâpûrî: 3/109; "Musnad Ahmad": 4/370; "Al-Khaçâ'iç" d'al-Nasâ'î: 25; "Al-Tarmathçi"; "Al-Tabarânî".


- Jâbir Ibn 'Abdullâh rapporte: J'ai entendu le Prophète (P) dire à l'Imâm 'Alî (p): « O 'Alî! Les gens sont issus de divers arbres, tandis que moi et toi descendons d'un même et seul arbre» et le Messager d'Allah(P) de réciter ce verset coranique: «... des jardins plantés de vignes, de céréales et de palmiers - disposés en touffes ou bien dispersés - Ils sont tous arrosés avec la même eau ...» (Sourate al-Ra'd; Le Tonnerre, 13:40). M. N.: 2/241. http://www.bostani.com/ImamAli.htm


Le Messager d'Allah (saws) a dit :

" Quiconque m'aime, qu'il aime 'Alî aussi, et quiconque met 'Alî en colère m'aura mis en colère moi aussi, et quiconque me met en colère, aura mis Allah en colère, et quiconque met Allah en colère ira en Enfer."
Rapporté par Ibn Mas'ûd, cité par "Ta'rîkh Baghdâd": 13/32.

"Personne ne traversera le Çirât (la Voie) sans avoir attesté de la Wilayah de 'Alî."
"Ibn al-Maghâzilî": 15; "Al-Istî'âb": 2/457.

"Mon Seigneur m'a ordonné de refermer toutes les portes à l'exception de celle de 'Alî."
"Kanz al-'Ommâl": 5/95; "Al-Tarmathî": 13/173.

"'Alî est le meilleur des hommes (après moi), quiconque ne l'admet pas aura été incroyant."
"Ibn al-Maghâzelî": 129; "Yanâbî' al-Mawaddah": 233; "Ta'rîkh Baghdâd " d'Al-Khatîb al-Baghdâdî: 5/37; "Al-Khawârizmî": 235.



Ici le discours de Fatima (as) intégral nous permettant de comprendre comment l'arbre fut coupé :

http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/article-discours-de-reprobation-de-fatima-zahra-as-a-abu-bakr-omar-et-aux-compagnons-77667369.html

Réaction de Abu Bakr et de ‘Omar après le discours de Fatima Zahra (as)


Voyons maintenant, selon certains historiens de renommés, le commentaire d’Abu Bakr après avoir écouté Fatima Az-Zahra (as) et sa référence à l'arbre béni.

Il déclare : « Ô la fille du Messager de Dieu ! (…) Sans aucun doute, le Prophète est votre père et d’aucune autre femme ; le frère de votre mari et non d’un autre homme ; sans aucun doute il l’a préféré à tous ses compagnons et sans aucun doute aussi, Ali l’a soutenu dans tous les événements les plus cruciaux ; seul l’homme heureux peut vous aimer et seul l’homme ingrat et mauvais peut vous nuire.

Vous êtes la progéniture bénie du Messager de Dieu, les Elus parmi les autres, nos Guides pour notre bien, notre voie à suivre pour parvenir au Paradis, et vous – la meilleure des femmes – et la fille du meilleur des Prophètes, véridique dans ses conclusions, excellente dans son raisonnement. Vous ne pouvez pas être dépourvue de vos droits ni suspectée dans votre revendication (…)

Cependant, j’ai sûrement entendu votre père dire : « Nous, le groupe des Prophètes, nous ne faisons pas hériter les biens matériels, or, argent et immeubles, mais nous faisons hériter le Livre Saint, la sagesse, la science et la Prophétie. Et ce qui nous appartient en moyens de vie appartiendra au successeur après nous qui le gérera. »

Bien, il en est aujourd’hui ainsi de ma position et de la propriété dont les revenus serviront au budget de la guerre et de la défense des Musulmans, et cette décision a été prise d’un commun accord entre les Musulmans, Elle n’émane pas d’une décision personnelle. Je n’abuse pas de mon pouvoir. Voilà mes biens, je les mets à votre disposition.

Ô vous l’illustre Dame de la Nation de son père, et l’arbre béni de sa descendance… Voilà ! Pensez-vous encore que je viole la parole de votre père ? »


Alors, Fatima rejettera l’argument d’Abu Bakr faisant état d’un propos du Prophète disant que les Prophètes ne laissent pas d’héritage. Elle lui opposera l’argument coranique apportant les preuves du Droit d’héritage de la progéniture des Prophètes. Elle s’exclamera en disant :

« Gloire à Dieu ! Mon père, le Messager de Dieu, ne s’est jamais éloigné ni opposé aux préceptes inscrits dans le Livre de Dieu, ni pratiqué, ni inventé, ni légiféré des lois qui lui soient contraires. Il a strictement et toujours pris à la lettre les recommandations et commandements divins, il s’en est toujours tenu à l’application des versets coraniques. Conspirerez-vous encore contre sa mémoire après son décès ?

Allez-vous énoncer de faux témoignages et propos en son absence, selon la manière habituelle qui engendraient complots et séditions, dont mon père était la victime sa vie durant ?

Alors que le Livre de Dieu est clair et édifiant en matière de règlement de tous litiges. Il y est écrit concernant l’héritage : « (…) Il héritera de moi ; il héritera de la famille de Jacob (…) » « Salomon hérita de David (…) »

Dieu, exalté soit-Il, a clairement inspiré et réglementé le Droit de l’héritage en désignant : les ayants droit, les principes du partage, la part qui revient à l’homme et celle qui revient à la femme, pour que soit écarté l’esprit de scepticisme, de suspicion des imposteurs et d’équivoque des égarés !

« Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose en vous faisant croire que votre action était bonne … (Il ne me reste plus donc) qu’une belle patience ! C’est Allah qu’il faut appeler au secours contre ce que vous raconter ! » (Coran 12/18)

Alors, Abu Bakr reprendra la parole pour dire : « Dieu est Véridique ainsi que Son Prophète. Sa fille est véridique. Elle est la source de la sagesse, le lieu de la Guidance et de la Miséricorde, le pilier de la Religion et l’argument irréfutable. Je ne peux écarter votre esprit de droiture ni refuser les propos de votre discours. Toutefois, entre vous et moi, il y a ces Musulmans. Ils m’ont prêté allégeance, rendu responsable, et conformément à leur volonté j’ai accepté. Je n’ai aucune intention ni désir de me comporter en despote ni vouloir bénéficier d’un quelconque avantage de ma position. Ils sont témoins. »

Ces propos, Abu Bakr voulait qu’ils soient entendus pour apaiser les esprits. L’opinion publique, irritée de la tournure que prenaient les événements, commençait à manifester son mécontentement à propos du fait injuste imposé à la fille du Prophète. Des voix et clameurs s’élèveront de la foule en soutien à Fatima. Son discours était la révélation cruciale du moment. Pour calmer l’ardeur de l’assemblée, Abu Bakr proférera des menaces. Il nous a été rapporté que ce jour-là un grand nombre de personnes pleureront de chagrin. Médine était en effervescence. De partout, des protestations en soutien à Fatima se faisaient entendre.

Alors, Abu Bakr, inquiété de l’ampleur du mouvement, dira à Omar : « Vous auriez dû me laisser appliquer la décision prise (la restitution de Fadak). Elle aurait apaisé les esprits. Puis, c’était, de notre part, la mesure à prendre la plus juste. »

Omar rétorquera : « Une telle décision était nuisible à votre position et un grave handicap pour votre pouvoir. Je vous ai conseillé par compassion à votre égard. »

Abu Bakr : « Quelle grave erreur que celle d’avoir oublié la fille de Mohammad ! Aujourd’hui, les gens ont été informés de la spoliation de ses droits, de son action en revendication et de nos complots en la matière ! »

Omar se voulant rassurant : « Après tout, ce n’est qu’un événement du jour. Il sera rapidement oublié comme si rien n’avait été dit et accompli. » Il déclamera quelque vers de sa composition dont la teneur exaltait le classement dans l’oubli de l’événement. Omar, s’adressant de nouveau à Abu Bakr lui suggéra ceci : « Accomplissez la prière. Acquittez-vous de l’aumône-azzakat. Recommandez le bien. Interdisez le mal. Assurez le tribut et les taxes. Respectez vos proches car Dieu dit : « Les bonnes actions dissipent les mauvaises. Ceci est un Rappel pour ceux qui se souviennent. » (Coran 11/114) Voyez-vous, après tout, un seul péché parmi une multitude de bonnes actions ce n’est pas grave. Soyez rassurés ! »

Abu Bakr, tranquillisé et satisfait des propos de Omar, lui tapotera l’épaule en signe d’approbation en disant ceci : « Vous avez contribué au soulagement de ma peine. »


Les droits de Fatima sont reconnus, mais ses biens ne lui sont pas restitués

Pris de l’esprit de réparation du dommage causé par le fait injuste et suite aux preuves apportées, le dirigeant prendra la décision de rendre ses biens à Sainte Fatima (s), mais un autre l’en empêchera. Toutefois, lorsque Sainte Fatima (s) quittera le dirigeant, un autre événement apparu soudainement.

Omar : « Qu’est-ce que vous avez dans la main ?! »
Abu Bakr : « Un décret que je viens d’écrire en faveur de Fatima, dans lequel je prends la décision de lui rendre la propriété de Fada, et l’ensemble de son héritage en provenance de son père. »
Omar : « D’où prendrez-vous les dépenses si les Arabes décident de vous combattre ? »
Puis, il s’empara du décret pour le déchirer. » (Fatima : The Gracious – adaptation : Odeh A. Muhawesh – éd: Ansarian Publications – Qom – R.I. D’Iran p. 182)

Lorsque Fatima sera envahie par la maladie, Abu Bakr et Omar décidèrent de lui rendre visite. Ils demanderont la permission d’entrer mais elle la leur refusa. Alors Abu Bakr fera la vœu de ne plus entrer dans une maison tant qu’il n’aurait pas rencontré Fatima pour lui réclamer son pardon.

En réponse à ce vœu, il passera la première attente dans le froid de la nuit. Omar, de l’autre côté, ira voir Ali (s) et s’adressera à lui : « Plus d’une fois nous sommes venus dans l’intention de visiter Fatima, afin de la récompenser, mais elle refuse catégoriquement de nous laisser entrer. Si vous allez la voir, pouvez-vous lui demander de notre part la permission d’entrer pour parler avec elle ? »

L’Imam Ali (s) : « Sûrement, je le lui demanderai ! » Puis, il entra dans la demeure de Fatima : « Ô fille du Messager de Dieu ! Vous avez connaissance de l’intention de ces deux hommes. Ils sont souvent venus jusqu’à votre demeure pour vous rencontrer, mais vous leur avez refusé l’accès de votre intérieur ; maintenant, ils viennent de me demander de servir d’intermédiaire pour que vous leur accordiez la permission d’entrer. »

Ayant obtenu son accord, Ali (s) sortira de la demeure pour prévenir les deux hommes de la permission d’entrer qui leur était accordée. Ils entreront donc dans la demeure. Ils lui présenteront leurs condoléances auxquelles elle ne répondra pas, se détournant d’eux. Ils déambuleront partout dans la pièce afin d’obtenir un regard, jusqu’au moment où elle adressera la parole à Ali : « Ali, veuillez me couvrir avec votre vêtement », puis elle dit ensuite aux femmes : « Tournez-moi vers eux ! »

Alors Abu Bakr dit : « Ô fille du Messager de Dieu ! Nous sommes venus jusqu’à vous avec l’intention d’obtenir votre complaisance et d’éliminer votre courroux à notre égard ; nous vous demandons de nous accorder votre pardon pour nos actes injustes accomplis à votre égard. »

Fatima : « Je n’accorderai aucun propos ni à l’un ni à l’autre tant que je n’aurai pas déposé plainte contre vous devant Dieu. Je me plaindrai de tous vos actes commis et décisions prises injustement à mon encontre. » Puis, s’adressant à l’Imam Ali : « Je ne m’adresserai à aucun d’eux tant que je ne leur aurai pas demandé s’ils se souviennent de ce qu’avait dit le Messager de Dieu à ce propos, je m’engagerai soit à leur parler, soit à me taire. »

Ils diront : « Par Dieu ! Elle en a le droit ! Nous exprimerons que ce qui est juste et nous ne témoignerons que pour ce qui est vrai. »

Fatima : « Au nom de Dieu, je vous demande de vous souvenir lorsque le Messager de Dieu vous appela à sortir au beau milieu de la nuit à propos d’un sujet concernant Ali. »

Eux : « Oui, par Dieu ! »

Fatima : « Au Nom de Dieu ! Je vous demande si vous avez bien entendu ce qu’il a dit : « Fatima est de moi, quiconque l’offense m’offense et celui qui m’offense, offense Dieu. »

Ils répondront l’un et l’autre : « Oui ! Par Dieu ! Nous en avons le souvenir ! »

Fatima : « Que la louange soit au nom de Dieu ! Ô Dieu ! Je vous prends à témoin : ils reconnaissent avoir entendu. Elle leva les mains vers le Ciel, et dit : « Ô Mon Dieu ! En vérité, ils m’ont offensée durant ma vie. Par Dieu ! Je ne vous pardonnerai pas tant que je ne rencontrerai pas mon Seigneur et déposé contre vous, devant Lui, à propos de ce que vous m’avez fait subir et infliger. »

A écouter les lamentations et les reproches de la fille du Prophète Mohammad (pslf), Abu Bakr – calife à l’époque des faits – se mettra à gémis et à exprimer des regrets : « Je voudrais que ma mère n’ai pas accouché de moi ! »

Omar : « C’est impensable que des gens aient pu vous considérer comme responsable de leurs affaires alors que vous en êtes incapable, et rien qu’une personne atteinte de la crainte de la vieillesse ! Vous êtes angoissé du courroux d’une femme et vous vous réjouissez de sa complaisance à votre égard. Qu’y a-t-il de mauvais pour celui qui courrouce une femme ? » Puis, ils quitteront la demeure. (Fatima : The Gracious – adaptation : Odeh A. Muhawesh – éd: Ansarian Publications – Qom – R.I. D’Iran p. 193)


“Elle dira avec fermeté aux gens : “Vous avez éloigné les ayants droit du pouvoir par votre perfidie et vous vous êtes enfermés dans le silence par complicité… Je connais les motifs et les raisons de votre attitude stérile à notre égard. Votre non-assistance à la famille du Messager de Dieu (pslf) sont à l’image de votre rancune et de votre désir de vengeance… » Puis, elle récitera ce verset : « Si vous êtes ingrats, vous et tous ceux qui sont sur la Terre, sachez que Dieu se suffit à Lui-même et qu’Il est digne de louanges. » (Coran 14/8 )



Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Sam 2 Juil 2011 - 22:47

HAINE des Qoreychites contre Rassoulou Allah (saws)

Malgré leur islamisation superficielle, les Qoreychites, ont continué de nourrir une haine implacable contre Rassoulou Allah (saws), à quelques exceptions remarquables près. Cette attitude a éclaté au grand jour, quand celui-ci a tenté de nommer durant le « Pèlerinage d’Adieu », son vicaire Ali (as) , comme Guide de la Communauté et comme son successeur après lui, tout aussi bien à Mina, puis encore à Arafat.

Des narrations authentiques font part que d’aucuns l’ont abandonné de ce simple fait.

Il leur a donc répondu « Abattre l’arbre de la succession de Rassoulou Allah (saws), ne vous répugne pas plus que le fait d’abattre tout autre »

(Voir par exemple : Ibn Hibane, « Sahih » (Al Ihsane fi ettakrib ), Imp. Mouassassat Ar Rissala, V1 p444, Ahmad « Masnad » V4 p16, At Tabarani : « Alma’jam Al Kabir » V5, pp 50-52, Al Bazzar, « Kachf Al-astar » V4 p206, « Majma’a Azzawa’id » V10 p408, d’après Ahmad citant partiellement Ibn Maja, Ad Darimi, « Kenz Al’umal » V10 p305, Ibn Khouzayma, Ibn Hibane, At Tayalsi « Masnad » p182 et Ahmed, « Hayat As-Sahaba » V3,p9.

Comme l'histoire a gardé d'Abu-Bakr ce qui suit : « Quand il a vu un oiseau sur un arbre, il a dit : "Bonheur à toi, tu sautes sur les arbres, tu manges les fruits, tu ne subis aucun jugement ni aucun châtiment. Je souhaiterais être un arbre sur la route et qu'un chameau passant me mangerait et me sortirait dans ses déchets, cela serait mieux pour moi que d'être un homme."
Une autre fois Abu-Bakr disait : "J'ai souhaité que ma mère ne m'ait pas engendrée, je souhaiterai être une paille dans une brique de terre."
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
jafar313
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 214
Age : 35
Localisation : france
Réputation : -10
Points : 288
Date d'inscription : 28/06/2010

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Dim 3 Juil 2011 - 18:28

Assiddiqa a écrit:

Voyons maintenant, selon certains historiens de renommés, le commentaire d’Abu Bakr après avoir écouté Fatima Az-Zahra (as) et sa référence à l'arbre béni.

Il déclare : « Ô la fille du Messager de Dieu ! (…) Sans aucun doute, le Prophète est votre père et d’aucune autre femme ; le frère de votre mari et non d’un autre homme ; sans aucun doute il l’a préféré à tous ses compagnons et sans aucun doute aussi, Ali l’a soutenu dans tous les événements les plus cruciaux ; seul l’homme heureux peut vous aimer et seul l’homme ingrat et mauvais peut vous nuire.

Vous êtes la progéniture bénie du Messager de Dieu, les Elus parmi les autres, nos Guides pour notre bien, notre voie à suivre pour parvenir au Paradis, et vous – la meilleure des femmes – et la fille du meilleur des Prophètes, véridique dans ses conclusions, excellente dans son raisonnement. Vous ne pouvez pas être dépourvue de vos droits ni suspectée dans votre revendication (…)

Cependant, j’ai sûrement entendu votre père dire : « Nous, le groupe des Prophètes, nous ne faisons pas hériter les biens matériels, or, argent et immeubles, mais nous faisons hériter le Livre Saint, la sagesse, la science et la Prophétie. Et ce qui nous appartient en moyens de vie appartiendra au successeur après nous qui le gérera. »

Bien, il en est aujourd’hui ainsi de ma position et de la propriété dont les revenus serviront au budget de la guerre et de la défense des Musulmans, et cette décision a été prise d’un commun accord entre les Musulmans, Elle n’émane pas d’une décision personnelle. Je n’abuse pas de mon pouvoir. Voilà mes biens, je les mets à votre disposition.

Ô vous l’illustre Dame de la Nation de son père, et l’arbre béni de sa descendance… Voilà ! Pensez-vous encore que je viole la parole de votre père ? »


Alors, Fatima rejettera l’argument d’Abu Bakr faisant état d’un propos du Prophète disant que les Prophètes ne laissent pas d’héritage. Elle lui opposera l’argument coranique apportant les preuves du Droit d’héritage de la progéniture des Prophètes. Elle s’exclamera en disant :

« Gloire à Dieu ! Mon père, le Messager de Dieu, ne s’est jamais éloigné ni opposé aux préceptes inscrits dans le Livre de Dieu, ni pratiqué, ni inventé, ni légiféré des lois qui lui soient contraires. Il a strictement et toujours pris à la lettre les recommandations et commandements divins, il s’en est toujours tenu à l’application des versets coraniques. Conspirerez-vous encore contre sa mémoire après son décès ?

Allez-vous énoncer de faux témoignages et propos en son absence, selon la manière habituelle qui engendraient complots et séditions, dont mon père était la victime sa vie durant ?

Alors que le Livre de Dieu est clair et édifiant en matière de règlement de tous litiges. Il y est écrit concernant l’héritage : « (…) Il héritera de moi ; il héritera de la famille de Jacob (…) » « Salomon hérita de David (…) »

Dieu, exalté soit-Il, a clairement inspiré et réglementé le Droit de l’héritage en désignant : les ayants droit, les principes du partage, la part qui revient à l’homme et celle qui revient à la femme, pour que soit écarté l’esprit de scepticisme, de suspicion des imposteurs et d’équivoque des égarés !

« Vos âmes, plutôt, vous ont suggéré quelque chose en vous faisant croire que votre action était bonne … (Il ne me reste plus donc) qu’une belle patience ! C’est Allah qu’il faut appeler au secours contre ce que vous raconter ! » (Coran 12/18)

Alors, Abu Bakr reprendra la parole pour dire : « Dieu est Véridique ainsi que Son Prophète. Sa fille est véridique. Elle est la source de la sagesse, le lieu de la Guidance et de la Miséricorde, le pilier de la Religion et l’argument irréfutable. Je ne peux écarter votre esprit de droiture ni refuser les propos de votre discours. Toutefois, entre vous et moi, il y a ces Musulmans. Ils m’ont prêté allégeance, rendu responsable, et conformément à leur volonté j’ai accepté. Je n’ai aucune intention ni désir de me comporter en despote ni vouloir bénéficier d’un quelconque avantage de ma position. Ils sont témoins. »

Ces propos, Abu Bakr voulait qu’ils soient entendus pour apaiser les esprits. L’opinion publique, irritée de la tournure que prenaient les événements, commençait à manifester son mécontentement à propos du fait injuste imposé à la fille du Prophète. Des voix et clameurs s’élèveront de la foule en soutien à Fatima. Son discours était la révélation cruciale du moment. Pour calmer l’ardeur de l’assemblée, Abu Bakr proférera des menaces. Il nous a été rapporté que ce jour-là un grand nombre de personnes pleureront de chagrin. Médine était en effervescence. De partout, des protestations en soutien à Fatima se faisaient entendre.

Alors, Abu Bakr, inquiété de l’ampleur du mouvement, dira à Omar : « Vous auriez dû me laisser appliquer la décision prise (la restitution de Fadak). Elle aurait apaisé les esprits. Puis, c’était, de notre part, la mesure à prendre la plus juste. »

Omar rétorquera : « Une telle décision était nuisible à votre position et un grave handicap pour votre pouvoir. Je vous ai conseillé par compassion à votre égard. »

Abu Bakr : « Quelle grave erreur que celle d’avoir oublié la fille de Mohammad ! Aujourd’hui, les gens ont été informés de la spoliation de ses droits, de son action en revendication et de nos complots en la matière ! »

Omar se voulant rassurant : « Après tout, ce n’est qu’un événement du jour. Il sera rapidement oublié comme si rien n’avait été dit et accompli. » Il déclamera quelque vers de sa composition dont la teneur exaltait le classement dans l’oubli de l’événement. Omar, s’adressant de nouveau à Abu Bakr lui suggéra ceci : « Accomplissez la prière. Acquittez-vous de l’aumône-azzakat. Recommandez le bien. Interdisez le mal. Assurez le tribut et les taxes. Respectez vos proches car Dieu dit : « Les bonnes actions dissipent les mauvaises. Ceci est un Rappel pour ceux qui se souviennent. » (Coran 11/114) Voyez-vous, après tout, un seul péché parmi une multitude de bonnes actions ce n’est pas grave. Soyez rassurés ! »

Abu Bakr, tranquillisé et satisfait des propos de Omar, lui tapotera l’épaule en signe d’approbation en disant ceci : « Vous avez contribué au soulagement de ma peine. »


Les droits de Fatima sont reconnus, mais ses biens ne lui sont pas restitués

Pris de l’esprit de réparation du dommage causé par le fait injuste et suite aux preuves apportées, le dirigeant prendra la décision de rendre ses biens à Sainte Fatima (s), mais un autre l’en empêchera. Toutefois, lorsque Sainte Fatima (s) quittera le dirigeant, un autre événement apparu soudainement.

Omar : « Qu’est-ce que vous avez dans la main ?! »
Abu Bakr : « Un décret que je viens d’écrire en faveur de Fatima, dans lequel je prends la décision de lui rendre la propriété de Fada, et l’ensemble de son héritage en provenance de son père. »
Omar : « D’où prendrez-vous les dépenses si les Arabes décident de vous combattre ? »
Puis, il s’empara du décret pour le déchirer. » (Fatima : The Gracious – adaptation : Odeh A. Muhawesh – éd: Ansarian Publications – Qom – R.I. D’Iran p. 182)

Lorsque Fatima sera envahie par la maladie, Abu Bakr et Omar décidèrent de lui rendre visite. Ils demanderont la permission d’entrer mais elle la leur refusa. Alors Abu Bakr fera la vœu de ne plus entrer dans une maison tant qu’il n’aurait pas rencontré Fatima pour lui réclamer son pardon.

En réponse à ce vœu, il passera la première attente dans le froid de la nuit. Omar, de l’autre côté, ira voir Ali (s) et s’adressera à lui : « Plus d’une fois nous sommes venus dans l’intention de visiter Fatima, afin de la récompenser, mais elle refuse catégoriquement de nous laisser entrer. Si vous allez la voir, pouvez-vous lui demander de notre part la permission d’entrer pour parler avec elle ? »

L’Imam Ali (s) : « Sûrement, je le lui demanderai ! » Puis, il entra dans la demeure de Fatima : « Ô fille du Messager de Dieu ! Vous avez connaissance de l’intention de ces deux hommes. Ils sont souvent venus jusqu’à votre demeure pour vous rencontrer, mais vous leur avez refusé l’accès de votre intérieur ; maintenant, ils viennent de me demander de servir d’intermédiaire pour que vous leur accordiez la permission d’entrer. »

Ayant obtenu son accord, Ali (s) sortira de la demeure pour prévenir les deux hommes de la permission d’entrer qui leur était accordée. Ils entreront donc dans la demeure. Ils lui présenteront leurs condoléances auxquelles elle ne répondra pas, se détournant d’eux. Ils déambuleront partout dans la pièce afin d’obtenir un regard, jusqu’au moment où elle adressera la parole à Ali : « Ali, veuillez me couvrir avec votre vêtement », puis elle dit ensuite aux femmes : « Tournez-moi vers eux ! »

Alors Abu Bakr dit : « Ô fille du Messager de Dieu ! Nous sommes venus jusqu’à vous avec l’intention d’obtenir votre complaisance et d’éliminer votre courroux à notre égard ; nous vous demandons de nous accorder votre pardon pour nos actes injustes accomplis à votre égard. »

Fatima : « Je n’accorderai aucun propos ni à l’un ni à l’autre tant que je n’aurai pas déposé plainte contre vous devant Dieu. Je me plaindrai de tous vos actes commis et décisions prises injustement à mon encontre. » Puis, s’adressant à l’Imam Ali : « Je ne m’adresserai à aucun d’eux tant que je ne leur aurai pas demandé s’ils se souviennent de ce qu’avait dit le Messager de Dieu à ce propos, je m’engagerai soit à leur parler, soit à me taire. »

Ils diront : « Par Dieu ! Elle en a le droit ! Nous exprimerons que ce qui est juste et nous ne témoignerons que pour ce qui est vrai. »

Fatima : « Au nom de Dieu, je vous demande de vous souvenir lorsque le Messager de Dieu vous appela à sortir au beau milieu de la nuit à propos d’un sujet concernant Ali. »

Eux : « Oui, par Dieu ! »

Fatima : « Au Nom de Dieu ! Je vous demande si vous avez bien entendu ce qu’il a dit : « Fatima est de moi, quiconque l’offense m’offense et celui qui m’offense, offense Dieu. »

Ils répondront l’un et l’autre : « Oui ! Par Dieu ! Nous en avons le souvenir ! »

Fatima : « Que la louange soit au nom de Dieu ! Ô Dieu ! Je vous prends à témoin : ils reconnaissent avoir entendu. Elle leva les mains vers le Ciel, et dit : « Ô Mon Dieu ! En vérité, ils m’ont offensée durant ma vie. Par Dieu ! Je ne vous pardonnerai pas tant que je ne rencontrerai pas mon Seigneur et déposé contre vous, devant Lui, à propos de ce que vous m’avez fait subir et infliger. »

A écouter les lamentations et les reproches de la fille du Prophète Mohammad (pslf), Abu Bakr – calife à l’époque des faits – se mettra à gémis et à exprimer des regrets : « Je voudrais que ma mère n’ai pas accouché de moi ! »

Omar : « C’est impensable que des gens aient pu vous considérer comme responsable de leurs affaires alors que vous en êtes incapable, et rien qu’une personne atteinte de la crainte de la vieillesse ! Vous êtes angoissé du courroux d’une femme et vous vous réjouissez de sa complaisance à votre égard. Qu’y a-t-il de mauvais pour celui qui courrouce une femme ? » Puis, ils quitteront la demeure. (Fatima : The Gracious – adaptation : Odeh A. Muhawesh – éd: Ansarian Publications – Qom – R.I. D’Iran p. 193)


“Elle dira avec fermeté aux gens : “Vous avez éloigné les ayants droit du pouvoir par votre perfidie et vous vous êtes enfermés dans le silence par complicité… Je connais les motifs et les raisons de votre attitude stérile à notre égard. Votre non-assistance à la famille du Messager de Dieu (pslf) sont à l’image de votre rancune et de votre désir de vengeance… » Puis, elle récitera ce verset : « Si vous êtes ingrats, vous et tous ceux qui sont sur la Terre, sachez que Dieu se suffit à Lui-même et qu’Il est digne de louanges. » (Coran 14/8 )




c'est une histoire inventée non ya pas de sources...
Revenir en haut Aller en bas
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Mar 5 Juil 2011 - 20:52

Assalamu 'alaykum

Merci de corriger les fautes de traduction.


Si vous voulez le document en version word, pour avoir le texte arabe - français côte à côte, merci de m'envoyer un mp.


Que Dieu (SWT) vous garde

Wa Salam


Sur ce que l’Imam A-Reda (as) a dit concernant l’Imamat, Ses noblesses et le rang de l’Imam

(Source : Uyun Akhbar Ar-Reda (as))

20-1 Abul Abbas Muhammad ibn Ibrahim ibn Ishaq al-Taleqani - que Dieu soit satisfait de lui - a rapporté que Abou Ahmad Al-Qasim ibn Muhammad ibn Ali al-Haruni cita sur l'autorité de Sa'id Al-Hussein, Ali ibn al-Adawi cita sur l'autorité de Abu Hamid Imran ibn Musa ibn Ibrahim, sur l'autorité d'Al-Hassan Ibn Al-Qasim Ar-Raqqam, sur l'autorité d'Al-Qasim ibn Muslim, sur l'autorité de son frère Abdul Aziz Ibn Muslim :

« Durant la période d'Ali ibn Musa A-Reda (as), nous étions dans Marva. Nous nous étions rassemblés dans la mosquée Jami’a, un jour de Jumu’a, et les gens parlaient du concept de l’Imamat et des nombreuses différences que les gens avaient les uns avec les autres à cet égard.

Je suis allé voir mon Maître et mon Mawlâya A-Reda (as) et lui rapportai ce que les gens disaient à ce sujet. Il (as) sourit et dit:

« O Abdul Aziz ! Les gens sont ignorants et ont été trompés au sujet de leur Religion. Allah, Le Béni, l’Elevé, n'a pris la vie de Son Prophète (saws) qu'après avoir achevé et complété la Religion pour lui, et Il lui a envoyé le Coran dans lequel tout, y compris le licite, l’illicite, les limites, les décrets et tout ce qui est nécessaire est clarifié. Puis Allah le Puissant, le Majestueux a dit : «... Nous N’avons rien omis dans le Livre ...» [6 :38]

Au cours du Pèlerinage d'Adieu, qui a eu lieu dans les derniers jours de la vie du Prophète (saws), Allah lui révéla : « ... Ce jour, J'ai parachevé pour toi ta Religion, accompli sur toi Mon bienfait, et J’agrée l’Islam comme Religion pour toi... » [5 :3]


C'est la question de l’Imamat qui complète la Religion. Le Prophète (saws) n'est pas mort jusqu'à ce qu'il (saws) leur ait clarifié la connaissance de leur religion, leur ait montré la Voie, les mette sur le droit chemin, établisse Ali ‘alayhi Salam comme leur Guide et leur Chef Divin, et indique tout ce que les gens avaient besoin.

Celui qui pense que Allah le Puissant le Majestueux n'a pas parachevé Sa Religion a sans aucun doute refusé le Livre de Dieu. Quiconque nie le Livre de Dieu est un athée.

Les gens sont-ils conscients du degré et de la valeur de l’Imamat et de son rang au sein de la Communauté pour qu’ils sachent si le fait qu’ils choisissent un imam est acceptable ?

L’Imamat est beaucoup plus majestueux, plus noble dans son statut, plus élevé et beaucoup plus profond que d'être compris par l'intellect ou par les opinions (imaginations) des gens pour qu'ils puissent élire un imam par eux-mêmes.

L’Imamat a été placé par Allah le Puissant le Majestueux au troisième rang après la Prophétie, et l'Amitié de Allah accordée à Abraham (as). Allah lui a donné une grande noblesse par cela et l’a rendu bien connu.

Allah Le Puissant, le Majestueux dit : « Je ferai de toi un Imam (Guide à suivre) pour les gens. » [2 :124]

Alors, Abraham (s) se réjouit et dit : «... Et parmi (des Imams) de ma descendance ? » [2 :124]

Alors, Allah Le Puissant, le Majestueux a dit : « Mon engagement ne s’applique pas aux injustes. » [2 :124]

Ainsi ce verset fermera pour toujours toute possibilité d’Imamat pour tout oppresseur jusqu'au Jour de la Résurrection. Par conséquent, l’Imamat a été limité aux Elus.

Puis, Allah l'honora en établissant l’Imamat pour les élus purs (infaillibles, purifiés) de la progéniture d'Abraham (as).

Allah Le Puissant, le Majestueux dit : « Et Nous lui donnâmes Isaac et, de surcroît Jacob, desquels Nous fîmes des gens de bien, et Nous les fîmes des Imams qui guidaient par Notre ordre. Et Nous leur révélâmes de faire le bien, d’accomplir la prière et d’acquitter la Zakât. Et ils étaient Nos adorateurs. » [21 :72-73]

Ainsi l’Imamat est resté dans sa descendance d'une génération à l'autre jusqu'à ce que le Prophète (saws) en ait hérité.

Allah Le Puissant, le Majestueux a dit : « Certes les hommes les plus dignes de se réclamer d’Abraham sont ceux qui l’ont suivi, ainsi que ce Prophète-ci, et ceux qui ont la foi. Et Allah est l’allié des croyants. » [3 :68]

Par conséquent, cet Imamat était surtout pour le Prophète (saws), et, par les ordres de Allah, il (saws) l’a transmis à Ali (as). Il resta ensuite dans les mains de ceux de sa (Ali) descendance qui ont été choisis et à qui fut accordés le savoir et la foi par Allah, comme le dit Allah le Puissant, le Majestueux : « Tandis que ceux à qui le savoir et la foi furent donnés diront: « Vous avez demeuré d’après le Décret d’Allah, jusqu’au Jour de la Résurrection, voici le Jour de la Résurrection. » [30 :56]

Par conséquent, l’Imamat reste dans les mains de la descendance d'Ali (as) jusqu'au Jour de la Résurrection, car il n'y aura pas de Prophètes après Mohammad (saws). Maintenant, comment ces ignorants peuvent-ils choisir ?

L’Imamat est le rang des Prophètes, et l'Héritage des Dépositaires. L’Imamat est la position de Lieu-tenance de Allah le Puissant, le Majestueux et de Lieu-tenance du Prophète. C'est la position du Guide des Croyants. C’est l'Héritage d'Al-Hassan (s) et d’Al-Hussein (as).

L’Imamat est le règne de la Religion, le système pour les musulmans, le bien de ce monde et l'honneur des croyants. L’Imamat est le fondement solide de l'Islam et son plus grand fruit. La perfection de la Prière, l’acquittement de la Zakât (l'aumône purificatrice), le Jeûne, le Pèlerinage à la Mecque (Hajj), s'engager dans le Jihad sont faits par l’Imam, les butins acquis sans aucune effusion de sang, et la charité sont bénis par l’Imam. Les dispositions divine doctrinale et les punitions sont mises en pratique par l’Imam, et les limites sont protégées par lui.

L’Imam légalise ce que Dieu juge licite, interdit ce que Dieu juge illicite, et exécute les dispositions doctrinales que Dieu a décrété, protège la Religion de Dieu, et appelle à la voie de son Seigneur en utilisant la sagesse, de bons conseils, et des preuves solides.

L’Imam est comme un soleil brillant dans le monde qui est dépasse l'horizon hors de la portée des mains et des yeux.

L’Imam est comme une pleine lune lumineuse brillant comme une lampe claire et une lumière incidente, une étoile qui guide dans l'obscurité sombre, des déserts arides et des océans imposants.

L’Imam est comme l'eau délicieuse pour l’assoiffé, et comme un guide pour mener loin de la destruction.

L’Imam est comme le feu de guidance sur les hauts plateaux désertiques dont la chaleur va réchauffer les demandeurs de sa chaleur. Il nous dirige hors des danger. Quiconque l’abandonne périra sûrement.

L’Imam est comme les nuages de pluie et le déluge torrentiel. Il est comme le soleil brillant et la vaste terre. Il est comme une source jaillissante, un jardin et un ruisseau.

L’Imam est comme un compagnon digne de confiance, un père gentil et un vrai frère. Il est comme un refuge pour les serviteurs.

L’Imam est le Dépositaire de Dieu sur Sa terre. Il est Sa preuve pour Ses serviteurs et Son vicaire dans Ses villes. Il est l'Appelant à Dieu, et le Protecteur des sanctuaires de Allah le Puissant, le Majestueux.

L’Imam est purifié des péchés et exempt de défauts, il lui est donné une connaissance exclusive, il se caractérise par la Patience (longanimité), il est l'Ordre (ordonnateur- prescripteur) de la Religion, l’Anse solide des croyants, la cause de la colère des hypocrites, et la perdition des négateurs de la Vérité.

L’Imam est celui qui ne peut être surpassé durant son propre temps. Personne ne peut atteindre son niveau et aucun savant ne peut l'égaler. Il ne lui existe aucun substitut, et il n'a pas d’équivalent ou de correspondant pour lui.

Une vertu parfaite lui est dédiée sans qu’il ne la cherche ou ne l'acquière. Au contraire, elle lui est consacrée par Allah le Bienfaiteur le Donateur.

Comment est-il alors possible pour quiconque d’atteindre la véritable reconnaissance (identité, connaissance) de l’Imam ?

Comme cela est impossible ! Les esprits sont trop égarés, les intelligences (imaginations) sont trop perdues, les esprits sont trop perplexes, les orateurs sont trop muets, les poètes sont trop ignorants, les auteurs sont trop impuissants, les éloquents manquent de mots, et les savants sont trop faibles pour décrire une seule vertu des caractéristiques et les qualités de l’Imam.

Par conséquent, ils confessent tous leurs lacunes et leur incapacité à le faire.

Comment est-il alors possible de le décrire entièrement ou représenter (illustrer) ses comportements (manières, attitudes) ?

Comment est-il possible de trouver quelqu'un qui puisse remplir son rôle ou le représenter ?

Comment est-ce possible, alors que l’Imam est aussi loin que les étoiles le sont de la portée des débatteurs et des descripteurs ?

Alors, où se situe le choix du peuple, et où ce rang se situe-t-il ?

Où sont les raisons et comment ce rang peut-il être compris ?

Où peut-on trouver une telle personne ?

Pensent-ils qu'ils peuvent trouver l’Imamat en qui que ce soit hors de la Maison du Messager (saws) ?

Par Dieu, ils sont trompés par eux-mêmes, et leurs fausses prétentions les ont conduits à s'adonner à de faux espoirs. Ils escaladent sans aucun doute une montée accidentée et une mont glissant qui va sûrement les faire tomber dans les fonds rocheux avec errance, des intellects insuffisants et appauvris, et des opinions déviantes, parce qu'ils ont l'intention de choisir un imam de leur choix.

Ils n’iront que plus loin de l'endroit où ils ont l'intention d'aller : « Qu’Allah les extermine! Comme les voilà détournés (du droit chemin). » [63 :4]

Ils ont décidé d’avancer sur une route difficile, et ils ont dit des choses fausses. Ils « s’égarent certes loin de la Voie d’Allah » [4 :167] et ne savent pas quoi faire, car ils ont sciemment abandonné l’Imam.

« Satan a embelli leurs actes à leurs yeux, et les a empêché de suivre le droit chemin alors qu'ils étaient en mesure de voir » [29 :38].

Ils ont abandonné le choix de Allah et de Son Messager (saws) et ont pris en considération leur propre choix. Le Coran les appelle et dit : « Ton Seigneur crée ce qu’Il veut et Il choisit; il ne leur a jamais appartenu de choisir. Gloire à Allah! Il transcende ce qu’ils Lui associent ! » [28 :68]

Et Allah le Puissant, le Majestueux dit : « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir. Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, s’est égaré certes, d’un égarement évident. » [33 :36]

Allah le Puissant, le Majestueux dit aussi : « Qu’avez-vous? Comment jugez-vous? Ou bien avez-vous un Livre dans lequel vous apprenez qu’en vérité vous obtiendrez tout ce que vous désirez ? Ou bien est-ce que vous avez obtenu de Nous des serments valables jusqu’au Jour de la Résurrection, Nous engageant à vous donner ce que vous décidez ? Demande-leur qui d’entre eux en est garant? » [68 :36-39]

Allah le Puissant, le Majestueux dit aussi : « Ne méditent-ils pas sur le Coran? Ou y a-t-il des verrous sur leurs cœurs ? » [47 :24]

Ou Allah a-t-Il placé un sceau sur leurs cœurs et ils ne comprennent plus ? Ou bien ils disent : « Nous avons entendu», alors qu’ils n’entendent pas. » [8 :21] « Les pires des bêtes auprès d’Allah, sont, [en vérité], les sourds-muets qui ne raisonnent pas. (22) Et si Allah avait reconnu en eux quelque bien, Il aurait fait qu’ils entendent. Mais, même s’Il les faisait entendre, ils tourneraient [sûrement] le dos en s’éloignant. » [8 :22-23 ]

Ils dirent: «Nous avons écouté et désobéi. » [2 93 ]

Non, plutot : « Telle est la grâce d’Allah qu’Il donne à qui Il veut. Et Allah est le Détenteur de l’énorme grâce. [62 :4 ]

Alors, comment pourraient-ils nommer un imam alors que le vrai Imam est un être si versé dans la connaissance que l'ignorance ne s'approche jamais de lui et qu’il est un Dépositaire qui ne trahit jamais?

Il s'agit du Métal de la sainteté, de la pureté, du détachement (renoncement), de la connaissance et de l’adoration. En fait, le Messager (saws) lui-même l’a appelé à devenir l’Imam.

L’Imam est de la descendance de la pure Albatool (Fatima) (as). Il n'y a pas des failles (défauts) dans cette lignée.

Il n'y a pas de personnes assez honorables pour l’égaler (c'est à dire l’Imam). Il est originaire de la tribu de Quraysh. Son clan est le Hachémites et sa racine est le Messager et Allah est satisfait de lui.

Il est le maître des célébrités, et il est de la descendance d'Abd Minaf [359].

Les connaissances de l’Imam sont toujours croissante. Sa retenue (patience) est parfaite. Il est conscient de la politique et est digne de la l’Imamat. L'obéissance lui est obligatoire.

Il est l'exécuteur des commandements de Allah et un conseiller pour les serviteurs de Allah. Il est le protecteur de la religion de Allah.

Allah accordera le succès à des Prophètes (as) et aux Imams (as).

Allah leur accordera une part exclusive de Sa Connaissance et de sa Sagesse afin qu'ils deviennent les plus savants des gens.

Allah le Béni l’Elevé dit : « Dis : « Est-ce qu’il y a parmi vos associés un qui guide vers la vérité ? » Dis : « C’est Allah qui guide vers la vérité. Celui qui guide vers la vérité est-il plus digne d’être suivi, ou bien celui qui ne se dirige qu’autant qu’il est lui-même dirigé? Qu’avez-vous donc? Comment jugez-vous ainsi ? » [10 :35]

Aussi Allah le Puissant, le Majestueux dit : « Il donne la sagesse à qui Il veut. Et celui à qui la sagesse est donnée, vraiment, c’est un bien immense qui lui est donné. » [2 :269]

Se référant à l'histoire de Talut (Saül) [362], Allah le Puissant, le Majestueux dit : « Allah, vraiment l’a élu sur vous, et a accru sa part quant au savoir et à la condition physique. » - Et Allah alloue Son pouvoir à qui Il veut. Allah a la grâce immense et Il est Omniscient. » [2 :247]


A propos du prophète David (s), Allah le Puissant, le Majestueux dit: « Et David tua Goliath; et Allah lui donna la royauté et la sagesse, et lui enseigna ce qu’Il voulut. » [2 :251]

S'adressant au Prophète Muhammad (s), Allah le Puissant, le Majestueux dit : « Et la grâce d’Allah sur toi est immense. » [4 :113]

À propos des Imams de la famille du Prophète, sa progéniture, et ses descendants, Allah le Puissant, le Majestueux dit : « Envient-ils aux gens ce qu’Allah leur a donné de par Sa grâce ? Or, Nous avons donné à la famille d’Abraham le Livre et la Sagesse; et Nous leur avons donné un immense royaume. Certains d’entre eux ont cru en lui, d’autres d’entre eux s’en sont écartés. L’Enfer leur suffira comme flamme (pour y brûler). » [4 :54-55].

Quand Allah choisit quelqu'un pour gérer les affaires de Ses serviteurs, Il lui accorde la volonté de le faire, remplit son cœur avec les ressorts jaillissant de la sagesse, et lui accorde pleine connaissance de sorte qu'il aura la capacité de répondre à toute question et ne rien dire que la vérité.

L’Imam est Infaillibles et Approuvé. Allah lui accordera le succès. Il sera à l'abri de l’errance, de la déviation et de la destruction. Allah le Puissant, le Majestueux, fera ce chemin spécialement pour lui qu’il soit Sa Preuve pour Ses serviteurs (les gens), et Son Témoin sur Ses créatures. « Telle est la grâce d’Allah qu’Il donne à qui Il veut. Et Allah est le Détenteur de l’énorme grâce. » [62 :4]

Ont-ils donc de tels pouvoirs ou accès à de tels pouvoirs pour être en mesure de choisir l’Imam ?

Ou celui qui est choisi par eux a-t-il des caractéristiques telles qu’il soit préféré à d'autres ?

Je jure par la Maison de Dieu qu'ils ont transgressé au-delà de ce qui est juste et ont mis de côté le Livre de Allah, comme si ils ne savent rien.

Dans le Livre de Allah, il est la guidance et la guérison, et ils l'ont mis de côté et ont suivi leurs propres désirs égoïstes. C'est pourquoi Allah les admoneste, les déteste et les détruit. Allah le Puissant, le Majestueux dit : «.. Et qui est plus égaré que celui qui suit sa passion sans une guidée d’Allah? Allah vraiment, ne guide pas les gens injustes. » [28:50]

Allah le Puissant, le Majestueux dit aussi : «...et Il rendra leurs œuvres vaines. » [47 :8]

Allah le Puissant, le Majestueux dit aussi : « Ceux qui discutent les prodiges d’Allah sans qu’aucune preuve ne leur soit venue, [leur action] est grandement haïssable auprès d’Allah et auprès de ceux qui croient. Ainsi Allah scelle-t-Il le cœur de tout orgueilleux tyran. » [40 :35]

On What Al-Reza (S) Has Said Regarding Divine Leadership, Its Nobilities And The Rank Of The Divine Leader



حَدَّثَنا أَبُو العَبَّاسِ مُحَمَّدِ بْنِ إِبْراهيمِ بْنِ إِسْحاق الطَّالِقانِيُّ رَضِىَ اللهُ عَنْهُ قالَ: حَدَّثَنا أَبُوالقاسِمِ بن مُحَمَّدِ بْنِ عَلِى الهارونِي قالَ: حَدَّثَني أَبُو حامد عِمْران بْنِ مُوسَى بْنِ إِبْراهيم عَنِ الحَسَن بْنِ القاسِمِ الرقام قالَ: حَدَّثَني القاسِم بْنِ مُسْلِم، عَن أَخِيهِ عَبْد العَزِيز بْنِ مُسْلِم


قالَ كُنَّا فِي أَيَّامِ عَلِيِّ بْنِ مُوسَى الرِّضَا عَلَيْهِ السَّلامُ بِمَرْوَ فَاجْتَمَعْنَا فِي مَسْجِدِ جَامِعِهَا فِي يَوْمِ جُمُعَةٍ فِي بَدْءِ مَقْدَمِنَا فَأَدَارَ النَّاسُ أَمْرَ الإِمَامَةِ وَذَكَرُوا كَثْرَةَ اخْتِلافِ النَّاسِ فِيهَا


فَدَخَلْتُ عَلَى سَيِّدِي وَمَوْلايَ الرِّضَافَأَعْلَمْتُهُ مَا خَاضَ النَّاسُ فِيهِ فَتَبَسَّمَ ثُمَّ قَالَ


يَا عَبْدَ الْعَزِيزِ جَهِلَ الْقَوْمُ وَخُدِعُوا عَنْ أَدْيَانِهِمْ إِنَّ اللَّهَ تَبَارَكَ وَتَعَالَى لَمْ يَقْبِضْ نَبِيَّهُ‏ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ حَتَّى أَكْمَلَ لَهُ الدِّينَ وَأَنْزَلَ عَلَيْهِ الْقُرْآنَ فِيهِ تَفْصِيلُ كُلِّ شَيْ‏ءٍ بَيَّنَ فِيهِ الْحَلالَ وَالْحَرَامَ وَالْحُدُودَ وَالأَحْكَامَ وَجَمِيعَ مَا يَحْتَاجُ إِلَيْهِ النَّاسُ كَمَلاً فَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ (ما فَرَّطْنا فِي الْكِتابِ مِنْ شَيْ‏ءٍ).


وَأَنْزَلَ فِي حَجَّةِ الْوَدَاعِ وَهِيَ آخِرُ عُمُرِهِ ( الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلامَ دِين).



وَأَمْرُ الإِمَامَةِ مِنْ تَمَامِ الدِّينِ وَلَمْ يَمْضِ‏ عَلَيْهِ السَّلامُ حَتَّى بَيَّنَ لامَّتِهِ مَعَالِمَ دِينِهِ وَأَوْضَحَ لَهُمْ سُبُلَهُ وَتَرَكَهُمْ عَلَى قَصْدِ الْحَقِّ وَأَقَامَ لَهُمْ عَلِيّاً عَلَيْهِ السَّلامُ عَلَماً وَإِمَاماً وَمَا تَرَكَ شَيْئاً تَحْتَاجُ إِلَيْهِ الأُمَّةُ إِلا بَيَّنَهُ


فَمَنْ زَعَمَ أَنَّ اللَّهَ عَزَّ وَجَلَّ لَمْ يُكْمِلْ دِينَهُ فَقَدْ رَدَّ كِتَابَ اللَّهِ عَزَّ وَجَلَّ وَمَنْ رَدَّ كِتَابَ اللَّهِ فَهُوَكَافِرٌ



هَلْ يَعْرِفُونَ قَدْرَ الإِمَامَةِ وَمَحَلَّهَا مِنَ الأُمَّةِ فَيَجُوزَ فِيهَا اخْتِيَارُهُمْ.


إِنَّ الإِمَامَةَ أَجَلُّ قَدْراً وَأَعْظَمُ شَأْناً وَأَعْلَى مَكَاناً وَأَمْنَعُ جَانِباً وَأَبْعَدُ غَوْراً مِنْ أَنْ يَبْلُغَهَا النَّاسُ بِعُقُولِهِمْ أَوْ يَنَالُوهَا بِ‏آرَائِهِمْ أَوْ يُقِيمُوا إِمَاماً بِاخْتِيَارِهِمْ


إِنَّ الإِمَامَةَ خَصَّ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ بِهَا إِبْرَاهِيمَ الْخَلِيلَ‏ عَلَيْهِ السَّلامُ بَعْدَ النُّبُوَّةِ وَالْخُلَّةِ مَرْتَبَةً ثَالِثَةً وَفَضِيلَةً شَرَّفَهُ بِهَا وَأَشَادَ بِهَا ذِكْرَهُ


فَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ: ( إِنِّي جاعِلُكَ لِلنَّاس إِمام)

فَقَالَ الْخَلِيلُ‏ عَلَيْهِ السَّلامُ سُرُوراً بِهَا ( وَمِنْ ذُرِّيَّتِي)

قَالَ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ ( لا يَنالُ عَهْدِي الظَّالِمِينَ)




فَأَبْطَلَتْ هَذِهِ الآْيَةُ إِمَامَةَ كُلِّ ظَالِمٍ إِلَى يَوْمِ الْقِيَامَةِ وَصَارَتْ فِي الصَّفْوَةِ

ثُمَّ أَكْرَمَهُ اللَّهُ بِأَنْ جَعَلَهَا فِي ذُرِّيَّتِهِ أَهْلِ الصَّفْوَةِ وَالطَّهَارَةِ

فَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( وَوَهَبْنا لَهُ إِسْحاقَ وَيَعْقُوبَ نافِلَةً وَكُلّاً جَعَلْنا صالِحِينَ وَجَعَلْناهُمْ أَئِمَّةً يَهْدُونَ بِأَمْرِنا وَأَوْحَيْنا إِلَيْهِمْ فِعْلَ الْخَيْراتِ وَإِقامَ الصَّلاةِ وَإِيتاءَ الزَّكاةِ وَكانُوا لَنا عابِدِينَ).


فَلَمْ تَزَلْ فِي ذُرِّيَّتِهِ يَرِثُهَا بَعْضٌ عَنْ بَعْضٍ قَرْناً فَقَرْناً حَتَّى وَرِثَهَا النَّبِيُ



‏فَقَالَ اللَّهُ جَلَّ جَلالُهُ: ( إِنَّ أَوْلَى النَّاسِ بِإِبْراهِيمَ لَلَّذِينَ اتَّبَعُوهُ وَهذَا النَّبِيُّ وَالَّذِينَ آمَنُوا وَاللَّهُ وَلِيُّ الْمُؤْمِنِينَ)

فَكَانَتْ لَهُ خَاصَّةً فَقَلَّدَهَا صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ عَلِيّاً عَلَيْهِ السَّلامُ بِأَمْرِ اللَّهِ عَزَّ وَجَلَّ عَلَى رَسْمِ مَا فَرَضَهَا اللَّهُ فَصَارَتْ فِي ذُرِّيَّتِهِ الأَصْفِيَاءِ الَّذِينَ آتَاهُمُ اللَّهُ الْعِلْمَ وَالإِيمَانَ بِقَوْلِهِ عَزَّ وَجَلَّ ( وَقالَ الَّذِينَ أُوتُوا الْعِلْمَ وَالإِيمانَ لَقَدْ لَبِثْتُمْ فِي كِتابِ اللَّهِ إِلى‏ يَوْمِ الْبَعْثِ)




فَهِيَ فِي وُلْدِ عَلِيٍ‏ عَلَيْهِ السَّلامُ خَاصَّةً إِلَى يَوْمِ الْقِيَامَةِ إِذْ لا نَبِيَّ بَعْدَ مُحَمَّدٍ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ فَمِنْ أَيْنَ يَخْتَارُ هَؤُلاءِ الْجُهَّالُ.


إِنَّ الإِمَامَةَ هِيَ مَنْزِلَةُ الأَنْبِيَاءِ وَإِرْثُ الأَوْصِيَاءِ إِنَّ الإِمَامَةَ خِلافَةُ اللَّهِ عَزَّ وَجَلَّ وَخِلافَةُ الرَّسُولِ وَمَقَامُ أَمِيرِ الْمُؤْمِنِينَ وَمِيرَاثُ الْحَسَنِ وَالْحُسَيْنِ‏ عَلَيْهِمُ السَّلاَمُ.


إِنَّ الإِمَامَةَ زِمَامُ الدِّينِ وَنِظَامُ الْمُسْلِمِينَ وَصَلاحُ الدُّنْيَا وَعِزُّ الْمُؤْمِنِينَ إِنَّ الإِمَامَةَ أُسُّ الإِسْلامِ النَّامِي وَفَرْعُهُ السَّامِي بِالإِمَامِ تَمَامُ الصَّلاةِ وَالزَّكَاةِ وَالصِّيَامِ وَالْحَجِّ وَالْجِهَادِ وَتَوْفِيرُ الْفَيْ‏ءِ وَالصَّدَقَاتِ وَإِمْضَاءُ الْحُدُودِ وَالأَحْكَامِ وَمَنْعُ الثُّغُورِ وَالأَطْرَافِ.






وَالإِمَامُ يُحَلِّلُ حَلالَ اللَّهِ وَيُحَرِّمُ حَرَامَ اللَّهِ وَيُقِيمُ حُدُودَ اللَّهِ وَيَذُبُّ عَنْ دِينِ اللَّهِ وَيَدْعُو إِلَى سَبِيلِ رَبِّهِ بِالْحِكْمَةِ وَالْمَوْعِظَةِ الْحَسَنَةِ وَالْحُجَّةِ الْبَالِغَةِ



الإِمَامُ كَالشَّمْسِ الطَّالِعَةِ لِلْعَالَمِ وَهِيَ فِي الأُفُقِ بِحَيْثُ لا تَنَالُهُ الأَيْدِي وَالأَبْصَارُ

الإِمَامُ الْبَدْرُ الْمُنِيرُ وَالسِّرَاجُ الزَّاهِرُ وَالنُّورُ السَّاطِعُ وَالنَّجْمُ الْهَادِي فِي غَيَاهِبِ الدُّجَى وَالْبَلَدِ الْقِفَارِ وَلُجَجِ الْبِحَارِ

الإِمَامُ الْمَاءُ الْعَذْبُ عَلَى الظَّمَإِ وَالدَّالُّ عَلَى الْهُدَى وَالْمُنْجِي مِنَ الرَّدَى


الإِمَامُ النَّارُ عَلَى الْيَفَاعِ الْحَارُّ لِمَنِ اصْطَلَى بِهِ وَالدَّلِيلُ فِي الْمَهَالِكِ مَنْ فَارَقَهُ فَهَالِكٌ.



الإِمَامُ السَّحَابُ الْمَاطِرُ وَالْغَيْثُ الْهَاطِلُ وَالشَّمْسُ الْمُضِيئَةُ وَالسَّمَاءُ الظَّلِيلَةُ وَالأَرْضُ الْبَسِيطَةُ وَالْعَيْنُ الْغَزِيرَةُ وَالْغَدِيرُ وَالرَّوْضَةُ.

الإِمَامُ الأَمِينُ الرَّفِيقُ وَالأَخُ الشَّقِيقُ [الشَّفِيقُ] وَمَفْزَعُ الْعِبَادِ فِي الدَّاهِيَةِ.

الإِمَامُ أَمِينُ اللَّهِ فِي أَرْضِهِ وَحُجَّتُهُ عَلَى عِبَادِهِ وَخَلِيفَتُهُ فِي بِلادِهِ الدَّاعِي إِلَى اللَّهِ وَالذَّابُّ عَنْ حُرَمِ اللَّهِ.

الإِمَامُ الْمُطَهَّرُ مِنَ الذُّنُوبِ الْمُبَرَّأُ مِنَ الْعُيُوبِ مَخْصُوصٌ بِالْعِلْمِ مَوْسُومٌ بِالْحِلْمِ نِظَامُ الدِّينِ وَعِزُّ الْمُسْلِمِينَ وَغَيْظُ الْمُنَافِقِينَ وَبَوَارُ الْكَافِرِينَ.



الإِمَامُ وَاحِدُ دَهْرِهِ لا يُدَانِيهِ أَحَدٌ وَلا يُعَادِلُهُ عَالِمٌ وَلا يُوجَدُ مِنْهُ بَدَلٌ وَلا لَهُ مِثْلٌ وَلا نَظِيرٌ



مَخْصُوصٌ بِالْفَضْلِ كُلِّهِ مِنْ غَيْرِ طَلَبٍ مِنْهُ لَهُ وَلا اكْتِسَابٍ بَلِ اخْتِصَاصٌ مِنَ الْمُفْضِلِ الْوَهَّابِ


فَمَنْ ذَا الَّذِي يَبْلُغُ مَعْرِفَةَ الإِمَامِ وَيُمْكِنُهُ اخْتِيَارُهُ هَيْهَاتَ

هَيْهَاتَ ضَلَّتِ الْعُقُولُ وَتَاهَتِ الْحُلُومُ وَحَارَتِ الأَلْبَابُ وَحَسَرَتِ الْعُيُونُ وَتَصَاغَرَتِ الْعُظَمَاءُ وَتَحَيَّرَتِ الْحُكَمَاءُ وَتَقَاصَرَتِ الْحُلَمَاءُ وَحَصِرَتِ الْخُطَبَاءُ وَجَهِلَتِ الأَلِبَّاءُ وَكَلَّتِ الشُّعَرَاءُ وَعَجَزَتِ الأُدَبَاءُ وَعَيِيَتِ الْبُلَغَاءُ عَنْ وَصْفِ شَأْنٍ مِنْ شَأْنِهِ أَوْ فَضِيلَةٍ مِنْ فَضَائِلِهِ


فَأَقَرَّتْ بِالْعَجْزِ وَالتَّقْصِيرِ

وَكَيْفَ يُوصَفُ أَوْ يُنْعَتُ بِكُنْهِهِ أَوْ يُفْهَمُ شَيْ‏ءٌ مِنْ أَمْرِهِ

أَوْ يُوجَدُ مَنْ يَقُومُ مَقَامَهُ وَيُغْنِي غَنَاءَهُ


لا كَيْفَ وَأَنَّى وَهُوَبِحَيْثُ النَّجْمِ مِنْ أَيْدِي الْمُتَنَاوِلِينَ وَوَصْفِ الْوَاصِفِينَ.

فَأَيْنَ الاخْتِيَارُ مِنْ هَذَا

وَأَيْنَ الْعُقُولُ عَنْ هَذَا

أَوْ أَيْنَ يُوجَدُ مِثْلُ هَذَا

ظَنُّوا أَنَّ ذَلِكَ يُوجَدُ فِي غَيْرِ آلِ الرَّسُولِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِمْ

كَذَبَتْهُمْ وَاللَّهِ أَنْفُسُهُمْ وَمَنَّتْهُمُ الْبَاطِلَ فَارْتَقَوْا مُرْتَقًى صَعْباً دَحْضاً تَزِلُّ عَنْهُ إِلَى الْحَضِيضِ أَقْدَامُهُمْ رَامُوا إِقَـامَةَ الإِمَـامَةِ بِعُقُولٍ حَـائِرَةٍ بَـائِرَةٍ نَاقِصَةٍ وَآرَاءٍ مُضِلَّةٍ




فَلَمْ يَزْدَادُوا مِنْهُ إِلا بُعْداً: ( قاتَلَهُمُ اللَّهُ أَنَّى يُؤْفَكُونَ).


لَقَدْ رَامُوا صَعْباً وَقَالُوا إِفْكاً وَضَلُّوا ضَلالاً بَعِيداً وَوَقَعُوا فِي الْحَيْرَةِ إِذْ تَرَكُوا الإِمَامَ عَنْ بَصِيرَةٍ


( وَزَيَّنَ لَهُمُ الشَّيْطَانُ أَعْمَالَهُمْ فَصَدَّهُمْ عَنِ السَّبِيلِ وَكَانُوا مُسْتَبْصِرِينَ).



رَغِبُوا عَنِ اخْتِيَارِ اللَّهِ وَاخْتِيَارِ رَسُولِهِ إِلَى اخْتِيَارِهِمْ وَالْقُرْآنُ يُنَادِيهِمْ: ( وَرَبُّكَ يَخْلُقُ ما يَشاءُ وَيَخْتارُ ما كانَ لَهُمُ الْخِيَرَةُ سُبْحانَ اللَّهِ وَتَعالى‏ عَمَّا يُشْرِكُونَ).


وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( وَما كانَ لِمُؤْمِنٍ وَلا مُؤْمِنَةٍ إِذا قَضَى اللَّهُ وَرَسُولُهُ أَمْراً أَنْ يَكُونَ لَهُمُ الْخِيَرَةُ مِنْ أَمْرِهِم).



وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( ما لَكُمْ كَيْفَ تَحْكُمُونَ أَمْ لَكُمْ كِتابٌ فِيهِ تَدْرُسُونَ إِنَّ لَكُمْ فِيهِ لَما تَخَيَّرُونَ أَمْ لَكُمْ أَيْمانٌ عَلَيْنا بالِغَةٌ إِلى‏ يَوْمِ الْقِيامَةِ إِنَّ لَكُمْ لَما تَحْكُمُونَ سَلْهُمْ أَيُّهُمْ بِذلِكَ زَعِيمٌ أَمْ لَهُمْ شُرَكاءُ فَلْيَأْتُوا بِشُرَكائِهِمْ إِنْ كانُوا صادِقِينَ).

وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( أَفَلا يَتَدَبَّرُونَ الْقُرْآنَ أَمْ عَلى‏ قُلُوبٍ أَقْفالُه) . ( أَمْ طَبَعَ اللَّهُ عَلَى قُلُوبِهِمْ فَهُمْ لا يَفْقَهُونَ ).



أَمْ ( قَالُوا سَمِعْنَا وَهُمْ لا يَسْمَعُونَ إِنَّ شَرَّ الدَّوَابِّ عِنْدَ اللَّهِ الصُّمُّ الْبُكْمُ الَّذِينَ لا يَعْقِلُونَ وَلَوْ عَلِمَ اللَّهُ فِيهِمْ خَيْراً لاسْمَعَهُمْ وَلَوْ أَسْمَعَهُمْ لَتَوَلَّوْا وَهُمْ مُعْرِضُونَ).





وَ( قالُوا سَمِعْنا وَعَصَيْن).


بَلْ هُوَ( فَضْلُ اللَّهِ يُؤْتِيهِ مَنْ يَشاءُ وَاللَّهُ ذُو الْفَضْلِ الْعَظِيمِ).

فَكَيْفَ لَهُمْ بِاخْتِيَارِ الإِمَامِ وَالإِمَامُ عَالِمٌ لا يَجْهَلُ داعي [دَاعٍ] لا يَنْكُلُ


مَعْدِنُ الْقُدْسِ وَالطَّهَارَةِ وَالنُّسُكِ وَالزَّهَادَةِ وَالْعِلْمِ وَالْعِبَادَةِ مَخْصُوصٌ بِدَعْوَةِ الرَّسُولِ‏ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ.


وَهُوَ نَسْلُ الْمُطَهَّرَةِ الْبَتُولِ، لا مَغْمَزَ فِيهِ فِي نَسَبٍ

وَلا يُدَانِيهِ ذُو حَسَبٍ فِي الْبَيْتِ مِنْ قُرَيْشٍ وَالذِّرْوَةِ مِنْ هَاشِمٍ وَالْعِتْرَةِ مِنْ آلِ الرَّسُولِ وَالرِّضَا مِنَ اللَّهِ

شَرَفُ الأَشْرَافِ وَالْفَرْعُ مِنْ عَبْدِ مَنَافٍ



نَامِي الْعِلْمِ كَامِلُ الْحِلْمِ مُضْطَلِعٌ بِالإِمَامَةِ عَالِمٌ بِالسِّيَاسَةِ مَفْرُوضُ الطَّاعَةِ


قَائِمٌ بِأَمْرِ اللَّهِ نَاصِحٌ لِعِبَادِ اللَّهِ حَافِظٌ لِدِينِ اللَّهِ


إِنَّ الأَنْبِيَاءَ وَالأَئِمَّةَ يُوَفِّقُهُمُ اللَّهُ

وَيُؤْتِيهِمْ مِنْ مَخْزُونِ عِلْمِهِ وَحُكْمِهِ مَا لا يُؤْتِيهِ غَيْرَهُمْ فَيَكُونُ عِلْمُهُمْ فَوْقَ كُلِّ عِلْمِ أَهْلِ زَمَانِهِمْ فِي قَوْلِهِ

تَبَارَكَ وَتَعَالَى ( أَفَمَنْ يَهْدِي إِلَى الْحَقِّ أَحَقُّ أَنْ يُتَّبَعَ أَمَّنْ لا يَهِدِّي إِلا أَنْ يُهْدى‏ فَما لَكُمْ كَيْفَ تَحْكُمُونَ).



وَقَوْلِهِ عَزَّ وَجَلَّ ( وَمَنْ يُؤْتَ الْحِكْمَةَ فَقَدْ أُوتِيَ خَيْراً كَثِير).




وَقَوْلِهِ عَزَّ وَجَلَّ فِي طَالُوتَ ( إِنَّ اللَّهَ اصْطَفاهُ عَلَيْكُمْ وَزادَهُ بَسْطَةً فِي الْعِلْمِ وَالْجِسْمِ وَاللَّهُ يُؤْتِي مُلْكَهُ مَنْ يَشاءُ وَاللَّهُ واسِعٌ عَلِيمٌ).




xxx


وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ لِنَبِيِّهِ‏ صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَآلِهِ: ( وَكانَ فَضْلُ اللَّهِ عَلَيْكَ عَظِيم).



وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ فِي الأَئِمَّةِ مِنْ أَهْلِ بَيْتِهِ وَعِتْرَتِهِ وَذُرِّيَّتِهِ ( أَمْ يَحْسُدُونَ النَّاسَ عَلى‏ ما آتاهُمُ اللَّهُ مِنْ فَضْلِهِ فَقَدْ آتَيْنا آلَ إِبْراهِيمَ الْكِتابَ وَالْحِكْمَةَ وَآتَيْناهُمْ مُلْكاً عَظِيماً فَمِنْهُمْ مَنْ آمَنَ بِهِ وَمِنْهُمْ مَنْ صَدَّ عَنْهُ وَكَفى‏ بِجَهَنَّمَ سَعِير).




وَإِنَّ الْعَبْـدَ إِذَا اخْتَـارَهُ اللَّهُ عَـزَّ وَجَلَّ لأمُورِ عِبَادِهِ شَرَحَ صَدْرَهُ لِذَلِكَ وَأَوْدَعَ قَلْبَهُ يَنَابِيعَ الْحِكْمَةِ وَأَلْهَمَهُ الْعِلْمَ إِلْهَاماً فَلَمْ يَعْيَ بَعْدَهُ بِجَوَابٍ وَلا يُحَيَّرُ فِيهِ عَنِ الصَّوَابِ


وَهُوَمَعْصُومٌ مُؤَيَّدٌ مُوَفَّقٌ مُسَدَّدٌ قَدْ أَمِنَ الْخَطَايَا وَالزَّلَلَ وَالْعِثَارَ يَخُصُّهُ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ بِذَلِكَ لِيَكُونَ حُجَّتَهُ عَلَى عِبَادِهِ وَشَاهِدَهُ عَلَى خَلْقِهِ وَذلِكَ فَضْلُ اللَّهِ يُؤْتِيهِ مَنْ يَشاءُ وَاللَّهُ ذُو الْفَضْلِ الْعَظِيمِ



فَهَلْ يَقْدِرُونَ عَلَى مِثْلِ هَذَا فَيَخْتَارُوهُ


أَوْ يَكُونُ مُخْتَارُهُمْ بِهَذِهِ الصِّفَةِ فَيُقَدِّمُوهُ تَعَدَّوْ


وَبَيْتِ اللَّهِ الْحَقَّ وَنَبَذُوا كِتَابَ اللَّهِ وَرَاءَ ظُهُورِهِمْ كَأَنَّهُمْ لا يَعْلَمُونَ

وَفِي كِتَابِ اللَّهِ الْهُدَى وَالشِّفَاءُ فَنَبَذُوهُ وَاتَّبَعُوا أَهْوَاءَهُمْ فَذَمَّهُمُ اللَّهُ وَمَقَتَهُمْ وَأَتْعَسَهُمْ فَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( وَمَنْ أَضَلُّ مِمَّنِ اتَّبَعَ هَواهُ بِغَيْرِ هُدىً مِنَ اللَّهِ إِنَّ اللَّهَ لا يَهْدِي الْقَوْمَ الظَّالِمِينَ).



وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( فَتَعْساً لَهُمْ وَأَضَلَّ أَعْمالَهُم).



وَقَالَ عَزَّ وَجَلَّ ( كَبُرَ مَقْتاً عِنْدَ اللَّهِ وَعِنْدَ الَّذِينَ آمَنُوا كَذلِكَ يَطْبَعُ اللَّهُ عَلى‏ كُلِّ قَلْبِ مُتَكَبِّرٍ جَبَّارٍ).










Dernière édition par Assiddiqa le Dim 10 Juil 2011 - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
Assiddiqa
Membre Spécial
Membre Spécial


Féminin Nombre de messages : 155
Age : 43
Réputation : 12
Points : 205
Date d'inscription : 01/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Dim 10 Juil 2011 - 12:18

ِٕاَّ نَما َوِليُّ ُكُماللَّ ُه َوَرُسوُلُه َواَّ لِذيَنَآَمُنوااَّ لِذيَنُيِقيُموَنال َّ صَلاَة َوُيْؤُتوَنالَّ زَٓااَة َوُهْم َرآِاُعوَن)5:55(

Abu Bakr bin Mohammed, qui de ummer al-Jaabi entendit de abu Abbas Ahmed bin Mohammed bin Saeed al-Hamdani, qui de al-Hassan bin Ali bin Al-Hassan, qui rapporte de Mohammed bin al-Hassain, qui de Mohammed bin Sanan, qui de Abeed Allah al-Qasbani, qui de Abu Basir dit :

L'Imam Abou Abd Allah (asws) bin Mohammed (asws) dit: " Notre Wilayat est la Wilayat de Allah (azwj) et tous les Prophètes (as) avaient en gage notre Wilayat, comme exigence majeure pour leur qualification (afin qu’on leur donne la Prophétie)."

Source: AlQatara, vol. 2, pp. 64, Amali Mufeed 142, tradition 9, Bihar Volume 100, pp. 262, tradition 15, Amali Tusi, 271, tradition 19.

قال ٔاخبرني ٔابو بكر محمد بن عمر الجعابي قال حدثنا ٔابو العباس ٔاحمد بن محمد بن سعيد الهمداني قال حدثنا الحسن بن علي بن الحسن قال حدثنا محمد بن الحسين عن محمد بن سنان عن عبيد اهللا القصباني عن ٔابي بصير قال سمعت ٔابا عبد اهللا جعفر بن محمد ع يقول ٕان واليتنا والية اهللا عز و جل التي لم يبعث نبي قط ٕاال بها ٕان اهللا عز اسمه عرض واليتنا على السماوات و األرض و الجبال و األمصار فلم يقبلها قبول ٔاهل الكوفة و ٕان ٕالى جانبهم
لقبرا ما لقاه مكروب ٕاال نفس اهللا ٓاربته و ٔاجاب دعوته و قلبه ٕالى ٔاهله مسرورا

http://hubeali.com/images/newimg/Salat-and-its-Recognition-part-I.pdf

Revenir en haut Aller en bas
http://fatimasiddiqa.over-blog.fr/
islamopedia
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 170
Age : 32
Réputation : -3
Points : 220
Date d'inscription : 26/06/2011

MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Ven 22 Juil 2011 - 1:38

Salam Aleykoum

regardez sources sunnite:

{ tu n'es qu'un avertisseur, et à chaque peuple un guide}
(Coran 13/7)


Lorsque ce verset fur révélé, le messager d'Allah posa sa main sur sa poitrine et dit :
{je suis celui qui avertit, et à chaque peuple un guide'. }
Puis s'adressant à l'Imam Ali il dit :
{ tu es le guide, Ali, Car après moi, les croyants seront guidé par toi'}
Mustadrak al-Sahihain vol 3 p129 ; kanz al-Ummal vol 6 p 157 ; Tafsir Tabari ; Razi tafsir al-Kabir ; Suyuti Dur al -Manthur

Je suis l'avertisseur et le guide après moi est 'Alî.
"Musnad Ahmad": 1/151, 3/213; "Al-Tarmathî": 2/135; "Al-Khaçâ'iç" d'al-Nasâ'î: 20; "Kanz al-'Ummâl": 1/247



{Oui, Quand à ceux qui croient, et font oeuvres bonnes, ce sont eux les meilleurs de toute la création}
(Coran 98/7)

Concernant la révélation de ce verset, le Messager d'Allah déclara :
{O Ali, ceux là sont toi-même et tes adeptes'}
Ibn Jabir Tabari dans son Tafsir ; Ibn Hajar dans al-Sawa'iq al-Muhriqa p96 ; Shablangi Nur al-Asbab p 70; Suyuti dans Dur al-Manthur(qui a joute que lorsque Ali venait rejoindre les compagnons du Prophète, ils disaient : 'le meilleur des hommes est venu')



{alors son patron à lui, c'est Dieu,oui ; et aussi Gabriel et les gens de bien d'entre les croyants}
(Coran 66/4)


Il s'agit de Ali :
Kunz al-Ummal vol 1p237 ; Ibn Hajr Asqalani dans Fath al-Bari vol 13 p27 ; Haythami dans Majma vol 9 p194



{Afin d'en faire pour vous un Rappel, et que toute oreille qui retient le retienne}
(Coran 69/12)


Le Prophète se retourna vers l'Imam Ali et dit :
{j'ai demandé à Allah que ce soit ton oreille'}
Ali dit alors :
{Je n'ai oublié aucune parole entendue du Messager d'Allah'}
Ibn Jabir Tabari dans son Tafsir ; Zamakhshari dans son Kashshaf ; Haithami dans Majma ; Suyuti dans Dur al-Manthur, Kanz al-Ummal vol 6 p408 ; Wahidi dans Asbab al-Nuzul


{Oui, ceux qui croient, et font œuvres bonnes, le Très Miséricordieux leur assigne de l'amour}
(Coran 19/96)


Un Jour ,le Prophète s'adressa à Ali :
{O Ali, dis : Allah, accorde-moi ta promesse, et installe mon amour dans le cœur des croyants}
puis le verset fut révélé en faveur de Ali.

Zamakhshari dans Kashshaf ; Suyuti dans Dur al Manthur ; Haithami dans al Majma vol p 125 ; Riyadh al-Nadira vol 2 p 207 ; Ibn Hajar dans al-Sawa'iq p 102



{Oui, Quand à ceux qui croient, et font oeuvres bonnes, ce sont eux les meilleurs de toute la création}
(Coran 98/7)


Concernant la révélation de ce verset, le Messager d'Allah déclara :
{O Ali, ceux là sont toi-même et tes adeptes'}

Ibn Jabir Tabari dans son Tafsir ; Ibn Hajar dans al-Sawa'iq al-Muhriqa p96 ; Shablangi Nur al-Asbab p 70; Suyuti dans Dur al-Manthur(qui a joute que lorsque Ali venait rejoindre les compagnons du Prophète, ils disaient : 'le meilleur des hommes est venu')





{ Dis : Je ne vous demande aucun salaire si ce n'est l'affection eu égard à nos liens de parenté} (Coran 42/23)


Zamakhshari dit dans son commentaire Kashshaf : 'on rapporte que les idolatres se rencontrèrent dans une assemblée et se demandèrent, l'un après l'autre : 'est ce que Muhammad nous réclame une rénumération pour ce qu'il prêche ?' C'est alors qu'Allah révéla ce verset au Prophète en forme de réponse : (Coran 42/23)

Zamakhshari ajoute : 'il est également rapporté concernant ce verset , qu'on demanda au Messager d'Allah : 'Qui sont ces proches que nous devons aimer ? Il répondit : 'Ali, Fatima, et leurs 2 enfants Hassan et Hussein'
Musnad Ibn Hanbal citant Ibn Abbas à travers une chaine de narrateur sur l'autorité de Sa'id ibn Jubair.


Concernant la révélation du verset de la Mawadda(Coran 42/23), les gens questionnèrent le Prophète à propos de ces proches qu'ils doivent aimer.Le Prophète répondit : 'Ali, Fatima, Hassan et Hussein.
Ahmad dans Al-Manaqib ; Tabari dans Dhakha'ir al-Uqba fi Manaqib citant Ibn Abbas ; Tabarani dans Mu'jam al Kabir

Quelques autre encore, faut que je met à jour!



Quelques Hadiths sunnite troublant...:

Le Messager de Allah (pslf) ayant pointé sa main en direction de Ali (s) pour dire ceci de lui (s): “Cet Ali fut la première personne à croire en ma Prophétie, et il sera la première personne à me prendre la main le Jour du Jugement; il est la plus véridique de toutes les personnes et le plus avisé de tous ceux qui font preuve de discernement dans cette Nation; il sait faire la différence entre le Vrai et le Faux; il est le Guide des Croyants“. Rapporté par Tabarani dans son Kabir selon Salman et Abu Dharr; Bayhaqi dans son Sunnan ; Ibn Adi dans son Kamil selon Hudhayfah ; Kenz Al-Ummal, volume 6, page 156, n 2608.


Le Messager d'Allah (sawa) a dit: «Celui qui désire mener une vie comme la mienne et avoir une fin comme la mienne, et habiter le Paradis d'Allah planté par Dieu. Qu'il prenne Ali pour dirigeant et sa descendance après lui. Ils ne vous sortirons pas du chemin droit et ne vous feront pas entrer par la porte de l'égarement » Kanz Umal vol 6 p 155

« Je recommande à celui qui a cru en moi et qui m'a cru, de prendre Ali Abi Talib pour dirigeant, car ce faisant, il m'a pris pour dirigeant et qui m'a pris pour dirigeant a, en fait, reconnu Allah pour son Maître. » Al Tabarânî dans Al-Kabîr et Ibn Asakir dans Tarikh et Kunz Umal Vol 6 p154

« Ô mon Dieu, qui a cru en moi et m'a cru, que Ali Abi Talib soit son dirigeant, car son gouvernement est le mien et mon gouvernement est celui d'Allah le Très Haut» Al Tabarani dans Al-Kabîr et Kunz Umal n° 2576

Et des Kilos comme ça:
http://www.islamopedia.fr/rubrique,ali-simple-cousin,1675656.html

Si certains veulent encore compléter? j'aimerais réunir tout ça sur mon site!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.islamopedia.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Coran et la Walaya   Aujourd'hui à 8:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Coran et la Walaya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le projet de brûler un Coran déchaîne les passions
» L'évangile de Barnabé contredis le coran !
» Le coran
» Pourquoi, dans le Coran, Dieu parle à la première personne du pluriel ("Nous...") ?
» Baiser de JP II sur le Coran : Blocage insurmontable avec l'Eglise Catholique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'islam :: Le Coran-
Sauter vers: