Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 L’indignation américaine face à des élections « truquées » ne s’étend pas au Kirghizistan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mehmet



Masculin Nombre de messages : 46
Age : 31
Localisation : chez moi
Réputation : 0
Points : 13
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: L’indignation américaine face à des élections « truquées » ne s’étend pas au Kirghizistan   Jeu 6 Aoû 2009 - 22:02

As-Salam aleykoum

par Bill Van Auken

Le trucage impudent d’une élection, la répression de l’opposition et le recours à la violence et l’usage de balles réelles par la police contre des manifestants ont été passés sous silence et ignorés par le gouvernement Obama et les médias américains.

Ces événements se sont passés jeudi non pas en Iran mais dans l’Etat du Kirghizistan, un pays enclavé d’Asie centrale.

Dans leur langage diplomatique habituel, les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), présents aux élections présidentielles, ont déclaré que le scrutin kirghize « a manqué à des critères-clés » et était « une déception ».

Un examen plus attentif du rapport de l’OSCE dévoile cependant l’emploi de méthodes véritablement criminelles pour garantir une majorité de près de 90 pour cent au président sortant Kourmanbek Bakiev.

L’OSCE cite le « bourrage d’urnes » et « des votes multiples » le jour des élections, tandis qu’il fut fait usage de la force physique, y compris de gaz lacrymogène pour empêcher le parti de l’opposition d’entrer dans le bureau de vote. « Le processus s’est encore détérioré pendant le décompte des résultats, » a rapporté l’organisation.

Lorsque des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale kirghize pour protester contre la fraude électorale, la police les a attaqués à l’aide de grenades détonantes et de gaz lacrymogène tout en tirant des balles réelles en l’air.

Durant la période qui avait précédé les élections, l’OSCE avait déclaré, « La distinction entre le parti dirigeant et l’Etat était floue. » Concrètement, ceci signifie que les bureaux du parti de Bakiev, l’Ak-Zhol, étaient installés dans les bâtiments gouvernementaux. Les employés du gouvernement et les étudiants étaient contraints de participer aux rassemblements du parti sous peine d’être congédiés ou renvoyés des écoles.

La campagne électorale de l’opposition fut entravée par la police et ses dirigeants et ses partisans furent soumis à un règne de terreur. L’un des dirigeants de l’opposition, Emilbek Kaptagaev, a rapporté avoir été enlevé par un groupe d’hommes, l’un portant un uniforme de la police, emmené à la lisière de la capitale et brutalement battu. Il avait reçu un appel téléphonique trois semaines plus tard le prévenant que s’il ne cessait pas de faire campagne pour le candidat tête de liste de l’opposition, l’ancien premier ministre Almazbek Atambaev du Parti social démocrate, il en verrait d’autres pires encore.

L’opposition avait littéralement été boycottée par les médias de masse. Les trois chaînes de télévision nationales avaient cessé fin juin de couvrir l’actualité à l’approche des élections. Au cours de l’année passée, le gouvernement avait systématiquement empêché la parution des journaux d’opposition en les traînant devant les tribunaux pour répondre d’accusations de diffamation envers la famille du président, et en leur imposant des amendes massives et la saisie de leur équipement.

Au début du mois, le journaliste Almaz Tashiyev qui avait publié des articles critiques sur le gouvernement, est décédé après avoir été violemment frappé par huit policiers. C’était la sixième attaque violente contre des journalistes cette année et la deuxième attaque mortelle perpétrée depuis octobre 2007 quand le journaliste indépendant, Alisher Saipov, fut abattu, style exécution. Personne ne fut interpellé pour cet assassinat.

La fraude électorale ne fut pas une surprise. Durant la période qui a précédé les élections locales l’année dernière, la présidente de la commission électorale centrale avait fui le pays après avoir dit que le fils du président l’avait menacée de mort.

Les organisations de droits humains disent que la torture de détenus est une pratique courante au Kirghizistan. Parmi les cas tristement célèbres figure l’arrestation l’année dernière de 32 personnes dans la ville de Nookat. Alors qu’elles étaient en attente de leur procès, la police les a frappé sur la plante des pieds, leur a versé de l’eau bouillante et froide dessus et les a amenés au bord de l’étouffement en leur couvrant la tête de sacs en plastique. Lorsqu’un des prisonniers, une femme, leur a dit qu’elle était enceinte, ils l’agressèrent physiquement en causant une fausse-couche.

Le mois dernier, le président Barack Obama avait envoyé une lettre au président Bakiev pour faire l’éloge de son régime dans ses « efforts pour stabiliser la situation en Afghanistan et pour la lutte contre le terrorisme international ».

Cette position de Washington persiste. Pourquoi Obama et Hillary Clinton n’ont-ils pas déclaré être « consternés » par la situation au Kirghizistan ou salué le « courage » des manifestants comme ils l’ont fait dans le cas de l’Iran ?

La lettre d’Obama avait fait partie du processus de négociations entre Washington et le Kirghizistan sur la base aérienne de Manas qui sert à l’approvisionnement des forces américaines combattant en Afghanistan. Le régime de Bakiev avait annoncé en février qu’il allait fermer la base puis a négocié un accord dévoilé ce mois-ci et selon lequel l’armée américaine pourra rester en échange d’une augmentation au quadruple du loyer.

Le jour des élections, le New York Times publiait un article cynique intitulé « Les questions stratégiques et non les insultes sont la ligne de mire américaine au Kirghizistan ». Tout en faisant allusion à une « vague de violence » contre l’opposition, le Times remarquait d’un air approbateur que le gouvernement Obama « a mis l’accent sur les préoccupations pragmatiques face aux droits de l’homme ».

Il a insisté que le régime Bakiev n’était pas vraiment si mauvais, en vantant un « système politique bien plus ouvert » que certains de ses voisins d’Asie centrale. « Ce n’est pas un Etat policier », ainsi réconforte le Times ses lecteurs, « et, en général, seuls ceux qui défient ouvertement le gouvernement sont poursuivis par les forces de sécurité ».

Si ceci est le critère d’un régime acceptable, Benito Mussolini l’aurait probablement été, alors quel problème le journal a-t-il avec l’Iran où depuis la date des élections il a mené une campagne continue en qualifiant le décompte des votes de « coup d’Etat » et ses conséquences d’« opération totalitaire » (« Operation Jackboot ») ?

Il est à noter que Bakiev doit son mandat à la soi-disant « Révolution des tulipes », après la Révolution des Roses en Géorgie et la Révolution orange en Ukraine, qui avait été provoquée en 2005 sur la base d’allégations de fraudes électorales avancées par l’opposition soutenue par les Etats-Unis. Des manifestations et des émeutes avaient réussi à renverser le président Askar Akayev. Les manifestants s’étaient rassemblés au nom de la dénonciation de la fraude électorale, de la corruption et de la pauvreté grandissante causée par l’application d’une série de programmes d’ajustement dictés par le FMI.

Comme l’opposition elle-même le reconnut par la suite, son accession au pouvoir avait été financée et organisée en grande partie par Washington, par le biais d’une série d’Organisations non gouvernementales (organisations de façade de la CIA). Les Etats-Unis voulaient la chute d’Akayev parce ses tentatives de s’insinuer dans les bonnes grâces de Moscou contrecarraient les objectifs stratégiques de Washington d’établir une hégémonie américaine en Asie centrale.

Il se trouva que Bakiev fut également obligé en raison des réalités géopolitiques d’évoluer entre Moscou et Washington avec tout autant ou davantage de corruption, de répression et de fraude électorale.

En Iran, la « Révolution de couleur », cette fois verte, une fois de plus conduite par une opposition appuyée par les Etats-Unis et dénonçant une élection truquée, doit encore réussir, l’équilibre du pouvoir au sein du régime de l’élite cléricale n’étant pas encore certain.

Bref, si le régime en question, comme celui de Bakiev, facilite les objectifs belliqueux et les intérêts stratégiques des Etats-Unis, alors des élections truquées, la répression et la torture sont tout à fait acceptables aux dirigeants « pragmatiques » à Washington et à leurs propagandistes au Times.

Toutefois, lorsque Washington considère le renversement d’un régime, comme en Iran, ou du moins un changement au sommet, comme promouvant ces mêmes intérêts, alors des accusations de magouilles électorales et de répression et la défense de la « démocratie » sont transformées en une véritable croisade.

source: mondialisation.ca

lepost.fr/perso/arren
Revenir en haut Aller en bas
http://lepost.fr/perso/arren
 
L’indignation américaine face à des élections « truquées » ne s’étend pas au Kirghizistan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Préface à Rhinocéros..????
» (1997) BOEING SUISSE FACE A UN OVNI
» Comment réagir face à une enfant émétophobe ?
» Faire face à une angoisse
» Comment faire face à différents types de personnalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Général :: Actualité-
Sauter vers: