Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 purification 3 istihada partie 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SUNNISME



Masculin Nombre de messages : 41
Age : 31
Réputation : 0
Points : 111
Date d'inscription : 12/05/2009

MessageSujet: purification 3 istihada partie 4   Ven 22 Mai 2009 - 18:36

Dans le cas où elle a oublié son habitude de menstrues, aussi bien en durée qu'en période,

Commentaire : La moutahayyirah –celle qui est dans l'embarras–, c'est celle qui ne se souvient pas de combien de jours était l'écoulement de sang. Est-ce que c'était un jour et une nuit ou cinq jours ou dix jours ou quinze jours ? Elle ne se souvient plus. D'autre part elle ne se souvient pas si cet écoulement lui arrivait au début du mois, au milieu du mois ou à la fin du mois ; elle est dans l'embarras. Elle est dans le cas où elle a oublié son habitude aussi bien en durée qu'en période c'est-à-dire lorsqu'elle a oublié et ne se souvient plus de la durée de ses menstrues ni de la période du mois où elles avaient lieu.

elle est comme celle qui a les menstrues mais pas pour le divorce,

Commentaire : Son jugement est semblable à une femme qui a ses menstrues même si l'écoulement du sang dure dix ans. Elle a le même jugement que la femme qui a les menstrues sauf pour le divorce et certains jugements.

ni pour une adoration qui nécessite une intention.

Commentaire : Pour le divorce et pour une adoration qui nécessite une intention comme le jeûne et la prière, elle n'est pas comme la femme qui a les menstrues pour cela. Pour le divorce et l'adoration qui nécessite une intention, elle est comme la femme qui n'a pas les menstrues. Pour la prière et pour le jeûne, son jugement n'est pas semblable au jugement de la femme qui a les menstrues : c'est une femme qui est dans l'embarras.

Elle fait le ghousl pour chaque obligation si elle a ignoré le temps de l'interruption de l'écoulement.

Commentaire : Par conséquent, elle fait le ghousl pour chaque obligation, pour adh-dhouhr al-^asr, al-maghrib, al-^icha' et pour as-soubh sauf si elle se souvient que par le passé le sang s'interrompait lors du coucher du soleil. Celle-ci fait le ghousl chaque fois que vient le temps du coucher du soleil. Pour les autres prières, elle se suffit du woudou' et elle prie chacune des cinq prières ; seulement lors du coucher, elle fait le ghousl puis elle fait la prière. Ensuite pour les autres prières et jusqu'au temps correspondant du lendemain, elle fait le woudou' et la prière. Pour ce qui est du divorce, elle n'a pas le jugement de celle qui a les menstrues. Il en est de même pour la prière, le jeûne et pour tout acte d'adoration qui nécessite une intention : elle n'a pas le jugement de celle qui a les menstrues. Cela signifie que son époux n'a pas du tout de rapport avec elle. Mais pour la prière, elle a le jugement de celle qui n'a pas les menstrues. Il n'est pas interdit de la divorcer contrairement à celle qui a les menstrues parce que celle qui a les menstrues, il est interdit de la divorcer jusqu'à ce que l'écoulement du sang s'arrête. Quant à celle-ci pour le divorce, elle a le jugement de celle qui n'a pas les menstrues. Pour la prière également elle a le jugement de celle qui n'a pas les menstrues, elle accomplit la prière ; quant au rapport, elle n'a pas à le faire. Certains savants ont dit : Jusqu'à quand n'a-t-il pas de rapport avec elle ? Cela peut lui nuire. Si elle est empêchée d'avoir des rapports en permanence, cela peut lui être nuisible ; il est donc permis d'avoir un rapport avec elle. Toutefois le Chaykh Zakariyya Al-'Ansariyy et beaucoup d'autres ont dit : ce n'est pas permis.

Elle jeûne Ramadan qu'elle fait suivre d'un mois complet.

Commentaire : Elle fait le jeûne de Ramadan également mais il ne lui suffit pas de jeûner un seul mois : elle jeûne Ramadan et un mois complet. Puis il lui restera deux jours. Celle-ci qui est dans l'embarras absolu, c'est celle au sujet de laquelle les savants ont dit qu'elle est comme la femme qui a les menstrues sauf pour le divorce, le jeûne et ce qui est de cet ordre. Pour les deux mois jeûnés, elle réalise vingt-huit jours de jeûne effectif. Il lui reste alors deux jours à rattraper : trois au début d'une période de dix-huit jours et trois à la fin des dix-huit jours.

Il lui reste deux jours à jeûner si elle n'a pas été habituée dans le passé à avoir l'interruption de l'écoulement pendant la nuit. Elle jeûnera pour ces deux jours à partir d'une série de dix-huit jours, trois au début et trois à la fin.

Commentaire : Le premier jour, le deuxième jour et le troisième jour elle jeûne, puis elle mange, puis le seizième, le dix-septième et le dix-huitième jour elle jeûne. Elle aura ainsi réalisé deux jours effectifs sur six jours de jeûne. Elle aura réalisé deux jours. Elle aura été certaine qu'il y aura eux jours d'acquis. Pour le reste, elle a le jugement de la femme qui a les menstrues. Ici, le jeûne est obligatoire par précaution. Même s'il est par précaution, il reste obligatoire.

Il lui est possible de rattraper un jour en jeûnant un jour, le troisième et le dix-septième.

Commentaire : Par contre, si elle a à rattraper un jour, c'est-à-dire lorsqu'elle était dans une autre situation, auparavant, et qu'elle n'avait qu'un seul jour à rattraper, si elle veut le rattraper, elle jeûne un jour puis elle jeûne le troisième puis le dix-septième. Le jour où elle a commencé à jeûner jusqu'au dix-septième, elle aura réalisé ce rattrapage d'un seul jour. Celle-ci est éprouvée, elle est sujette à une grande épreuve et à une grande difficulté. Ceci vaut dans le cas-là elle n'était pas habituée à avoir l'interruption de l'écoulement dans le passé pendant la nuit. Par contre si elle savait que par habitude ses menstrues s'interrompaient la nuit, c'est-à-dire avant l'aube, dans ce cas-là deux mois lui suffisent pour le mois de Ramadan sans les deux jours en plus.

Si elle se souvient de l'une des deux alors son jugement est correspondant à ce dont elle est certaine ; pour ce qui admet les deux possibilités, elle est comme si elle les a oubliées toutes les deux.

Commentaire : Pour cette femme : si elle se souvient de la durée de ses menstrues mais ne se rappelle pas de la période du mois de ses menstrues ou si elle se souvient de la période mais ne se souvient pas du nombre de jours de ses menstrues, elle sait que ses menstrues débutaient au début du mois, elle se rappelle de la période mais ne se rappelle pas de la durée ou l'inverse : elle se rappelle de la durée et ne se rappelle pas de la période, si elle est ainsi son jugement est que pour ce dont elle est certaine, c'est-à-dire la partie pour laquelle elle est sûre que ce sont ses menstrues, elle a le jugement de celle qui a les menstrues. Mais pour la période dans laquelle il est possible qu’elle ait les menstrues ou qu'elle soit en période intermenstruelle ou d'interruption c'est-à-dire dans les trois cas, son jugement change. Pour la période dans laquelle elle admet les différentes possibilités, elle est comme celle qui est dans l'embarras, son jugement est le jugement de celle qui est dans l'embarras, celle qui ne se souvient ni du temps ni de la durée. C'est-à-dire que ce jugement concerne la période pour laquelle elle n'est pas sûre et qui admet donc les différentes possibilités.

Le minimum des lochies est la valeur d’un crachat.

Commentaire : Le minimum des lochies est de un instant. Après la naissance, si elle voit pendant une minute un écoulement de sang, ce sont des lochies. Si pendant quinze jours il ne reprend pas puis après le quinzième jour elle voit à nouveau un écoulement de sang, il n'est plus considéré comme lochies. Mais si elle voit un écoulement avant quinze jours, ce sont encore des lochies.

Le maximum des lochies est de soixante jours.

Commentaire : Le maximum des lochies est de soixante jours. S'il se prolonge soixante jours en continu, ces soixante jours sont tous des jours de lochies. De même si elle le voit un jour, puis elle ne voit rien le jour suivant, puis elle voit l'écoulement puis elle ne le voit plus et ainsi de suite jusqu'à ce qu'elle finisse les soixante jours, tous ces jours-là où il y a eu un écoulement par intermittence, aussi bien la période où elle a vu l'écoulement que les jours où elle n'a pas vu d'écoulement mais qui étaient entre les jours où elle a vu l'écoulement, ce sont les lochies. Même si cela s'est interrompu pendant une période inférieure à quinze jours. C’est la cas par exemple lorsqu’elle a vu le sang dix jours, puis elle n'a pas eu d'écoulement pendant dix jours, puis elle a vu à nouveau dix jours d'écoulement, puis elle n'en a pas vu, puis à nouveau elle en voit dix jours, puis elle n'en voit plus jusqu'à atteindre cinquante jours, elle considère tous ces jours-là comme des lochies et elle considère les dix jours où elle n'a plus d'écoulement de sang qui viennent après les cinquante comme une période où ce ne sont pas des lochies mais une période intermenstruelle. Si l'écoulement s'arrête après les soixante jours pendant une nuit, puis revient, ce nouveau sang est un sang de menstrues ou bien si le sang apparaît de nouveau après deux jours, ce nouveau sang est considéré comme des menstrues. Par contre, pendant la période de soixante jours, si elle voit un écoulement puis n'en voit plus, puis elle en voit encore, cela n'est pas considéré comme des menstrues mais en tant que lochies car elle est encore dans cet intervalle de soixante jours.

Dans la plupart des cas, elles sont de quarante jours.

Commentaire : La plupart des femmes voient un écoulement pendant quarante jours.

Lorsqu'elles dépassent les soixante jours, c'est comme si elles dépassent le maximum des menstrues.

Commentaire : Si l'écoulement dépasse soixante jours, son jugement est semblable au jugement de l'écoulement qui dépasse le maximum des menstrues soit quinze jours. Ainsi, s'il y a l'écoulement de sang en continu au-delà des soixante jours, elle est considérée moustahadah. Si c'est la première fois qu'elle a les lochies (moubtada’ah), elle considère que ses lochies sont de un instant et ce qui est en plus, elle le considère comme une période intermenstruelle, ceci dans le cas où elle le voit d'une seule catégorie comme la femme qui a les menstrues pour la première fois et qui le voit d'une seule catégorie. Ses menstrues à elle seront d'un jour et une nuit et le restant du mois est une période intermenstruelle. Celle-ci également, si elle voit le sang une heure, puis il ne s'interrompt pas mais se prolonge, le sang n'ayant qu'une seule couleur, tout le temps noir ou bien tout le temps rouge ou tout le temps épais ou bien non épais, il lui est dit : « Comme tu n'as jamais eu cela auparavant, tu n'as pas eu d’accouchement ni de lochies, tes lochies seront comme le temps d'un instant, le temps d'un crachat, et tout ce qui est en plus est une istihadah ». Par contre, si elle voit l'écoulement de deux couleurs, comme par exemple dix jours noirs et cinquante jours rouges, alors ce qui est noir ce sont les lochies et pour ce qui le suit, tant que cela ne dépasse pas les soixante jours, il lui est dit , c’est-à-dire que son jugement est relatif à la couleur. Elle est capable de distinguer. Son jugement est ainsi tant que l'écoulement ne dépasse pas le maximum des lochies.
Revenir en haut Aller en bas
 
purification 3 istihada partie 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les volcans d'Indonésie (une petite partie)
» Il faut que la Bible fasse partie de la vie des fidèles.... a affirmé Benoît XVI
» 1er partie Baudrier porte briquet.
» Purification d'un apartemment
» L’Egypte ou le Mystère d’Horus - 1ere Partie - L'école des mysteres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'islam :: Fiqh-
Sauter vers: