Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 Jules Doinel et l'Eglise Gnostique de France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Jules Doinel et l'Eglise Gnostique de France   Jeu 19 Fév 2009 - 6:18

Jules Doinel et l'Eglise Gnostique de France

Encausse fit remarquer plus tard que Doinel avait manqué de "la nécessaire éducation scientifique pour expliquer sans problème les merveilles que le monde invisible avait jeté sur lui." Ainsi, Doinel du faire face à un choix entre la conversion et la folie ; et, dit Encausse, "Soyons heureux que le Patriarche de la Gnose ait choisi la première voie."
La défection de Doinel fût un coup très dur pour l'Eglise Gnostique, mais elle réussit à survivre. L'intérim fut assumé par le Synode des Evêques et lors du Haut Synode de 1896, ils élisent un des leurs, Léonce-Eugène Fabre des Essarts, connu en tant que Tau Synesius, pour remplacer Doinel comme Patriarche.
Fabre des Essarts était un occultiste parisien, un poète symboliste et un des théoriciens de la Gnose et du Christianisme Esotérique. Lui et un autre évêque gnostique, Louis-Sophrone Fugairon (Tau Sophronius), un physicien et aussi un spécialiste des Cathares et des Templiers, entrèrent en collaboration en vue de continuer le développement de l'Eglise Gnostique. Ensemble, ils commencèrent par transformer l'enseignement de l'Eglise Gnostique d'un gnosticisme théologique vers une conception occultiste plus générale.
En 1899, deux ans après que Léo Taxil ait dévoilé son arnaque, Doinel commença à correspondre avec Fabre des Essarts. En 1900, ils demanda à être réconcilié avec l'Eglise Gnostique et sa réadmission comme évêque gnostique. Comme premier acte de consécration en tant que Patriarche de l'Eglise Gnostique, Fabre des Essarts re-consacra son ancien patriarche sous le nom de Tau Jules, évêque d'Alet et de Mirepoix.
En 1901, Fabre des Essarts consacra Jean Bricaud (1881-1934) , Tau Johannes, évêque de Lyon. Entre 1903 et 1910, il consacra 12 autres évêques gnostiques, dont Léon Champrenaud (1870-1925), Tau Théophane, évêque de Versailles ; René Guenon (1886-1951), Tau Palingénius, évêque d'Alexandrie ; et Patrice Genty (1883-1964), Tau Basilide.
Après la mort de Fabre des Essarts en 1917, le Patriarchat de l'Eglise Gnostique sera assumé par Léon Champrenaud (Tau Théophane). Champrenaud sera suivi par Patrice Genty en 1921 qui mettra l'Eglise Gnostique de France en sommeil en 1926 en faveur de l'Eglise Gnostique Universelle de Jean Bricaud.
L'Eglise Catholique Gnostique
Jean Bricaud a été élevé dans un séminaire catholique dans lequel il étudia pour devenir FPRIVATE "TYPE=PICT;ALT=medium_Jean_Bricaud.jpg" prêtre, mais il renonça à sa poursuite religieuse conventionnelle dès l'âge de 16 ans pour suivre la voie de l'occultisme mystique. Il s'impliqua dans divers mouvements chrétiens et rencontra Papus en 1899 pour entrer ensuite dans son ordre martiniste.
En 1907, sous les encouragements (si ce n'est sous la pression) de Papus, Bricaud rompit avec Fabre des Essarts pour fonder sa branche schismatique de l'Eglise Gnostique. Fugairon décida de rejoindre Bricaud. Le motif de base à ce schisme semble avoir été de créer une branche de l'Eglise Gnostique dont les structures et la doctrine auraient été plus proches de l'Eglise Catholique Romaine que de l'Eglise Gnostique (par exemple, elle incluait un ordre de prêtrise et un baptême) ; et qui aurait été plus liée à l'Ordre Martiniste. Doinel était un Martiniste, Bricaud était un Martiniste, mais Fabre des Essarts ne l'était pas. Bricaud, Fugairon et Encausse, dans une première tentative, nommèrent leur branche de l'Eglise "l'Eglise Catholique Gnostique". On l'annonça comme la fusion de trois églises 'gnostiques' existantes en France : l'Eglise Gnostique de Doinel, l'Eglise Carmélite de Vintras et l'Eglise Johannite de Fabré-Palaprat. En février 1908, le synode épiscopal de l'Eglise Catholique Gnostique se réunit et élit Bricaud comme Patriarche sous le nom de Jean II. Après 1907, en vue de clairement distinguer les deux branches de l'Eglise Gnostique, celle de Fabre des Essarts fût connue sous le nom d'Eglise Gnostique de France.
La Conférence de Paris de 1908
Le 24 juin 1908, Encausse organisa la Conférence Maçonnique et Spiritualiste Internationale à Paris, au cours de laquelle il reçu, sans contrepartie en argent, une patente de Théodore Reuss (Merlin Peregrinus, 1855-1923), chef de l'O.T.O., pour établir un "Suprême Grand Conseil Général des Rites Unifiés de l'Ancienne et Primitive Maçonnerie pour le Grand Orient de France et ses dépendances. Dans la même année, l'Eglise Catholique Gnostique vit sont nom changer en Eglise Gnostique Universelle.
Plus ou moins 4 ans plus tard, deux documents importants furent publiés : le Manifeste de la M.M.M. (section britannique de l'O.T.O.), qui incluait l'Eglise Catholique Gnostique dans la liste des organisations dont la sagesse et les connaissances sont concentrées au sein de l'O.T.O. ; et l'Edition du Jubilée de l'Oriflamme, l'organe officiel de l'O.T.O. de Reuss, qui annonca que l'Initiation, le journal d'Encausse, était l'Organe officiel pour les Rites de Memphis-Misraim et de l'O.T.O. en France.
Les détails précis de la transaction de la conférence de Paris de 1908 sont inconnus, mais en se basant sur le cours des événements qui suivirent, la conclusion logique est qu'Encausse et Reuss s'engagèrent dans un échange fraternel d'autorités : Reuss recevant l'autorité primatiale et épiscopale dans l'Eglise Catholique Gnostique et Encausse recevant l'autorité dans les Rites de Memphis-Misraim.
En 1911, Bricaud, Fugairon et Encausse déclarèrent que l'Eglise Gnostique Universelle est l'Eglise officielle du Martinisme.
L'E.G.U. et la Succession d'Antioche
Après avoir assumé la Patriarchat de l'Eglise Gnostique Universelle, Bricaud devint l'ami de l'évêque Louis-Marie-François Giraud (Mgr. François, mort en 1951), un ancien moine trappiste qui faisait remonter sa filiation épiscopale à Joseph René Vilatte (Mar Timotheos, 1854-1929). Vilatte était un parisien qui avait dans sa jeunesse émigré en Amérique. C'était un enthousiaste religieux mais incapable de trouver satisfaction au sein des structures de l'Eglise Catholique ; ainsi, en Amérique, il commença sa quête pour trouver un environnement plus adapté à sa personnalité et à ses ambitions. Il passa de secte en secte, servant pour un temps comme ministre congrégationiste, étant plus tard ordonné prêtre au sein de la schismatique secte des "Vieux Catholiques". Il obtint la consécration épiscopale en 1892 des mains de l'évêque Francisco-Xavier Alvarez (Mar Julius I), évêque de l'Eglise syrienne Jacobite Orthodoxe et Métropolitain de l'Eglise Catholique Indépendante de Ceylan, Goa et des Indes, qui avait à son tour reçu la consécration des mains d'Ignatius Pierre III, "Pierre l'Humble", Patriarche Jacobite Orthodoxe d'Antioche. Vilatte consacra Paolo Miraglia-Gulotti en 1900 ; Gulotti consacra Jules Houssaye (1844-1912), Houssaye consacra Louis-Marie-François Giraud en 1911 ; et Giraud consacra Jean Bricaud le 21 Juillet 1913.
Cette consécration est importante pour l'Eglise de Bricaud car elle fournit une succession apostolique et épiscopale valide et documentée, qui avait été reconnue par l'Eglise Catholique Romaine comme valide mais illicite (spirituellement efficace mais contraire à la politique de l'Eglise et non sanctionnée par elle). La succession apostolique fut largement perçue comme reflétant une transmission de l'autorité spirituelle véritable dans le courant Chrétien, remontant jusqu'à Saint Pierre ; et même plus loin à Melchizedech, le mythique prêtre-roi de Salem qui servait en tant que prêtre le Patriarche hébreux Abraham. Cela fournit à Bricaud et à ses successeurs l'autorité apostolique d'administrer les sacrements chrétiens ; ce qui était important car beaucoup des membres de l'Ordre Martiniste étaient de la foi catholique, mais comme membres d'une société secrète, ils étaient sujets à l'excommunication si leur affiliation martiniste venait à se savoir. L'E.G.U. offrait donc une assurance continue de salut aux chrétiens catholiques qui étaient martinistes ou désiraient devenir martinistes.
Après la mort d'Encausse en 1916, l'Ordre Martiniste et la section française des Rites de Memphis-Misraim et de l'O.T.O. furent chapeautés brièvement par Charles Henri Détré (Teder). Détré mourut en 1918 et Bricaud lui succéda.
Le 15 mai 1918, Bricaud consacra Victor Blanchard (Tau Targelius) qui avait été le secrétaire d'Encausse et Détré. Le 18 septembre 1919, Bricaud re-consacra Théodore Reuss sub conditione (ce terme se réfère à une consécration qui a pour but de remédier à quelque vice d'une consécration antérieure), lui donnant du même coup la succession d'Antioche et le nomma Légat Gnostique de l'E.G.U. pour la Suisse.
Des désaccords apparurent très vite entre Bricaud et Blanchard quant à la direction de l'Ordre Martiniste, qui tournèrent très vite en une hostilité mutuelle. Blanchard a même rompu avec Bricaud pour former son propre Ordre Martiniste schismatique qui sera connu comme "Ordre Matiniste et Synarchique". La branche de Blanchard participa plus tard à la formation du conseil oecuménique des rites occultes connu sous les initiales de F.U.D.O.S.I., duquel l'AMORC de Spencer Lewis tira beaucoup de son autorité. A son tour, la branche de Bricaud sous la direction de son successeur, Constant Chevillon, se joignit à Swinburne Clymer, l'adversaire rosicrucien de Lewis, pour former un conseil rival appelé F.U.D.O.F.S.I.
Blanchard continua en consacrant au moins cinq autres évêques gnostiques sous sa propre autorité, dont Charles Arthur Horwath, qui re-consacra plus tard, sub conditione, Patrice Genty (Tau Basilide), le dernier patriarche de l'Eglise Gnostique de France qui avait été consacré auparavant dans la succession spirituelle de Doinel par Fabre des Essarts ; et Roger Ménard (Tau Eon II), qui consacra alors Robert Ambelain (Tau Robert) en 1946. Ambelain constitua sa propre Eglise gnostique, l'Eglise Gnostique Apostolique, en 1953, l'année de la mort de Blanchard. Ambelain consacra au moins 10 évêques gnostiques au sein de son Eglise : dont Pedro Freire (Tau Pierre), Primat du Brésil, André Mauer (Tau Andreas), Primat de Franche-Comté et Roger Pmmery (Tau Jean), évêque Titulaire de Macheronte.
Bricaud mourut le 21 février 1934, et Constant Chevillon (Tau Harmonius) lui succéda en tant que patriarche de l'E.G.U. et Grand Maître de l'Ordre Martiniste. Chevillon avait été consacré par Giraud en 1936 et il consacra alors un certain nombre d'évêques lui-même, dont Clymer en 1938 et Arnold Krumm-Heller (fondateur de la Fraternitas Rosicruciana Antiqua et représentant de l'O.T.O. de Reuss pour l'Amérique du Sud) en 1939. Durant la Seconde Guerre Mondiale , le gouvernement fantoche de la France occupée de Vichy supprima toutes les sociétés secrètes et le 15 avril 1942, l'E.G.U. fut officiellement dissoute par le gouvernement. Le 22 mars 1944, Chevillon fut brutalement assassiné par les miliciens de Vichy.
L'E.G.U. fût ravivée après la guerre ; et en 1945, Tau Renatus fut élu comme successeur du martyr Chevillon. A Renatus succédera Charles-Henry Dupont (Tau Charles-Henry) en 1948 qui l'abandonna en 1960 en faveur de Robert Ambelain (Tau Jean III) qui avait acquis une grande proéminence du fait de ses écrits. L'E.G.U. fut alors mise en sommeil par Ambelain au profit de sa propre Eglise, l'E.G.A.
En 1969, Tau Jean III aura comme successeur à la tête de l'E.G.A., André Mauer (Tau Andreas), à qui succédera Pedro Freire (Tau Pierre), primat de l'Amérique du Sud, en 1970.La même année, Freire avait été re-consacré comme Mar Petrus-Johannes XIII, patriarche de l'Eglise Gnostique Catholique Apostolique par Dom Antidio Vargas de l'Eglise Catholique Apostolique brésilienne. A sa mort en 1978, Freire aura comme successeur Edmond Fieschi (Tau Sialul I) qui abdiqua en faveur de son coadjuteur Fermin Vale-Amesti (Tau Valentius III) qui refusa de reprendre sa charge ; Mettant ainsi l'Eglise Gnostique Apostolique ainsi que l'Eglise Gnostique Catholique Apostolique en repos en tant qu'organisation internationale. Une branche autocéphale nord-américaine de l'Eglise Gnostique Catholique Apostolique survit sous la direction du Primat Roger Saint-Victor Hérard (Tau Charles) qui consacra un certain nombre d'évêques mais mourut en 1989 sans se donner de successeur. Plusieurs des évêques d'Hérard sont toujours actifs aux U.S.A.
L'E.G.C.
Aleister Crowley (1875-1947) entra en 1910 dans l'O.T.O. de Reuss en tant que VII (à ce moment, n'importe quel 33 REAA pouvait entrer dans l'O.T.O. comme VII). Le 1er juin 1912, Crowley fût reçu par Reuss IX et reçu sa désignation comme Grand Maître National X pour l'Irlande, Iona et les Iles Britanniques. L'année suivante, il publia le Manifeste de la MMM qui incluait l'Eglise Gnostique Catholique dans la liste des organisations dont la sagesse et les connaissances sont inclues dans l'O.T.O.
Crowley a également écrit le Liber XV, Gnostic Mass, en 1913. Le Liber XV fût publié la première fois en 1918 dans l'International, et encore en 1919 dans The Equinox, Vol. III, N. 1 (The Blue Equinox), finalement en 1929/30 dans l'appendice VI de Magick en Théorie et en Pratique. Le nom latin Ecclesia Gnostica Catholica fût créé par Crowley en 1913 quand il écrivit le Liber XV.
Dans le Chapitre 73 des Confessions d'Aleister Crowley, il dit qu'il écrivit la Gnostic Mass en tant que "Rituel de l'Eglise Gnostique Catholique" qu'il prépara pour "l'utilisation par l'O.T.O., de la cérémonie centrale de célébrations publiques ou privées, correspondant à la Messe de l'Eglise Catholique Romaine." Il est évident que Crowley voyait l'E.G.C. et l'O.T.O. comme inséparables ; particulièrement par rapport au IX de l'OTO dans lequel Crowley avait été intié l'année avant qu'il n'écrive Gnostic Mass et qui est appelé "le Souverain Sanctuaire de la Gnose."
En 1918, Reuss traduisit la Gnostic Mass de Crowley en allemand, en faisant une série de modifications éditoriales et la publia sous les auspices de l'OTO. Dans sa publication de la Gnostic Mass , Reuss donna Bricaud comme le Souverain Patriarche de l'Eglise Gnostique Universelle et lui-même comme Légat pour la Suisse pour l'EGU et Souverain Patriarche et Primat de Die Gnostische Katolische Kirche, un titre qu'il peut avoir reçu lors de la conférence de Paris de 1908.
rosamystica.oldiblog.com
Revenir en haut Aller en bas
 
Jules Doinel et l'Eglise Gnostique de France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LUCIFER DÉMASQUÉ - JEAN KOSTKA
» La Gnose et les Eglises gnostiques chrétiennes contemporaines
» Jules II
» L'Eglise, la royauté et les FM
» "Aucune Eglise ne peut s'identifier au Christ"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Débats inter-religieux :: Christianisme-
Sauter vers: