Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 Son Eminence l'Ayatollah Fadlallah réprouve l'attitude du Vatican a propos de l'Holocauste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Son Eminence l'Ayatollah Fadlallah réprouve l'attitude du Vatican a propos de l'Holocauste   Ven 13 Fév 2009 - 14:43


Son Eminence, l'Autorité religieuse, l'Ayatollah Uzma Muhammad Hussein Fadlallah, a rendu public un communiqué dans lequel il a réprouvé la dernière attitude du Vatican pour laquelle "Celui qui nie l'Holocauste nie Dieu". Voici le texte de ce communiqué :

Dans le contexte des évolutions qui secouent le monde actuellement, et du massacre commis par les Israéliens qui ont tué et blessé plus de six mille Palestiniens, femmes, enfants et vieillards dans le district de Gaza, et au moment où les Arabes et les Palestiniens s'attendaient à voir le Vatican joindre sa voix aux voix qui, à l'échelle mondiale, ont demandé de poursuivre, devant la justice, les dirigeants de l'entité sioniste pour leurs massacres et leurs crimes, ainsi que pour leur usage d'armes à phosphores et d'autres armes prohibées par la loi internationale… Et comme le Vatican porte le message chrétien qui appelle, sur les pas de Jésus-Christ (p), à contrer les injustes et à soutenir les opprimés et les déshérités… Nous avons été surpris par un communiqué émanant du Vatican qui a considéré que " Celui qui nie l'Holocauste nie Dieu".
Ce qui est vraiment plus navrant est que ce communiqué émanant du Vatican intervient après des menaces, adressées par des instances dont le grand rabbinat de l'entité israélienne, d'interrompre les relations avec le Vatican à la suite de la levée de l'excommunication d'un évêque britannique qui a émis des doutes sur l'usage, par les Nazis, des chambres à Gaz, pour la mise à mort des Juifs lors de la seconde guerre mondiale. Le grand rabbinat n'a annoncé la reprises des négociations avec le Vatican qu'à la suite de la déclaration donnée par le Pape affirmant", selon ses propres termes, son soutien aux "frères Juifs. A la suite aussi de ses affirmations pour lesquelles il n'est pas acceptable de nier l'Holocauste. Cela a suscité beaucoup d'interrogations sur l'indépendance du premier siège catholique dans le monde, et sur sa soumission, d'une manière, ou d'une autre, aux pressions juives et israéliennes et aux conditions posées par l'entité ennemie et son grand rabbinat. Nous n'avons pas entendu le Pape désapprouver les déclarations des rabbins qui ont qualifié les Arabes de serpents et d'insectes qu'il faut supprimer, ni leurs fatwa autorisant à l'armée israélienne de massacrer les Palestiniens civils, y compris les enfants, les femmes et les vieillards.
Nous savons très bien que cette affaire de l'Holocauste en Occident qui souscrit à la version israélienne et sioniste qui l'exploite jusqu'au bout pour maintenir la pression sur les Européens, est devenue une affaire interdite, indiscutable et placée au-dessus de toutes les interrogations et les recherches historiques scientifiques et objectives. Tout chacun qui oserait l'aborder, sous un angle scientifique pour lui donner sa taille normale et la placer dans le contexte des calamités qui ont frappé tous les peuples du continent européen pendant la seconde guerre mondiale, se voit exposé à la condamnation, à la déformation et à la poursuite, comme nous l'avons vu avec le penseur français Roger Garaudy et beaucoup d'autres. Mais ce qui est étrange est de voir le Vatican lui-même se soumettre à cette logique, et la plus haute Autorité officielle catholique au monde se plier aux pressions des Juifs qui cherchent à faire soumettre complètement cette institution non seulement à leur conditions politiques, à leurs légendes et à leurs mythes, mais aussi à leur vision déformée de l'histoire, vision à travers laquelle ils cherchent à assiéger toutes les instances de la puissance spirituelle, scientifique et politique au monde, afin de les assujettir à leurs plans infernaux talmudiques et racistes qui regardent les humains non juifs comme des êtres incomplets dont la seule raison de vivre est de servir les juifs, leurs plans et leurs projets.
Nous ne voulons pas entrer en discussion avec le Pape au sujet des Juifs innocentés de ce qu'on leur attribue au sujet du "meurtre de Jésus-Christ (p)". Mais nous savons très bien qu'il n'est pas possible de les innocenter au sujet du sang des Palestiniens qui a coulé comme des fleuves à Gaza et avant Gaza. Nous nous attendions à entendre le Pape lever la voix pour condamner les crimes atroces perpétrés par les Israéliens à Gaza, au lieu d'entendre le Vatican prononcer des paroles timides qui appellent à stopper la violence à Gaza. Il en est ainsi car nous nous attendions, et nous le continuons, à voir le Vatican activer sa responsabilité apostolique et morale, et son attachement à la pensée de Jésus-Christ (p), à ses principes et à son combat, et de soutenir la cause palestinienne qui représente le premier critère de la justice au monde; de soutenir le peuple palestinien martyrisé qui représente le grand symbole de cet époque qui assiste à la grande offensive menée par les forces de la tyrannie et de l'arrogance contre les déshérités qui ont été le premier souci de Jésus-Christ (p), de son message et de son action.
Tout en reprochant au Pape ces attitudes, et tout en espérant que le complexe allemand historique ne soit pas présent dans cette affaire, nous insistons sur la nécessité de la poursuite du dialogue islamo-chrétien, et sur l'activation du dialogue avec le Pape au sujet de ces questions et tant d'autres, car nous estimons que les pressions exercées par les Juifs qui ont usurpé la Palestine, ou par le mouvement sioniste mondial, ne devraient pas créer un fossé dans les relations islamo-chrétiennes. Il en est ainsi car nous regardons les Chrétiens sous l'angle des enseignements islamiques et coraniques qui affirment qu'ils sont les plus proches de ceux qui ont cru. Nous demandons avec insistance aux Musulmans partout dans le monde de s'ouvrir vis-à-vis des Chrétiens par le dialogue serein et rationnel qui englobe toutes les affaires politiques et doctrinales et qui énerve toutes les causes de l'home de par le monde. Ils devraient également prendre en compte les tentatives sionistes visant à semer la discorde entre les Musulmans et les Chrétiens, y compris celles qui prennent la formes de pressions exercées sur les institutions chrétiennes officielles ou sur les centres de recherche en Occidents, tentatives qui brandissent tantôt les slogans de l'antisémitisme, tantôt les prétendus menaces de railler Israël de la carte.
Le Bureau d’Information de son Eminence,
l’Autorité religieuse, l’Ayatollah Muhammad Hussein Fadlallah.
Beyrouth, Le 08/02/2009 Ap. J. C. / 13 safar 1430 H
Revenir en haut Aller en bas
MUKTAR



Masculin Nombre de messages : 36
Age : 32
Réputation : 0
Points : 1
Date d'inscription : 09/01/2009

MessageSujet: Re: Son Eminence l'Ayatollah Fadlallah réprouve l'attitude du Vatican a propos de l'Holocauste   Ven 27 Fév 2009 - 21:27

SALAM LOL C QUOI HOLOCAUSTE JE C PAS C QUOI CE TERME ? est ce que cela concerne les juif durant la seconde guerre mondiale ?
Revenir en haut Aller en bas
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Son Eminence l'Ayatollah Fadlallah réprouve l'attitude du Vatican a propos de l'Holocauste   Sam 28 Fév 2009 - 0:31

MUKTAR a écrit:
LOL C QUOI HOLOCAUSTE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mot holocauste est un terme religieux qui désigne « le sacrifice par le feu d'un animal mâle à la robe unie » après immolation, conformément à la tradition du judaïsme (voir pour le mode opératoire dans la Bible le livre Lévitique chapitre 1 versets 1 à 17); il est apparu en français au XIIIe siècle de notre ère, emprunté dans la traduction française de la Bible au latin ecclésiastique holocaustum, lui-même tiré du grec ὁλόκαυστον (de ὅλος hólos « en entier » et καυστός kaústos « brûler »).

Les Grecs pratiquaient aussi une forme d'holocauste dans le cadre des rituels chtoniens, l'ἐνάγισμα (enágisma).

On l'utilisa par extension de sens pour signifier « la forme la plus contraignante d'adoration religieuse », d'où l'expression « Mieux vaut l'offrande que le sacrifice, mieux vaut le sacrifice que l'holocauste » (Léonce Bourliaguet).


Les termes holocauste et shoah [modifier]
Ce terme était déjà utilisé dès le premier tiers du XIXe siècle dans la langue française pour désigner le massacre systématique d'un groupe social ou ethnique.

En 1894, Bernard Lazare utilise le terme « holocauste » pour parler des Juifs brûlés vifs pendant la peste noire, au Moyen Âge :

« Quand la peste noire ou la faim sévissait, on offrait les Juifs en holocauste à la divinité irritée ; »[1]
À la fin du XXe siècle, des réalisateurs américains utilisèrent ce terme pour faire référence aux génocides par le parti nazi en Allemagne sous le Troisième Reich. Cette extermination a particulièrement visé le peuple juif, ce qui a entraîné la mort d'environ six millions d'entre eux.

On doit considérer que l'utilisation du mot "holocauste" pour parler de la Shoah est une erreur grossière (répandue par les médias). Selon la tradition juive - la seule qui fasse autorité en la matière - un holocauste est un sacrifice :

offert à Dieu pour lui être agréable
fait de chair animale que l'on brûle
fait uniquement sur l'autel du Temple de Jérusalem, qui n'existe plus depuis l'an 70.
Le terme propre le plus adapté est "Shoah", et il convient par ailleurs de parler de génocide. L'utilisation du terme "holocauste" est un grave détournement de sens.

Par extension le terme a aussi été utilisé pour décrire le meurtre systématique d'autres groupes, exterminés dans les mêmes circonstances par les nazis tels que les handicapés physiques et mentaux,les dissidents politiques, les Tsiganes, les communistes, les pacifistes, les témoins de Jéhovah et autres chrétiens s'opposant au nazisme, les Russes, les Polonais et d'autres peuples slaves, le tout avoisinant un nombre de victimes de l'ordre de dix à douze millions. Aujourd'hui, le terme, invalide puisque l'holocauste est un sacrifice pour un dieu et que les nazis ne faisaient pas ça pour dieu, est parfois utilisé pour décrire d'autres tentatives de génocide, à la fois avant et après la Seconde Guerre mondiale.

Pour désigner le génocide des Juifs par les nazis, les francophones européens emploient toutefois plutôt le terme de Shoah (« catastrophe » en hébreu) depuis la sortie du film Shoah de Claude Lanzmann regroupant des témoignages de rescapés des camps d'extermination. Tourné en 1985 et d'un style épuré (les images sont celles de ce qu'il restait des camps en 1985), ce film d'une durée totale de 9h30 a été considéré comme un événement historique et cinématographique majeur.

Le terme de « judéocide » est également employé, notamment par l'historien Arno J. Mayer dans La Solution finale dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Son Eminence l'Ayatollah Fadlallah réprouve l'attitude du Vatican a propos de l'Holocauste   Aujourd'hui à 2:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Son Eminence l'Ayatollah Fadlallah réprouve l'attitude du Vatican a propos de l'Holocauste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Attitude Mentale envers La peur "par le Dalai-Lama"
» comprendre attitude d'un collègue
» Attitude a Avoir lors des Tribulations
» Tirons leçon de l’attitude de Job
» Immigration. L'attitude de l'UE suscite l'indignation au Vatican

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Général :: Actualité-
Sauter vers: