Forums Al-FathAccueilMédiasQur'an al-KarîmRechercherS'enregistrerConnexion
Salam aleykum, Une nouvelle version des forum al-fath se trouve à l'adresse suivante : Al-Fath Veuillez vous tourner vers cette adresse pour vous inscrire , discuter et échanger. Merci

Partagez | 
 

 FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
giovanni
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 105
Age : 36
Localisation : Belgique
Réputation : 0
Points : 28
Date d'inscription : 02/02/2009

MessageSujet: FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2   Ven 13 Fév 2009 - 14:19

FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2

A.K.- Non, mon grand-père m'a nommé lorsque j'avais vingt ans; j'étais encore à l'université.
J'ai donc interrompu mes études pour exercer mes nouvelles fonctions. J'ai trouvé une situation inquiétante, en raison du processus de décolonisation qui allait nécessairement bouleverser tant de choses dans la vie de tous les jours des ismailis et, entre autres, dans leurs moyens d'existence.
J'ai visé, tout de suite, deux objectifs: le premier - l'éducation - devait être à la fois immédiat et substantiel, pour permettre à ces familles de commerçants de retrouver une mobilité physique en cas de crise. Il fallait, si ces hommes devaient émigrer, qu'ils trouvent des portes ouvertes. Un très grand effort su le plan scolaire a été fait en Afrique et en Asie de 1957 à 1970.
L'autre objectif était la diversification des activités économiques de la Communauté. Depuis dix ans, un grand nombre de jeunes ont été formés dans des domaines qui n'ont rien à voir avec le commerce courant. Ils ont été initiés à l'industrie, au tourisme, et à bien d'autres activités professionnelles.
Cet effort a été considérable, mais rendu souvent difficile en raison, précisément, des secousses qui ont affecté tous les pays décolonisés.
R.P.- Combien avez-vous de collaborateurs en Suisse?
A.K.- Dix ou douze. Ces chiffres paraissent faibles par rapport au gigantisme de l'activité de la Communauté. Mais je vous rappelle que notre organisation est très décentralisée. Le véritable travail se fait par ces conseils régionaux, nationaux et provinciaux. Nous n'avons, en Suisse et à Paris, qu'à coordonner et à planifier. Mais, évidemment, s'il y a crise, les gens sur place prennent directement contact avec moi quand la situation est telle qu'elle ne peut pas être résolue au moyen d'instructions déjà reçues, ou lorsqu'ils ne savent pas comment l'affronter.
R.P.- Et votre fortune personnelle? A.K.- Je l'ai héritée de mon grand-père. Il l'avait lui-même acquis de son grand-père et l'avait extrêmement bien gérée. A son décès, cette fortune a été distribuée à chaque membre de la famille.
R.P.- Il y avait plusieurs héritiers?
A.K.- Oui, sa veuve, mon père et mon demi-oncle. Quand mon père est décédé, il y avait trois héritiers: ma soeur, mon frère et moi-même. Nous avons donc chacun à nous occuper de nos affaires personnelles.
Cette fortune n'a du reste rien de commun avec celles, parfois fabuleuses, qu l'on connaît aux Etats-Unis ou ailleurs. C'est vrai que je manie de gros chiffres; mais la méprise vient de ce que l'on confond les activités de l'imamate et les miennes propres.
Il y a un autre point qui est mal compris en Europe. La tradition chrétienne mettait les hommes de religion à l'écart de la vie de tous les jours. Cette division n'existe pratiquement pas dans la théologie musulmane. Le Prophète lui-même était un marchand. Le célibat, de même, est pratiquement inconnu. Si vous allez dans un pays musulman, vous voyez et côtoyez l'imam de la mosquée: il est marié, a son commerce à cent mètres de la mosquée, et perçoit des revenus sous forme de dons de la part des croyants, dont il est le gérant désintéressé.
R.P.- En quelle année êtes-vous né?
A.K.- En 1936
R.P.- Vous avez fait vos études en Angleterre?
A.K.- C'est encore une légende. Je n'ai jamais vécu en Angleterre. Je suis né en Suisse. J'y ai passé les deux ou trois premières années de ma vie. Puis j'ai été au Kenya pendant les cinq ans de guerre. Je suis ensuite revenu en Suisse, où j'ai fait neuf ans d'études. Et je suis allé à l'université Harvard.
Je vous ai dit que mes études avaient été interrompues par la mort de mon grand-père; mais je les ai reprises après un certain temps et j'ai obtenu un diplôme de "Bachelor of Arts" (B.A. with honours).
Cette interruption n'a pas été fâcheuse, car elle m'a enrichi par l'expérience que j'ai acquise en voyageant pour reprendre, après le décès de mon grand-père, la direction et la gestion des affaires de la communauté.
R.P.- Qu'es-ce qui, au total, vous prend le plus de temps?
A.K.- Il m'est difficile de vous le dire d'une manière précise, car tout change (ou peut changer) de jour en jour.
Toutefois, je peux dire ceci: on ne doit pas modifier la religion tous les jours. Les évolutions sont lentes, et c'est donc là un travail continu qui a son propre rythme, souvent plus lent que les bouleversements politiques et économiques de nos temps modernes.
Ce qui me prend le plus de temps, ce n'est pas non plus la gestion des biens de l'imamate puisque, comme je vous l'ai dit, elle est très décentralisée. Je donne surtout des conseils.
Mon vrai problème, qui bouleverse tout mon emploi du temps, ce sont les crises dans les pays en voie de développement. Là, il faut agir tout de suite. C'est la vie des hommes qui est affectée. Or, depuis 1957, ce n'est que crise après crise.
R.P.- Est-ce que, dans la communauté ismaili, l'attachement à la religion reste le même?
A.K.- D'après ce que je peux voir, oui. Dans l'ensemble de pays musulmans, je serais porté à répondre oui, également. Quant à vous dire si cela continuera ainsi, je ne me risquerai pas à une telle prophétie.
R.P.- Vous visitez tous ces pays?
A.K.- Je voyage beaucoup, en effet. J'essaie d'aller dans chacun d'eux au moins tous les deux ou trois ans. Ces visites sont programmées. Elles sont marquées par des réunions de travail. Elles me permettent de juger directement l'éffort accompli. Je crois que le rythme de deux ou trois ans est le bon, car je peux juger avec un certain recul. Mais s'il était plus espacé, je perdrais le contact.
Croyez bien que les changements dans les pays en voie de développement ne sont pas seulement dramatiques pour les hommes: il le sont aussi pour ceux qui ont à gérer une communauté. Pensez qu'en Birmanie, par exemple, on a, en une heure, démonétisé tous les billets de banque, tous les avoirs liquides, y compris les dépôts dans les banques. Vous imaginez ce que cela veut dire pour une communauté dont la plupart des membres étaient, à l'époque, des commerçants.
R.P.- Dans l'ensemble, la communauté ismaili est assez aisée?
A.K.- Non. Certes, il y des gens aisés qui sont, en général, dans les centres urbains importants et qui, actuellement, se reconvertissent à de nouvelles activités.
Mais il y a aussi des pauvres. Prenez l'Inde, par exemple. Vous avez des ismailis aisés et qui ont même une petite fortune. Au contraire, dans une région telle que le Kathiawar ou, au Pakistan, dans la province du Sind, il y des paysans extrêmement pauvres. Il existe la même différence en Iran entre ceux qui participent à la vie des affaires dans les centres urbains et ceux qui dépendent de l'agriculture pour vivre.
R.P.- On a beaucoup parlé de votre activité en Sardaigne. Vous êtes également propriétaire d'une écurie de courses.
A.K.- Parlons de chevaux d'abord. Avec l'éducation que j'ai eue, j'ignorais tout, à la mort de mon grand-père et à celle de mon père, des problèmes hippiques. Cela ne présentait aucun intérêt pour moi.
C'est à la mort de mon grand-père que je me suis posé la question: voici une activité traditionnelle; dois-je l'interrompre ou pas? J'avais de doutes et j'ai réfléchi pendant six mois. J'ai pensé à toutes les obligations que j'avais découvertes à la mort de mon grand-père, et je me suis demandé si cela était compatible avec l'intérêt que je pourrais porter aux chevaux. Et puis j'ai tranché. Finalement, j'ai compris qu'après trois générations il serait dommage de laisser mourir une entreprise traditionnelle, qui est valable. Donc, l'écurie continue.
Je ne connaissais rien aux chevaux, j'ai cherché à apprendre. Ce qui était à l'origine un sport est devenu maintenant une industrie mettant en cause des sommes très importantes.
R.P.- Vous ne perdez pas trop d'argent? En général, une écurie de courses n'est pas considérée comme une activité rentable.
A.K.- Vous savez, c'est une activité qui n'a pas d'équivalent ailleurs. On ne peut rien y programmer.
R.P.- Vous avez combien de chevaux?
A.K.- Entre 180 et 200.
R.P.- C'est un capital très important.
A.K.- C'est devenu aussi une industrie. Je dirais même une industrie avec ses problèmes de main-d'oeuvre, de syndicalisme, de marketing, etc.
R.P.- Mais, enfin, perdez-vous ou gagnez-vous de l'argent?
A.K.- Je suis avec attention les problèmes financiers de l'écurie. Je peux vous dire que, sur quinze ans, j'arrive difficilement à un équilibre. J'ai eu de très mauvaises années et d'autres très bonnes. Dans l'ensemble, je n'ai pas perdu d'argent; mais atteindre un équilibre est, à mon avis (surtout dans les circonstances actuelles), une très belle réussite.
R.P.- Et la Sardaigne?
A.K.- C'est tout à fait autre chose.
Les chevaux sont devenus ma distraction, ma détente. La Sardaigne, c'est une entreprise.
Après la mort de mon père, j'ai cherché un endroit pour m'isoler.
J'avais créé un petit consortium de journaux dans l'Est africain.
R.P.- Pour la Communauté?
A.K.- Non: cela aurait été dangereux du point de vue politique. Non, c'était pour moi, personnellement.
C'est en m'occupant de ces journaux qu'on m'a montré, un jour, des photographies de la Sardaigne. Et sans l'avoir visitée, j'ai acheté quelque chose là-bas, vers juillet-août 1969. C'était uniquement un terrain, pour moi, et de dimensions modestes. C'est en décembre 1960 que je l'ai visité, et j'ai été déçu, car il n'y avait rien du tout. C'était comme une réserve de chasse; sur des kilomètres, il n'y avait aucune habitation et, bien entendu, ni eau, ni électricité, ni activité économique quelconque. J'étais mécontent d'avoir investi dans cet endroit, et je pensais en moi-même que mon grand-père ne l'aurait jamais fait sans venir se rendre compte lui-même d'abord.
R.P.- Il a compté beaucoup pour vous?
A.K.- Enormément. C'était le chef de la famille, donc, celui qui prenait toute décision importante à mon égard, presque à la place de mon père. C'était le vrai chef traditionnel de la famille, au sens musulman.
R.P.- Il avait beaucoup d'affection pour vous?
A.K.- Je le crois. Moi, en tout cas, j'en avais beaucoup pour lui; et également beaucoup d'estime, car c'était un homme tout à fait remarquable.
Mon premier sentiment, quand je suis arrivé en Sardaigne, a été de me souvenir de lui et de ce qu'il me disait; car il n'aimait pas risquer une mise sans voir où il allait.
Je suis retourné en Sardaigne, en avril 1961; cette fois, avec le printemps, le pays était beaucoup plus plaisant.
Du coup, j'ai décidé d'y retourner en juillet de la même année avec un tout petit bateau et des amis, et je suis, pendant ces vacances, littéralement tombé amoureux de la Sardaigne. Pour sa tranquillité, pour ses couleurs extraordinaires, pour la merveilleuse mer qui l'entoure.
Alors, j'ai acheté un terrain d'une douzaine d'hectares. L'avocat qui a fait la transaction a voulu s'y associer. D'autres propriétaires sont venus. Ils m'ont demandé de prendre la présidence du consortium. J'ai accepté.
Et cela à été, en quelque sorte, un engrenage. Il a fallu créer toutes les activités nécessaires à des vacances, non seulement pour nous, mais pour les acquéreurs.
R.P.-C'est devenu une affaire importante.
A.K.- Oui, très importante. C'est un gros investissement. Avec une activité immobilière et industrielle, en même temps que touristique.
Quand j'ai commencé, je ne pensais pas que cela aurait un intérêt pour la communauté ismaili. Après quelques années, je me suis aperçu que j'avais acquis, ainsi que les membres de mon organisation en Sardaigne, des connaissances professionnelles qui pouvaient être utilisées ailleurs, au profit de la Communauté. Et j'ai dirigé des hommes que m'avaient aidé en Sardaigne et avaient appris le métier du tourisme sur d'autres projets qui, cette fois, intéressaient directement notre Communauté.
R.P.- Vous avez tout de même une activité personnelle dans le tourisme en dehors de celle de la Sardaigne.
A.K.- Oui, en Tunisie, en Afrique orientale et maintenant, depuis peu, au Pakistan. La Communauté a beaucoup contribué à ce que le tourisme, au Kenya, soit devenu l'activité nº1, dont la prospérité ne s'est jamais démentie.
R.P.- Qui gère votre fortune personnelle?
A.K.- Ce n'est pas une fortune qui demande beaucoup de gestionnaires. On avait posé à mon grand-père la question de savoir s'il était l'un des hommes les plus riches du monde. Il avait répondu: "Je ne suis ni parmi les cent, ni parmi les mille, ni parmi les dix mille hommes les plus riches du monde."
R.P.- C'est une fortune immobilière?
A.K.- Non; elle est très diversifiée.
R.P.- Mais il y a bien quelqu'un que la gère?
A.K.- Ce sont plusieurs personnes. Et c'est moi qui coordonne.
R.P.- Vous avez plusieurs enfants?
A.K.- Trois; une fille et deux garçons.
R.P.- Vous les préparez à la succession?
A.K.- J'espère avoir le temps d'y penser. Ma fille aînée n'a que quatre ans. Le plus grand de mes fils trois ans, et mon dernier, quelques mois seulement. [b]
Revenir en haut Aller en bas
vérité98
Membre Confirmé
Membre Confirmé


Masculin Nombre de messages : 58
Age : 105
Réputation : 0
Points : 0
Date d'inscription : 26/12/2008

MessageSujet: FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2   Sam 14 Fév 2009 - 0:03

Salamoun aleykoum
Merci de nous avoir livré cette interview du leader de l'ismailia, j'ai lu un petit un peu il y a un certain temps à leur propos, surtout la famille de l'Agha Khan, trés controversée, j'aimerai bien que tu nous donnes ton avis personnel sur ce sujet que tu as posté, car bien évidement tu dois en avoir, je t'attend alors signore giovani, éclaire ma lanterne sur ce sujet, et merci d'avance de venir en aide au paresseux que je suis qui aime bien ètre servi par des gens aussi forts que tu l'es, je t'avoue que je suis impatient de connaitre la suite bounce .


Dernière édition par vérité98 le Sam 14 Fév 2009 - 10:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
algerien
Membre Spécial
Membre Spécial


Masculin Nombre de messages : 113
Age : 42
Localisation : Alger
Réputation : 0
Points : 0
Date d'inscription : 08/01/2009

MessageSujet: Re: FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2   Sam 14 Fév 2009 - 5:03

je comprend pas pkoi tu te casse la tete ya vérité98 avec des copier coller sans tete ni queue et sans but ?

:bball:
Revenir en haut Aller en bas
Al Hadrami



Masculin Nombre de messages : 3
Age : 56
Réputation : 0
Points : 5
Date d'inscription : 07/03/2012

MessageSujet: Re: FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2   Sam 24 Mar 2012 - 15:21

Salam,

en fait moi je n'arrive pas à comprendre en quoi consiste l'ismaelisme, à part le fait de reconnaitre l'Agha Khan comme le chef suprême.
Je ne vois nulle part des livres écrits par des ismaeliens, ni même des textes écrits par eux sur le net, je ne sais pas quelles sont leurs pratiques cultuelles, si toutefois ils en ont.
On dirait aussi que c'est une communauté très fermée.
Je me trompe peut-être, mais c'est mon sentiment.
Revenir en haut Aller en bas
repentit



Masculin Nombre de messages : 9
Age : 29
Réputation : 0
Points : 9
Date d'inscription : 30/04/2012

MessageSujet: Re: FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2   Mar 8 Mai 2012 - 18:31

Al Hadrami a écrit:
Salam,

en fait moi je n'arrive pas à comprendre en quoi consiste l'ismaelisme, à part le fait de reconnaitre l'Agha Khan comme le chef suprême.
Je ne vois nulle part des livres écrits par des ismaeliens, ni même des textes écrits par eux sur le net, je ne sais pas quelles sont leurs pratiques cultuelles, si toutefois ils en ont.
On dirait aussi que c'est une communauté très fermée.
Je me trompe peut-être, mais c'est mon sentiment.
Salam Aleykoum

très étrange en effet!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2   Aujourd'hui à 17:02

Revenir en haut Aller en bas
 
FACE A FACE avec l'Aga Khan IV (chef spirituel des chiites ismaéliens nizarites)part.2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le face à Face avec Dieu est proche
» FACE A FACE AVEC LE LIVRET 2
» Face à face avec ... soi-même
» Comment Moïse a-t-il pu voir Dieu face à face ?
» Face me, face death!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'islam :: Philosophie / Spiritualité-
Sauter vers: